Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Langue, discours

Chantal Claudel, Patricia von Münchow, Michele Pordeus Ribeiro, Frédéric Pugnière-Saavedra, Geneviève Tréguer-Felten, éds, Cultures, discours, langues. Nouveaux abordages

Limoges, Lambert-Lucas, coll. Linguistique, 2013, 230 pages
Marina Krylyschin
p. 409-411
Référence(s) :

Chantal Claudel, Patricia von Münchow, Michele Pordeus Ribeiro, Frédéric Pugnière-Saavedra, Geneviève Tréguer-Felten, éds, Cultures, discours, langues. Nouveaux abordages, Limoges, Lambert-Lucas, coll. Linguistique, 2013, 230 pages

Texte intégral

1L’ouvrage présente une vingtaine d’années de recherches en analyse de discours comparative depuis les premiers travaux en 1990 portant sur différents genres discursifs (journaux télévisés, interviews de presse, documents professionnels…) dans des langues diverses (français, anglais, allemand, japonais) menés dans le cadre du Centre de recherche sur les discours ordinaires et spécialisés (Cediscor) jusqu’aux recherches entreprises dans les années 2000 par le groupe Comparaison au sein de l’axe « Comparaison, langue et culture dans des perspectives discursives » du Syled-Cediscor (université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle) ainsi que des contributions extérieures s’intéressant également aux composantes culturelles dans la production des discours.

2La première partie de l’ouvrage (pp. 15-67), « Orientations théoriques et méthodologiques » est constituée de trois chapitres. Le cadre méthodologique et théorique de ces recherches est posé par les auteurs de l’ouvrage dans le premier chapitre (pp. 15-47) où sont présentées « les orientations privilégiées par les un/e/s et les autres à travers l’exposé des points de convergence et de divergence qui les caractérisent » (p. 16). Ce qui les unit d’abord : un cadre théorique et méthodologique partagé sur la définition même d’« analyse de discours » comprise comme l’examen du fonctionnement de la langue, du sens, de l’énonciation ou encore de l’argumentation qui s’effectue en lien avec le lieu d’émission, les conditions de production et de circulation des corpus concernés, ce qui aboutit logiquement à une articulation entre faits linguistiques et phénomènes extralinguistiques (représentation sociales, cultures, idéologies, etc.), un même cadre sur la comparaison de corpus en plusieurs langues sur la base de l’analyse de discours contrastive (Patricia von Münchow, « Langue, discours, culture : quelle articulation ? », 2 parties, Signes, discours et sociétés, 4, 2010 ; Id, De la grand-messe du 20 heures à la Bible des parents : un parcours de recherche en linguistique de discours comparative, synthèse pour l’habilitation à diriger des recherches, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, 2008) mais avec des orientations différentes selon les auteurs ; sur les notions de genre, de corpus ou encore sur la nécessité de contextualiser les données. Ce qui les distingue ensuite : le lien posé entre langue et culture suivant le degré d’éloignement, par rapport au français, de la langue du corpus étudié et l’importance (l’influence ?) de la traduction dans l’interprétation proposée des faits linguistiques décrits ; la question de la distanciation du chercheur par rapport à sa langue et sa culture dans son travail d’analyse et d’interprétation des données ; celle du lien existant entre langue, discours, culture et la difficulté pour certains auteurs d’autonomiser, de dissocier clairement ce qui dans les phénomènes culturels observés relève de la langue elle-même et de son système ; ou encore la notion même de « culture » qui recouvre selon les auteurs des acceptions différentes. Dans le deuxième chapitre, « Entre langue et culture : déchiffrer les formes du vivre ensemble » (pp. 47-67), Philippe d’Iribarne expose sa recherche dont l’objectif est de comprendre « la diversité des formes de vie collectives » (p. 47) et défend une conception de la culture qui distingue les images idéales du vivre ensemble d’un côté et les craintes existant dans les sociétés qui leur sont associées de l’autre : « Les images idéales de bonnes et de mauvaises manières de vivre ensemble qui prévalent dans une société donnée sont intimement liées au type de crainte qui la marque » (p. 49). Les discours permettent d’accéder et de décrire ces deux niveaux de la culture et il apparaît que les caractères phonologique, syntaxique, sémantique des langues n’y jouent pas des rôles déterminants. L’analyse d’entretiens et de documents écrits institutionnels, la place singulière que les mots y tiennent, leur utilisation hors des contextes usuels constituent les indices privilégiés à partir desquels peut être construite par abduction l’image d’ensemble d’une forme de vie collective. Dans le troisième chapitre, « Les fonctionnements discursifs dans une perspective interculturelle : une approche dictée par les objectifs » (pp. 67-87), Christine Béal montre que, dans le champ pluridisciplinaire de la communication culturelle, « les différentes approches méthodologiques, loin d’être mutuellement exclusives, se justifient par rapport à des objectifs spécifiques à différents niveaux de l’analyse, et finalement se complètent, un peu comme les différents morceaux d’un puzzle » (p. 68) et rappelle que la méthode choisie doit être adaptée au objectifs, non l’inverse. Analyses conversationnelles, enquêtes sociolinguistiques et ethnographiques, approches interactionnistes, analyses comparatives d’échanges discursifs en situation interculturelle dans la perspective d’élucider les malentendus (pragmatique contrastive), chacune de ces méthodes, avec leurs objectifs propres, permettent ensemble de montrer par quels mécanismes l’un des deux versants de la notion de culture, extralinguistique et linguistique, « peut venir s’incarner dans l’autre » (p. 67).

