Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Technologies

Fred Turner, Aux sources de l’utopie numérique. De la contre-culture à la cyberculture, Stewart Brand un homme d’influence

Trad. de l’anglais par Laurent Vannini, Caen, C&F Éd., 2012, 432 p.
Samuel Goëta
p. 493-495
Référence(s) :

Fred Turner, Aux sources de l’utopie numérique. De la contre-culture à la cyberculture, Stewart Brand un homme d’influence, trad. de l’anglais par Laurent Vannini, Caen, C&F Éd., 2012, 432 p.

Texte intégral

1Fred Turner revisite l’histoire des origines intellectuelles et sociales de l’internet en suivant le parcours de Stewart Brand, un « entrepreneur réticulaire » (p. 41). L’ouvrage s’ouvre sur une interrogation : comment se fait-il que le mot révolution soit sur toutes les bouches à l’évocation des technologies numériques alors qu’elles étaient le symbole d’un système inhumain qui a mis le monde au bord de l’apocalypse nucléaire ? Pour y répondre, l’auteur s’attache à retracer les origines de l’utopie numérique dans la trajectoire de Stewart Brand, au croisement des mondes sociaux, des idéologies et des objets technologiques.

2Déclinant les « Glissements politiques de la métaphore numérique » (pp. 47-88), le premier chapitre souligne le rôle essentiel de la cybernétique de Norbert Wiener qui conçoit les objets techniques et les humains comme un même système sociotechnique. Dessinant un monde où l’information modèle l’ordre social, la cybernétique a fondé la réflexion du jeune Stewart Brand sur la société et les médias. Avec la perspective terrifiante de l’apocalypse nucléaire et entourée d’appareils, la génération de Stewart Brand percevait la société comme une machine automatisée pour laquelle il faudrait « peser de tout [son] corps sur ses engrenages » (p. 48) selon l’expression de Mario Savio. Face à la crainte de l’aliénation de la culture adulte, deux mouvements sociaux distincts ont émergé de cette période : la Nouvelle Gauche, qui lutte pour les droits civiques et se mobilise autour de l’action politique, et les Nouveaux Communalistes, un mouvement introverti tourné vers la conscience et l’intimité. De manière surprenante, ces derniers vont adopter les pratiques sociales collaboratives et l’euphorie technologique des laboratoires de recherche militaire. La cybernétique permettait aux habitants des communautés alternatives de rêver d’un mode de vie « sous la haute surveillance de machines pleines d’amour et de grâce » (p. 87).

3Inspiré par la microbiologie et la cybernétique, le jeune Stewart Brand perçoit les bureaucraties comme des monocultures néfastes. Il fait de la libération de l’individu un objectif personnel impérieux. Après son service militaire, il se rapproche de la Company of Us (usco), une troupe qui invente l’art du happening, une célébration de la technologie et des communautés mystiques. En découvrant les écrits de Marshall McLuhan et Buckminster Fuller, Stewart Brand perçoit la technologie comme un outil de transformation collective et individuelle. L’idéal du « designer compréhensif » proposé par Buckminster Fuller façonne l’entrepreneur qu’il deviendra. Situé en dehors des laboratoires, le designer compréhensif observe les technologies qui y sont développées et les convertit en outils dédiés au bonheur humain. Par la suite, la trajectoire de Stewart Brand rencontre celle de Ken Kesey auteur de Vol au dessus d’un nid de coucou (trad. de l’américain par Michel Deutsch, Paris, Stock, 1962) qui l’initie au diéthylamide de l’acide lysergique (lsd). En fréquentant la troupe des Merry Pranksters adeptes du trip, Stewart Brand prend conscience que les technologies militaires comme le lsd ou le stroboscope peuvent transformer l’individu et la société.

4L’aventure Whole Earth démarre lors d’un trip sous lsd qui pousse l’homme à imprimer des badges « pourquoi n’avons pas encore vu une photographie de la terre entière ? ». Pour l’auteur, plus qu’une simple publication, le Whole Earth Catalog est une technologie intellectuelle. « Forum réseau », le catalogue propose un espace où les différentes communautés produisent simultanément de nouveaux cadres intellectuels et de nouveaux réseaux sociaux. « Objet frontière » au sens défini par Susan L. Star et James R. Griesemer, il circule dans plusieurs mondes sociaux et correspond au langage et aux attentes de chacun. Avec son image de la Terre vue du ciel en couverture, le projet inspire le pouvoir divin de contempler et veut faire du lecteur l’« égal des dieux » à l’échelle locale. Ses textes font l’éloge des leaders qui auront maitrisé les forces du système en modifiant leur esprit. L’élite cybernétique glorifiée dans le catalogue ne fait que reproduire les hiérarchies traditionnelles de la société américaine en proposant un mode de vie masculin, instruit et blanc. Ignorant les questions ethniques ou de genre, le catalogue porte aussi un regard distant sur le conflit au Vietnam.

5Le quatrième chapitre (« Le Whole Earth passe au numérique » ; pp. 175-226) évoque un changement de perception qui s’opère lorsque les ordinateurs de bureau deviennent individuels et intuitifs comme si « les appareils au travers desquels les leaders du gouvernement et de l’industrie cherchaient autrefois à contrôler le monde leur avait été arrachés des mains » (p. 176). Stewart Brand prend tardivement conscience du potentiel de l’informatique. Dans un article de 1972 dans le magazine Rolling Stone (« Spacewar: Fanatic Life and Symbolic Death Among the Computer Burns », 7 déc), il met les hackers sur un pied d’égalité avec les rock stars. Selon lui, cette nouvelle élite va hâter l’avènement d’une informatique personnelle et émancipatrice : « Qu’ils le veuillent ou non, les ordinateurs arrivent chez les gens… c’est une bonne nouvelle, la meilleure peut être depuis les drogues psychédéliques » (p. 194). Au moment où les communautés alternatives se disloquent, le Whole Earth Catalog héberge un débat sur le rêve de colonies spatiales. Les lecteurs-contributeurs s’opposent entre la dénonciation de nouvelles bureaucraties technocratiques et ces « cathédrales pour les hippies » qui pourraient donner une seconde chance aux Nouveaux Communalistes. Un débat qui témoigne de la tentation de transférer le désir de construire un foyer communautaire vers les technologies de grande échelle.

