Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Jeremy Tunstall, bbc and Television Genres in Jeopardy

Oxford, P. Lang, 2015, 400 pages
Michael Palmer
p. 435-436
Référence(s) :

Jeremy Tunstall, bbc and Television Genres in Jeopardy, Oxford, P. Lang, 2015, 400 pages

Texte intégral

1Depuis plus de 40 ans, les travaux de Jeremy Tunstall éclairent ce qui se joue dans les industries médiatiques. L’un de ses ouvrages, The Westminster Lobby Correspondents (Londres, Routledge/K. Paul, 1970), dévoila les réalités qui sous-tendaient le travail des correspondants politiques qu’ignoraient même certains journalistes parlementaires, l’objet de l’étude. Plusieurs de ses livres sont centrés sur la situation en Grande-Bretagne ; la plupart tiennent compte de l’internationalisation des acteurs de ces industries. Ici, l’ouvrage revisite une question – les television producers – qu’il traita il y a 20 ans (1993) et tire la sonnette d’alarme pour la bbc et, par conséquent, pour l’ensemble des télévisions de service public dans le monde : non seulement l’expansion de la télévision commerciale à l’américaine progresse, mais les genres ou catégories de programmes, d’émissions, longtemps perçus comme les fleurons de la télévision publique, déclinent.

2L’ouvrage est fondé sur deux séries d’entretiens. L’une se nourrit d’interviews avec 150 responsables audiovisuels de la bbc et de l’itv – l’opérateur de chaînes privées le plus ancien (1955) – qui commandent les programmes : « executive producers » et directeurs d’unités et de genres d’émissions d’une part, et 200 entretiens conduits avec des personnes, occupant souvent déjà de tels postes, que Jeremy Tunstall interviewa au début des années 90, d’autre part. Les « contrôleurs » de la télévision – comme disait jadis l’anglais – alimentent l’analyse ici présentée. La diversité même des personnes interviewées – réalisateurs, responsables d’unités de production, présentateurs d’émissions, certains connus depuis longtemps par Jeremy Tunstall, est une force du livre.

3Bien des genres « nobles » vont mal. Citons les émissions dites « éducatives », pédagogiques, et les séries documentaires d’histoire naturelle. Un temps fleurons de la bbc, elles seraient, ces dernières années, en mauvaise posture : crédits et moyens en baisse, notamment. Pour ces genres comme pour tant d’autres, les années 2008-2009 marquent un tournant. Suite indirecte de la crise financière d’alors, mais aussi de la multiplication des chaînes et de l’américanisation – taxée parfois de « disneyfication » des programmes, des formats et du contenu, avec, entre autres conséquences, la progression de l’« infotainment », la bbc, qui connaît par ailleurs bien des scandales, est sur la mauvaise pente.

4À lire Jeremy Tunstall, les genres d’émissions qui, traditionnellement, figuraient parmi les titres de gloire de la télévision publique – l’éducation et l’histoire naturelle, les sciences, les arts, la religion et les émissions destinées aux enfants – sont en déclin ; parmi celles qui vont bien se trouvent les documentaires, l’histoire et les voyages. Les genres les plus populaires restent les séries dramatiques et les soap. Si l’information va bien, très bien même, les émissions hebdomadaires traitant de l’actualité, les « current affairs », avec leurs reportages approfondis, vont mal, très mal. Les chapitres consacrés à ces deux genres sont parmi les plus éclairants (pp. 135-201).

5En effet, après les tensions entre la bbc et les gouvernements Thatcher, les années 90 voyaient une expansion et un modernisation considérable des ressources dont disposait la bbc News et une amélioration sensible de ses performances et de sa situation, comparées à celle de ses concurrents : la bbc devient alors l’acteur dominant au Royaume-Uni dans les domaines de l’information locale, nationale et internationale, et ce, à la télévision, à la radio et en ligne. Toutefois, là aussi, la situation s’obscurcit depuis le tournant des années 2008-2009. Si la couverture de l’information économique et financière s’est sensiblement améliorée, la bbc serait moins à l’aise dans la couverture de l’actualité touchant au Moyen-Orient qu’elle ne l’était lorsqu’elle couvrait, dans les années 90, les crises russes ou Tienanmen. Ces dernières années, on lui reproche une partialité favorisant Israël. On pourrait y voir l’efficacité des lobbies pro-Israël, surtout à Washington et dans l’état hébreu lui-même. Par ailleurs, la bbc News se trouve souvent concurrencée par la multiplication des chaînes arabes du pourtour méditerranéen. Surtout, Jeremy Tunstall note que le développement des émissions de relations publiques et des télévisions qui s’en alimentent serait un indice de plus de cette américanisation des émissions qu’il observe partout, comme dans les soaps et les séries dramatiques.

6Depuis des décennies, l’auteur étudie la question de la réglementation ; il y revient à l’époque actuelle multi-supports, multi-chaînes. Les instances sensées réglementer seraient inefficaces. Les dernières lignes de l’ouvrage rappellent que le groupe Murdoch, d’une part, Google, d’autre part, contournent aisément des dispositifs censés les surveiller un peu ou les empêcher d’acquérir des parts de marché conduisant à une position dominante.

7L’auteur pose toute une série de questions dérangeantes : le numérique rend-il illusoire la notion même de télévision de service public ? La bbc a beau insister sur l’importance de la décentralisation et de la production en région, ne reste-t-elle pas trop dominée par Londres ? De même, malgré l’importance des émissions ancrées dans les milieux populaires, n’est-elle pas encore et toujours dominée par un ethos et des valeurs des classes moyennes ? Elle insiste sur l’attention portée sur la nature multiethnique de la population, mais les afro-asiatiques seraient encore sous-représentés dans les dramatiques, dans les variétés et dans d’autres genres encore. La bbc News et bbc Television touchent davantage les plus de 35 ans que les jeunes. À l’écran, les femmes occupent moins d’un tiers des postes les plus en vue, même si, derrière l’écran, dans des postes à responsabilité exécutive, elles constituent plus d’un tiers du personnel (pp. 5-6).

8À quand un travail analogue sur la télévision en France et dans les pays francophones ? Est-ce même possible ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Palmer, « Jeremy Tunstall, bbc and Television Genres in Jeopardy », Questions de communication, 27 | 2015, 435-436.

Référence électronique

Michael Palmer, « Jeremy Tunstall, bbc and Television Genres in Jeopardy », Questions de communication [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 29 juillet 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9984

Haut de page

Auteur

Michael Palmer

Cim, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, F-75005
michael.palmer@univ-paris3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page