3La deuxième partie, « Orientations méthodologiques : études de cas » (pp. 91-141), rassemble les contributions de Véronique Traverso et Bert Peeters. Dans « Construire l’(in)intelligibilité dans des réunions plurilingues : une perspective interactionniste » (pp. 91-116), Véronique Traverso montre comment les participants à des réunions plurilingues (français, arabe, anglais, allemand) « développent des procédures faisant jouer des différenciations culturelles à travers leurs choix linguistiques, notamment lexicaux » (p. 91) et comment les pratiques discursives interactionnelles peuvent concourir à la construction d’une certaine inintelligibilité. L’étude de la façon dont les participants prennent soin de choisir certains mots, trouvent leurs équivalents dans les autres langues, métacommuniquent sur leurs sens parfois dans une seule langue (à l’exclusion des autres), montre que la culture, telle qu’elle est mise en jeu par les participants, opère à travers la mobilisation de savoirs encyclopédiques dont la discussion peut engendrer l’opacité nécessaire à l’abandon de certains aspects culturels ou historiques mentionnés au cours d’un échange. Dans « Râler, râleur, râlite : discours, langue et valeurs culturelles » (pp. 117-141), Bert Peeters présente les râleries comme « un comportement symptomatique d’une valeur culturelle française » (p. 117). Il adopte la démarche ethnopragmatique qui recourt à la métalangue sémantique naturelle (msn) et trouve ses origines dans la pragmatique transculturelle (Bert Peeters, « Le transculturel : sémantique, pragmatique, axiologie », La Linguistique, 1, vol. 39, 2003, pp. 119-135). Le corpus est constitué à la fois de témoignages externes, les Français sont des râleurs, internes (émanant des Français eux-mêmes) et de faits de société considérés comme pertinents, l’ensemble de ces données devant également converger pour qu’elles soient retenues. La râlerie comme indice de saillance culturelle est également perceptible à la télévision (publicité pour la Mutuelle d’assurance des artisans de France – Maaf), au cinéma, dans la presse, les slogans. Les discours mobilisant cette terminologie sont également décrits du point de vue de leurs récurrences syntaxiques. L’ensemble des faits linguistiques et non linguistiques mis au jour indique que « l’esprit contestataire est un excellent candidat au statut de valeur culturelle française » (p. 141) et montre, selon l’auteur, « qu’il existe entre langue, discours et valeurs des liens inextricables et que l’étude de certains faits de langue et de l’usage qu’on en fait dans le discours permet de formuler des hypothèses relatives aux valeurs culturelles » (pp. 117-118).

4Dans la troisième partie, « Orientations didactiques », le chapitre de Claire Kramsch, « Discourses of history in german language textbooks » (pp. 145-164), s’interroge sur les modalités d’un enseignement d’une compétence à la fois translinguistique et transculturelle. Dans le sillage des attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis, qui ont corollairement révélé une perception américaine du monde ethnocentrée et engendré, de la part du gouvernement américain, une volonté de développer chez les plus jeunes la faculté de regarder le monde avec d’autres yeux que les leurs, s’est posée la question de savoir comment concevoir un enseignement des langues étrangères qui favoriserait chez les étudiants américains une « conscience » (connaissance ?) historique, politique et mondialisée de leur environnement. En analysant les discours et les activités proposés dans deux manuels d’allemand (enseigné comme langue étrangère) de niveau intermédiaire, l’un utilisé aux États-Unis, l’autre en Allemagne, l’auteure montre comment le développement d’une telle conscience chez les apprenants conduit nécessairement à repenser le texte et le contexte dans les manuels de langues sous peine d’encourager une représentation stéréotypée, étriquée voire anachronique du monde.

