Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Technologies

Estrella Rojas, dir., Réseaux socionumériques et médiations humaines. Le social est-il soluble dans le web ?

Paris, Hermes/Lavoisier, coll. Information, hypermédias et communication, 2013, 293 pages
Samuel Nowakowski
p. 438-440
Référence(s) :

Estrella Rojas, dir., Réseaux socionumériques et médiations humaines. Le social est-il soluble dans le web ?, Paris, Hermes/Lavoisier, coll. Information, hypermédias et communication, 2013, 293 pages

Texte intégral

1Dirigé et présenté par Estrella Rojas et comportant onze contributions, l’ouvrage vise à approfondir les rapports entre la technique et le social sous l’angle des médiations sociales dans les réseaux socionumériques. Ces réseaux socionumériques qui paraissent établir des rapports égalitaires et coopératifs sont communément qualifiés de « sociaux ». Mais comment prendre la mesure des formes de cette sociabilité ? À cela s’ajoute le concept de médiation qui fait référence aux travaux menés au Centre de sociologie de l’innovation. Cependant, certains des auteurs s’inscrivent plus largement dans la perspective d’une pensée de la relation déclinée sous différentes formes : médiation, médiologie, sociologie de la relation, empowerment. Il est important de faire remarquer qu’une place importante est accordée à la pensée du philosophe Gilbert Simondon.

2L’introduction d’Estrella Rojas commence par retracer la genèse de ce travail collectif issu d’un appel à contribution piloté par un comité scientifique représentant plusieurs laboratoires nationaux en sciences humaines et sociales et techniques de l’information. Puis, elle aborde la problématique traitée, à savoir « le vivre ensemble » et son instrumentation dans les réseaux socionumériques pour en arriver à la question centrale : le web se dissout-il dans le « social » ? Ce « social » présenté soit comme un processus fluide en transformation permanente au point de se confondre avec le web qu’il parviendrait à naturaliser tout en se vidant de son propre contenu, soit comme un moyen de faire apparaître de nouvelles conditions de vivre ensemble. L’ouvrage se structure autour de deux grandes parties abordant ces questions sous deux angles différents.

3La première partie aborde l’aspect technique du web dans le but d’identifier les procédés logico-techniques qui déterminent ou encadrent les pratiques des usagers. Ainsi les articles traitent-ils les aspects liés aux signes ayant un effet de social dans les réseaux socionumériques, la structuration du contrôle opérée par l’architecture conceptuelle et relationnelle des bases de données, la pression d’une esthétique de masse dominante sur le web, l’anticipation, par les concepteurs d’application, des conduites de fuite ou de détournement des usagers, et enfin les lois internes du web. Quant à la seconde partie, elle s’intéresse plus aux usages et analyse les pratiques de médiation révélatrices de formes d’empowerment, constitutives d’un « vivre ensemble » par des études de cas en lien avec le militantisme associatif, la citoyenneté, l’édition littéraire et les jeux de rôle en ligne.

4Revenons à la première partie. À partir de l’interface des réseaux sociaux, Étienne Candel isole les signes du social présents dans la technique pour identifier la notion « d’effet de social ». Plus loin, Julien Pierre s’intéresse au back-office du web pour aborder les aspects relatifs à l’analyse conceptuelle à l’origine des bases de données relationnelles, l’architecture logicielle et les algorithmes des applications de réseaux sociaux. Ainsi, en partant des signes du social et en allant vers ce back-office, des applications apparaissent-elles dont la finalité est de contrôler l’usager, de le solliciter pour alimenter les bases de données, ceci au service d’une volonté d’attirer à elles les « orphelins des infrastructures opérationnelles ». Plus loin, avec Ludovic Duhem, nous nous intéressons à l’art et, plus particulièrement, à l’art numérique. Replacé dans le contexte d’une production de masse, on découvre l’art numérique ou « net art » comme esthétique de l’expérience sociale. Ainsi l’auteur arrive-t-il à la conclusion, en tenant compte du fait que cette culture lie « technique » et « esthétique », que l’expérience sociale et les liens sociaux sont le véritable adn du « net art ». Dans la foulée, Jean-Christophe Plantin aborde les conditions d’une convergence entre les industries culturelles et les pratiques amateurs dans le champ de la cartographie numérique en dénonçant le flou qui entoure la notion de participation. Enfin, deux articles se focalisent sur des points sensibles des soi-disant vertus démocratiques du web social en insistant sur la loi de puissance qui a tendance à renforcer les opérateurs les plus actifs. Le web sémantique pourrait apporter une réponse, mais selon Victor Petit, la multiplicité des langues est un obstacle. Il insiste cependant sur une nécessaire acculturation à la maîtrise de l’écriture numérique face à cette rupture – l’arrivée du numérique – de la même portée pour l’humanité que le passage à l’écrit.

5La seconde partie examine en détails cinq expériences qui s’intéressent aux acteurs collectifs et décrivent les conditions de « grammaticalisation du vivre ensemble ». Dominique Carré et Robert Panico concluent à l’existence d’un entre-soi constituant une forme de vivre ensemble caractérisée par une capacité à créer un collectif éphémère et néanmoins organisé. Dans le domaine de l’activisme militant, Philippe Eynaud (pp. ), quant à lui, analyse les usages différenciés du web ainsi que le positionnement respectif des acteurs activistes et cyberactivistes au cours d’actions menées par Greenpeace. Pour continuer dans cette voie, nous découvrons CommuniMilano, une plateforme initiée par l’université de Milan pour les élections municipales de 2011, plateforme développée dans l’esprit des réseaux citoyens. Fiorella De Cindio et Ewa Krazatal-Jaworka décrivent cette plateforme comme un dispositif de communication politique et un outil de débat : un nouveau cadre démocratique en politique.

6Dans un champ totalement différent, Sylvie Lainé-Cruzel aborde l’édition en ligne des romans de science-fiction et conclut à une possible dérégulation et à l’émergence de nouvelles conditions pour la création littéraire et la diffusion des titres dans les réseaux socionumériques. Enfin, de la science fiction à World of Warcraft, il n’y a qu’un pas – numérique ! Jérôme Guegan et Pascal Moliner analysent les liens, les représentations interindividuelles, les catégorisations au sein de la communauté de joueurs qu’ils observent en ligne et en contact direct. Les auteurs caractérisent alors, dans leur analyse, la présence de socio-centrisme au sein du groupe.

7Pour conclure, nous avons un ouvrage assez riche et divers qui donne matière à réflexion et à débats, et qui offre une porte d’entrée intéressante vers le champ d’étude qu’est le web, tant sur des aspects théoriques que sur les aspects analyse d’expériences. Il peut constituer une bonne entrée en matière pour des doctorants de différentes disciplines dont les sciences de l’information et de la communication.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samuel Nowakowski, « Estrella Rojas, dir., Réseaux socionumériques et médiations humaines. Le social est-il soluble dans le web ? », Questions de communication, 27 | 2015, 438-440.

Référence électronique

Samuel Nowakowski, « Estrella Rojas, dir., Réseaux socionumériques et médiations humaines. Le social est-il soluble dans le web ? », Questions de communication [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 22 février 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9989

Haut de page

Auteur

Samuel Nowakowski

Loria, université de Lorraine, F-54000
Samuel.nowakowski@loria.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page