Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Vincent Milliot, Les Cris de Paris ou le peuple travesti. Les représentations des petits métiers parisiens (xvie-xviiie siècle)

Paris, Publications de la Sorbonne, coll. Les Classiques de la Sorbonne, 2014 [1995], 480 pages
Michael Palmer
p. 433-434
Référence(s) :

Vincent Milliot, Les Cris de Paris ou le peuple travesti. Les représentations des petits métiers parisiens (xvie-xviiie siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, coll. Les Classiques de la Sorbonne, 2014 [1995], 480 pages

Texte intégral

1Beau texte, avec 29 illustrations, ce livre est la réédition d’un ouvrage paru en 1995, agrémenté d’un avant-propos qui actualise les recherches sur le sujet et les réflexions qu’elles inspirent à l’auteur. Historien qui intègre des problématiques et travaux d’autres disciplines, Vincent Milliot propose un travail de 360 pages (sources et orientation bibliographique complètent l’ouvrage) dont pourront tirer profit, à notre sens, le chercheur en sciences de l’information et de la communication (sic). Tout un pan de l’analyse porte sur les questions que se posent les historiens face aux représentations et à la déréalisation des conditions d’existence du peuple – oserait-on écrire du « petit peuple parisien » ? – qui en résulte.

2La période couverte inclut la dizaine d’années révolutionnaires qui précède l’avènement de Napoléon ; mais l’essentiel porte sur la période qui va du xve au xviiie siècles de l’Ancien Régime. Le xviiie siècle serait l’époque la plus riche en Cris, à en juger par ceux ici recensés et étudiés. « Cris de la société, bruits de la ville » sont captés par une masse d’imprimés aux statuts divers, à la pagination variable (10-20 pages, le plus souvent) et à l’illustration fréquente ; productions éphémères, sans périodicité (celle-ci apparaît avec la Révolution), c’est le titre même de Cri qui donne l’illusion d’une constance. Vincent Milliot insiste sur la complexité que soulève leur analyse ; il existe peu d’indices qui permettent de connaître leur public, par exemple. Mais ici intervient sa réflexion sur la représentation que les élites, les classes urbaines aisées se faisaient du petit peuple qu’elles ne connaissaient pas autrement – ou alors par la présence de certains, le ramoneur par exemple, entrevu dans leur propre foyer ou quand ils circulaient dans la rue, le plus souvent à cheval ou en voiture. Vincent Milliot est autant attentif à cette déréalisation qu’au contenu même des Cris. Celle-ci renforce une certaine condescendance, disons le mépris qu’affichaient les nobles et les bourgeois face à ce « peuple » – attitude que la Révolution allait bouleverser. Si les personnes qui forment ce « petit peuple » sont peu connues des classes urbaines aisées, la diversité même des vecteurs et des supports – les chants, l’image (même la céramique)  – et les conditions de fabrication des produits qui environnent les Cris peuvent être, eux, cernés. Travail pionnier partant d’un corpus déjà exploré par d’autres historiens, cette étude des Cris voit l’auteur convoquer des approches disciplinaires des plus diverses, notamment pour saisir la gestuelle et les sons – comme le font certaines recherches en sic. Robert Darnton, Pierre Goubert, Arlette Farge, Roger Chartier, Alain Corbin, Natalie Z. Davis, François Furet, Emmanuel Le Roy Ladurie, Mona Ozouf, Daniel Roche, mais aussi Roland Barthes, Mikhaïl Bakhtine, Michael Baxandall, Michel de Certeau, Norbert Elias, Robert Escarpit, Erving Goffmann et Georges Vigarello figurent parmi les auteurs qui nourrissent la réflexion de Vincent Milliot.