5Dans le chapitre « Articuler les compétences langagières et les compétences culturelles/interculturelles dans l’enseignement des langues » (pp. 165-186), Jean-Claude Beacco aborde la question langue-culture « en tant que faisceau de relations à construire au service d’un projet didactique spécifique : l’enseignement des langues (étrangères) dans une perspective plurilingue et interculturelle » (p. 165). Selon l’auteur les compétences (inter)culturelles, qu’il faut précisément décrire, apparaissent comme finalité éducative dans le cadre de l’enseignement/apprentissage des langues. Par son caractère hybride, la compétence interculturelle ne trouve pas « de traduction dans le cecr [Cadre européen commun de référence] au moyen de descripteurs qui pourraient fonder des approches méthodologiques de leur enseignement » (p. 171). Ce travail est entrepris en didactique des langues et vise à spécifier cette compétence en macro et micro-composantes à partir de travaux s’intéressant au développement de la « sensibilité » interculturelle, Developmental Model of Intercultural Sensitivity (Bennett Milton J., « A Developmental Approach to Training for Intercultural Sensitivity », International Journal of Intercultural Relations, 10, vol. 2, , 1986, pp. 179-196) ou encore ceux portant sur la spécification en quatre pôles ou étapes (p. 174) de la dimension interculturelle dans les relations sociales (Blanchet Philippe, Coste Daniel, 2010, « Sur quelques parcours de la notion d’interculturalité : analyses et propositions dans le cadre d’une didactique de la pluralité linguistique et culturelle, pp. 7-27, in : Blanchet Philippe, Coste Daniel, éds, Regards critiques sur la notion d’interculturalité pour une didactique de la pluralité linguistique et culturelle, Paris, Éd. L’Harmattan). La description des macro-composantes a permis de circonscrire la genèse d’une personnalité interculturelle en six moments clés présentés dans le chapitre tandis que la spécification des micro-composantes a permis de créer un cadre d’activités destiné à la développer.

6En clôture de l’ouvrage, Patricia von Münchow (« Cultures, discours, langues : aspects récurrents, idées émergentes. Contextes, représentations et modèles mentaux », pp. 187-207) revient sur les différentes questions posées aux auteurs concernant les objectifs de leurs recherches, les choix méthodologiques associés, le ou les liens entre langue, discours et culture. Il ressort notamment de cette synthèse critique qu’aucun auteur ne s’est risqué à définir la notion de « culture » qui reste « indéterminée » (p. 194) ; l’existence de « cultures » étant difficilement soutenable dans la conjoncture scientifique actuelle. Une seconde observation concerne la question des modes d’articulation des pôles individuel et collectif sur les plans méthodologique et théorique. L’auteure propose le concept de « modèles mentaux » développé par Teun van Dijk qui désigne les représentations (mentales) que les locuteurs se font du contexte et qui influencent leurs productions discursives. Ainsi ce concept permet-il de concevoir le rapport entre discours et représentations tout comme celui entre ce qui est individuel et ce qui est collectif, à la fois au niveau des représentations et à celui du discours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marina Krylyschin, « Chantal Claudel, Patricia von Münchow, Michele Pordeus Ribeiro, Frédéric Pugnière-Saavedra, Geneviève Tréguer-Felten, éds, Cultures, discours, langues. Nouveaux abordages », Questions de communication, 27 | 2015, 409-411.

Référence électronique

Marina Krylyschin, « Chantal Claudel, Patricia von Münchow, Michele Pordeus Ribeiro, Frédéric Pugnière-Saavedra, Geneviève Tréguer-Felten, éds, Cultures, discours, langues. Nouveaux abordages », Questions de communication [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 27 juin 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9950

Haut de page

Auteur

Marina Krylyschin

Eda, université Paris Descartes, F-75000
Marinakrylyschin@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page