Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Langue, discours

Anne-Sophie Morel, Chateaubriand et la violence de l’histoire dans les Mémoires d’outre-tombe

Paris, H. Champion, coll. Romantisme et Modernités, 2014, 668 pages
Katherine Rondou
p. 420-422
Référence(s) :

Anne-Sophie Morel, Chateaubriand et la violence de l’histoire dans les Mémoires d’outre-tombe, Paris, H. Champion, coll. Romantisme et Modernités, 2014, 668 pages

Texte intégral

1Chateaubriand et la violence de l’histoire dans les Mémoires d’outre-tombe reprend, en l’adaptant, la thèse de doctorat d’Anne-Sophie Morel, soutenue en 2007 à l’université de Lyon. Agrégée de lettres modernes, docteure en langue et littérature françaises et maîtresse de conférences à l’université de Savoie, Anne-Sophie Morel voit dans la violence, quelle que soit sa forme (individuelle, collective, physique, psychologique, etc.), un angle d’approche efficace afin de cerner la poétique à l’œuvre dans les Mémoires d’outre-tombe (rédaction 1809-1841, publication en douze volumes 1849-1850). La chercheuse s’appuie également sur cette notion afin de définir la pensée esthétique et politique de François-René de Chateaubriand (1868-1848) ainsi que les structures de son imagination, replacée dans une perspective historique.

2Entre les exactions de la Révolution et de la Terreur, les guerres napoléoniennes et les assassinats politiques (songeons à la mort du Duc d’Enghien), la violence est inhérente à la période étudiée et marque, par conséquent, profondément le mémorialiste. Ses proches furent victimes des troubles révolutionnaires (son frère et sa belle-sœur sont exécutés, la sépulture de son père est profanée, etc.), et lui-même dut s’exiler pendant sept années. Mais, au-delà de la guillotine et des têtes promenées sur des piques, la destruction de l’ancien ordre des choses – l’abolition de l’Ancien Régime, la violation des tombeaux, les attaques contre la religion – ébranle François-René de Chateaubriand, déstabilisé par cette perte d’identité. L’écrivain se trouve dès lors plongé dans un monde totalement étranger à ses valeurs.

3L’étude d’Anne-Sophie Morel s’articule en trois parties. « Un imaginaire de la violence » (pp. 21-236) cerne les contours de la notion de violence, par nature plurielle et protéiforme, et définit le terme aux yeux de René de Chateaubriand. Cette première partie permet de comprendre l’impact du traumatisme initial, la Révolution, sur l’imaginaire de l’artiste. La deuxième partie, « Esthétique de la violence » (pp. 237-420), s’interroge sur les modes de représentation de la violence. Enfin, « Compréhension de la violence » (pp. 421-599) étudie l’idéologie de l’écrivain, sa vision de l’histoire, telle qu’elle transparaît dans les figurations de la violence dans les Mémoires d’outre-tombe.

4Les analyses de la chercheuse dégagent l’omniprésence du motif de la coupure dans l’imaginaire : décapitations, corps mutilés des guerres républicaines et impériales, destructions des monuments, profanation de la mémoire, rupture de l’exil, découpage des textes par la censure napoléonienne. Mais l’écrivain oppose également une autre violence à celle subie : la violence engendrée par les mots et les images. L’auteur devient juge et exige à son tour des têtes.

5Anne-Sophie Morel note également des divergences dans l’évocation de la violence, en fonction de la période étudiée. Les Mémoires d’outre-tombe décrivent les horreurs révolutionnaires à travers une certaine distanciation. François-René de Chateaubriand tente de rationaliser le traumatisme, sans doute avant tout afin de continuer à vivre. Le texte met thérapeutiquement à distance la réalité par diverses métaphores. La puissance du choc émotionnel donne naissance à une multitude d’images et cette poétique structure le récit : la hantise de la coupure se manifeste d’un ouvrage à l’autre.

6François-René de Chateaubriand appréhende très différemment la période napoléonienne, et opte cette fois pour un tableau explicite, où il dépeint crûment les souffrances physiques et psychologiques. Ces descriptions répondent à une double approche, tantôt le texte exhibe la violence dans toute son infamie, tantôt il privilégie l’évocation héroïque de l’épopée guerrière, et ce au sein d’un même épisode. En revanche, Chateaubriand renoue avec les modes d’expression utilisés lors des évocations de la Révolution et de la Terreur (un certain maintien à distance) lorsqu’il aborde des événements dont il fut indirectement témoin (les bruits de canonnades de la bataille de Waterloo).

7À la période post-impériale correspond une autre esthétique. La violence demeure présente, mais dépourvue de tragique, minée par la parodie et la dérision. Chateaubriand ne s’attarde pas tant sur les actes sanglants de la Restauration et de la Monarchie de Juillet, avatars dégradés des exactions passées, que sur une autre forme de violence : la perte des valeurs d’une société matérialiste et désenchantée.

8Paradoxalement, s’il condamne la violence de la Révolution, le mémorialiste lui reconnaît un pouvoir créateur. Certes la période menace directement l’aristocrate breton, mais elle lui procure également le sentiment exaltant de vivre une rupture de l’histoire, dont il goûte le caractère exceptionnel. Cette ambivalence envers la violence réapparaît dans les textes consacrés aux batailles impériales, à la fois grandioses et atroces.

9L’analyse d’Anne-Sophie Morel démontre également que si l’esthétique de Chateaubriand a grandement contribué à l’élaboration de la légende noire de la Révolution, l’écrivain ne livre pas des événements une image exclusivement négative. Il tente de repérer les forces de progrès à l’œuvre dans les bouleversements de l’époque. La violence interroge le sens de l’histoire. Les révolutionnaires, Bonaparte et leurs victimes deviennent dès lors les instruments de la Providence divine, même si le châtiment demeure disproportionné. La violence historique touche Chateaubriand de plein fouet, mais ce dernier l’exorcise par l’écriture. L’auteur parvient à dominer la violence en la transformant en force d’évolution esthétique.

10L’étude minutieuse d’Anne-Sophie Morel enrichit sans conteste, non seulement l’exégèse des Mémoires d’outre-tombe, mais notre connaissance des processus créateurs à l’œuvre chez François-René de Chateaubriand. Son approche originale favorise une meilleure compréhension des obsessions de l’auteur, de leur impact sur son écriture et sur sa conception de l’histoire en marche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katherine Rondou, « Anne-Sophie Morel, Chateaubriand et la violence de l’histoire dans les Mémoires d’outre-tombe », Questions de communication, 27 | 2015, 420-422.

Référence électronique

Katherine Rondou, « Anne-Sophie Morel, Chateaubriand et la violence de l’histoire dans les Mémoires d’outre-tombe », Questions de communication [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 25 mars 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9966

Haut de page

Auteur

Katherine Rondou

Université libre de Bruxelles, Université de Mons, B-1050
krondou@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page