3Que sont les Cris ? Qui sont les crieurs ? Comment aller plus loin qu’une certaine littérature des folkloristes pour y répondre ? Telles sont les questions posées d’emblée par l’auteur. Pour y répondre, il croise la problématique « des usages de l’imprimé » avec le souci de capter les cris des rues – cris de guerre, cris de fêtes – qui permettent de rendre à l’écrit les petits métiers des artisans et des ouvriers : les Auvergnats rue Mouffetard, les Limousins place Maubert ou rue Saint-Jacques, etc. (p. 35). Tout au long de l’ouvrage, la réflexion sur les sources disponibles pour scruter les Cris, le contenu même des Cris et les représentations qu’ils nourrissent, s’entremêlent. Sur la trentaine d’illustrations qu’offre l’ouvrage, le terme Cris de Paris figure sur seulement trois d’entre elles. Parmi les constats révélés, mentionnons : avant le milieu du xviie siècle, les représentations du crieur de rue sont relativement absentes ; c’est au xviiie siècle que la localisation topographique à Paris se donne le plus à voir ; les Cris sont plus nombreux sur la rive gauche que sur la rive droite de la Seine ; les stéréotypes iconographiques sont nombreux – une gravure de l’ivresse du buveur symbolise le crieur et marchand de vin, par exemple (p. 94) ; l’image de la misère est le plus souvent atténuée, reflet de l’émergence de la civilisation des mœurs plus que de l’évolution réelle des conditions de vie (p. 178) ; le travail, lui, n’est pas au cœur de la mise en scène iconographique des petits métiers – cette dernière souligne davantage leur participation au spectacle de la rue ou leur état social indistinct (p. 215) ; la femme est souvent représentée en tablier ; l’image voudrait souligner les bruits de la ville – « l’image sonore » (chapitre vi) .

4Par la suite, Vincent Milliot s’éloigne quelque peu des Cris eux-mêmes pour traiter des « discours sur le peuple » ou sur « le peuple travesti ». Dorénavant, les références aux auteurs tels Denis Diderot, Jean-Jacques Rousseau, Réstif de la Bretonne ou Louis-Sébastien Mercier se font plus nombreuses, ainsi que les renvois aux chercheurs actuels. L’oral prime encore « dans la société de l’Ancien Régime encore mal pénétrée par l’imprimé » (p. 288). Et Vincent Milliot souligne comment les « Pont-neufs », chansons burlesques et licencieuses, pénètrent même les Salons au xviiie siècle (p. 289). Culture de la place publique et culture des élites se croisent alors – échanges annonciateurs de la Révolution de 1789 ?

5En effet, le dernier chapitre a pour titre « Cris en Révolution » et pour l’un de ses sous-titres : « Disparition des Cris, naissance du Peuple ? » (p. 318). Pendant les années 1788-1800, les Cris se politisent (par exemple, Le Cri du peuple à l’Assemblée nationale, Les Cris du malheureux Louis xvi au peuple français depuis son emprisonnement).

6La conclusion du livre explicite la démarche suivie : « Reconstituer les conditions de fabrication et de diffusion des Cris de Paris… , étudier les formes de ces imprimés, les usages et les significations induites par celle-ci, et enfin retrouver les divers modèles de représentation employés pendant trois siècles ». Vincent Milliot esquisse une périodisation : 1500 à 1650, 1650 à 1730, « un court xviiie siècle ». La vision du peuple que donnent les Cris traduit la conception à la fois esthétisante et méprisante qu’en avaient les élites.

7Plus on avance dans ce livre, plus ressort la richesse des approches déployées. Émotions, sensations et leurs représentations, tout autant que le langage lui-même – « parler comme on est, être comme l’on parle » (p. 292) – émaillent l’ensemble. Dans l’univers médiatisé d’aujourd’hui, la déferlante des textes, des sons et des images en circulation n’a rien à voir, bien évidemment, avec l’univers ici scruté. Mais les approches multiples convoquées dans ce livre s’avèrent pertinentes pour décrypter le foisonnement des « signes » de nos jours. L’affect et la raison coexistaient jadis comme aujourd’hui. Déréalise-t-on aujourd’hui autant que par le passé ? Le concept « classe sociale » ne se fait-il pas moins entendre, ce dernier quart de siècle ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Palmer, « Vincent Milliot, Les Cris de Paris ou le peuple travesti. Les représentations des petits métiers parisiens (xvie-xviiie siècle) », Questions de communication, 27 | 2015, 433-434.

Référence électronique

Michael Palmer, « Vincent Milliot, Les Cris de Paris ou le peuple travesti. Les représentations des petits métiers parisiens (xvie-xviiie siècle) », Questions de communication [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 28 avril 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9982

Haut de page

Auteur

Michael Palmer

Cim, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, F-75005
michael.palmer@univ-paris3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page