6Après l’échec de Coevolution Quarterly inspiré des théories écologistes, Stewart Brand lance en 1983 le Whole Earth Software Catalog pour identifier les meilleurs outils informatiques. Mais les longs cycles d’impression lassent le créatif qui se passionne désormais pour le système de la téléconférence informatisée en raison de sa capacité à fournir un feedback (« retour ») immédiat. Il fonde alors le Whole Earth ‘Lectronic Link (well) – une communauté virtuelle groupée au sein d’un même fournisseur d’accès internet – qui s’appuie sur un système de bulletins électroniques (bbs). Peu coûteux, le well proposait un système d’autogouvernance qui pourrait ressusciter le rêve néocommunaliste d’une communauté de conscience partagée. À l’heure des « organisations en réseau » (Manuel Castells, La société en réseaux, trad. de par Philippe Delamare, Paris Fayard, 1998 [1996]), le well devient un tremplin professionnel pour les personnalités comme Howard Rheingold qui exporte le terme « communauté virtuelle » ou John P. Barlow qui accapare le mot « cyberespace » et décrit l’internet comme une frontière électronique. L’arrivée de hackers sur le well pousse John P. Barlow à considérer le hacking comme une composante majeure de la liberté d’expression dans le cyberespace. En réaction à leur répression par le gouvernement, il crée l’Electronic Frontier Foundation qui joue encore aujourd’hui un rôle déterminant dans la défense des libertés numériques.

7À la fin des années 80, la rhétorique de la nouvelle économie et de la dématérialisation prend de l’ampleur. En 1988, le président Ronald Reagan affirme : « L’invention humaine rend de plus en plus obsolètes les ressources matérielles » (p. 277). Stewart Brand est alors fasciné par Nicholas Negroponte qui présente, en 1984, le projet du futur Media Lab du Massachusetts Institute of Technology (mit) qu’il considère comme le foyer d’une nouvelle forme de performance artistique et technologique faisant « de l’individu le pilote des nouvelles technologies » (p. 183). Alors que les entreprises se passionnent pour les réseaux et les organisations alternatives, Stewart Brand anime une série de conférences pour de grandes entreprises organisée par le Global Business Network (gbn). Il utilise son expérience des happenings et propose aux chefs d’entreprise une intense expérience de communion interpersonnelle. En liaison avec le well, Stewart Brand tente de constituer avec les membres du gbn une élite collaborative et nomade capable de distinguer des lois invisibles au cœur des systèmes naturels et économiques.

8Les années 90 donnent un tournant plus politique au parcours de Stewart Brand et de ses acolytes. Un républicain anti-étatiste et individualiste membre du well, Louis Rossetto, recrute Kevin Kelly, disciple de Stewart Brand et éditeur de Coevolution Review pour créer le magazine Wired. En utilisant la rhétorique universaliste et les réseaux du Whole Earth, Wired propose un forum permettant à la Nouvelle Droite au sein du Parti républicain de répandre ses analyses libertariennes. Le réseau y est décrit comme une œuvre de la main invisible, « une forme exaltante de métaphore pour décrire un ordre spontané » (p. 344). En 1997, comble de l’euphorie technologique qui précéda l’éclatement de la bulle internet, Wired annonce en couverture le long boom : « 25 ans de prospérité, de liberté et d’un meilleur environnement ».

9Au-delà de mettre en lumière le rôle méconnu de Stewart Brand dans la formation de l’utopie numérique et des réseaux sociaux qui l’ont portée, Fred Turner apporte une importante contribution à la compréhension des objets-frontières, tels le Whole Earth Catalog ou le well, dans la constitution des imaginaires des techniques. L’ouvrage pousse à reconsidérer les sources intellectuelles de l’internet au confluent des transformations technologiques et organisationnelles des laboratoires militaires et de la pensée cybernétique. Néanmoins, il pèche par sa rhétorique universalisante qui limite l’histoire sociale de l’utopie numérique à l’environnement américain de Stewart Brand et ignore ainsi les expériences de l’équipe d’Alan Turing à Bletchley Park ou l’émergence du mouvement Free/Libre Open Source autour de Richard Stallman aux États-Unis ou de Linus Torvald en Finlande. Forest Gump (Robert Zemeckis, 1994) de l’internet, Aux Sources de l’utopie numérique fait parcourir l’histoire américaine en suivant un esprit audacieux imprégné des idéaux et des expériences de sa jeunesse qui parvient à former les réseaux et les imaginaires des objets du quotidien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samuel Goëta, « Fred Turner, Aux sources de l’utopie numérique. De la contre-culture à la cyberculture, Stewart Brand un homme d’influence », Questions de communication, 23 | 2013, 493-495.

Référence électronique

Samuel Goëta, « Fred Turner, Aux sources de l’utopie numérique. De la contre-culture à la cyberculture, Stewart Brand un homme d’influence », Questions de communication [En ligne], 23 | 2013, mis en ligne le 30 septembre 2013, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/8619

Haut de page

Auteur

Samuel Goëta

LTCI, Telecom ParisTech, CNRS, F-75013
samuel.goeta@telecom-paristech.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page