Navigation – Plan du site
Notes de recherche

Que faire face à l’apocalypse ?

Sur les représentations et les ressources de la science-fiction devant la fin d’un monde
What to do in the Face of the Apocalypse? On the Representations and Resources of Science Fiction facing the End of a World
Yannick Rumpala
p. 309-334

Résumés

Devant l’accroissement notable de récits et représentations (post-)apocalyptiques dans la science-fiction, l’article cherche à savoir s’il est possible de dépasser ce pessimisme apparent et ce qu’il peut avoir de productif pour la réflexion sur le devenir du monde et des conditions d’existence humaine. Pour cela, à partir d’un corpus principalement littéraire et cinématographique, il vise d’abord à repérer les visions qui sont portées et à caractériser les contenus symboliques qu’elles agencent. En pouvant ainsi tenir compte des logiques de sens véhiculées, il s’agira ensuite de distinguer les fonctions qu’elles peuvent remplir. Enfin, en considérant que ce qui se joue d’important dans ces situations apocalyptiques ou dystopiques est le maintien de puissances d’agir, l’argumentation conduira à analyser les façons dont ces puissances d’agir sont déployées et les inspirations qui peuvent ainsi être éventuellement produites.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Variétés d’effondrement et formes de mise à l’épreuve
Sur les fonctions possibles des récits apocalyptiques et dystopiques
Une fonction d’alerte et de mise en garde
Une fonction cathartique et de réassurance
Une fonction de divertissement et d’habituation
Une fonction de capacitation et d’émancipation
Face aux menaces, la fiction comme moyen de réimaginer des puissances d’agir ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

Des effondrements, la science-fiction en a imaginé de multiples formes et pour une large variété de mondes. Les productions du genre ont même été marquées par une part croissante de représentations condamnant ces mondes fictionnels à un devenir apocalyptique ou dystopique. À tel point que ces représentations ont presque laissé l’impression de saturer l’appréhension collective du futur. S’il s’agit de chercher un mode de description particulièrement adapté pour penser le pire, en offrant de surcroît une diversité de scénarios, la science-fiction semble se distinguer. Elle donne une représentation de risques existentiels et collectifs qui auraient quitté l’ordre de l’hypothétique. Le grand intérêt de ces fictions tient donc à ce qu’elles rendent visibles. Mais pas seulement, compte tenu aussi des résonances qu’elles peuvent trouver avec des inquiétudes et tendances relevant du présent. Comme le dit le philosophe Michaël Fœssel (2012 : 9) en introduction à sa Critique de la raison apoc...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Rumpala, « Que faire face à l’apocalypse ? », Questions de communication, 30 | 2016, 309-334.

Référence électronique

Yannick Rumpala, « Que faire face à l’apocalypse ? », Questions de communication [En ligne], 30 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 27 juin 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/10796 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.10796

Haut de page

Auteur

Yannick Rumpala

Équipe de recherche sur les mutations de l’Europe et de ses sociétés
Université Nice Sophia Antipolis
rumpala(at)unice.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page