Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Sophie Guérard de Latour, dir., Le multiculturalisme a-t-il un avenir ?

Paris, Hermann. coll. Philosophie, 2013, 330 pages
Cécile Martin
p. 402-404
Référence(s) :

Sophie Guérard de Latour, dir., Le multiculturalisme a-t-il un avenir ?, Paris, Hermann. coll. Philosophie, 2013, 330 pages

Texte intégral

1Partant du constat que « le multiculturalisme semble désormais faire partie du paysage des démocraties libérales », l’ouvrage dirigé par Sophie Guérard de Latour sur la définition et à l’application du multiculturalisme dans ces démocraties. Articulées autour de trois axes, les contributions abordent différents points fondamentaux inhérents au multiculturalisme, envisagé ici dans sa version libérale.

2La première partie (« La culture, une catégorie piégée ? », pp. 27-134) s’applique à redéfinir le rôle de la culture dans tout questionnement relatif au multiculturalisme. Dans leurs contributions, les auteurs se demandent dans quelle mesure la culture peut s’offrir comme une « norme légitime pour compléter et enrichir le dispositif de la citoyenneté démocratique », alors même qu’elle est une « notion polysémique et ambiguë » (p. 14). Après un état des lieux des critiques opposées au multiculturalisme et une relativisation de leur portée par Will Kymlicka (pp. 29-75) – l’un des théoriciens ayant contribué à populariser le multiculturalisme – , ce sont les effets paradoxaux du multiculturalisme qui sont ensuite analysés par Daniel Weinstock (pp. 77-104), à partir de la problématique des droits culturels. Magali Bessone (pp. 105-134) propose, quant à elle, de revenir sur l’opposition entre culture et race, la culture utilisée comme substitut à la race pouvant agir au niveau politique comme un obstacle à la visualisation des processus de racialisation concourrant à la marginalisation des minorités ethniques.

3La deuxième partie, « Limites politiques du pluralisme culturel » (pp. 137-224), poursuit ce questionnement et envisage les politiques du pluralisme culturel, notamment dans les rapports entre démocratie et religion (Catherine Audard, pp. 137-167 ; Roberto Merrill, pp. 169-199), et entre nature et culture (Catherine Larrère, pp. 201-224).

4Dans le premier cas, la réflexion s’appuie principalement sur l’exemple des communautés musulmanes en Europe, leur entrée dans le débat public et l’importance accordée à leur voix dans l’évaluation des effets du multiculturalisme au sein des sociétés dans lesquelles une telle politique est mise en oeuvre. Sous couvert de mise en péril de l’homogénéité culturelle, en réalité, ce que ces minorités dénoncent est bien le caractère incongru du choix de la « disparition de l’altérité de l’Autre » comme critère d’évaluation du « succès de l’intégration » (p. 156). Par ailleurs, leur demande de reconnaissance de la religion comme socle d’une culture commune, au même titre que la classe sociale, la race ou le genre, implique de « re-conceptualiser la laïcité » (p. 166), qui ne saurait être confondue – comme c’est pourtant souvent le cas – avec la neutralité de l’État. Dans le second cas, c’est la question de la nature, au sens de milieu naturel ou d’environnement, qui fait l’objet d’une critique du multiculturalisme. Catherine Larrère propose un angle de vue qui examine la diversité culturelle à l’aune de l’environnement. Elle rappelle judicieusement que les cultures des minorités ne sont pas forcément « écologiquement plus saines » (p. 210), ce qui peut conduire à des paradoxes quand il s’agit de mettre en œuvre des politiques de protection de la biodiversité, incluant des populations, leurs pratiques et l’environnement. De fait, malgré l’alibi de globalisation soutenu par une acception de la Nature comme bien commun, il ne faut pas oublier que l’« élaboration […] des revendications environnementales » est en réalité « très occidentale » (p. 213).

5Structuré autour des perspectives envisageables pour les politiques multiculturelles, le dernier ensemble de textes, « Un tournant civique multiculturel » (pp. 227-313), propose une analyse du multiculturalisme au prisme du républicanisme (Cécile Laborde, pp. 227-242), de l’identité nationale (Tariq Modood, pp. 243-276) et du rôle de l’histoire dans l’élaboration des luttes mémorielles (Sophie Guérard de Latour, pp. 277-313). Dans ce dernier texte, l’histoire comme « discipline à vocation scientifique » est opposée à « l’histoire dite nationale » (p. 280) – « qui se manifeste au travers de supports aussi divers que les manuels scolaires, les revues ou émissions historiques, les monuments, les musées, les noms de rue, les discours d’hommes publics, etc. » (p. 281) – en tant qu’elles produisent deux types de discours qui, bien que connectés, sont pourtant distincts. Dans une perspective durkheimienne, l’auteure insiste sur le caractère positif des passages entre ces deux discours et sur l’importance d’intégrer la science à la régulation démocratique.

6L’alternance des points de vue, qu’ils soient modérés ou plus critiques, offre en définitive un panorama sur la question du multiculturalisme fort appréciable à plusieurs niveaux. Traversé par des notions telles la liberté, la tolérance, la communauté, l’autonomie et la domination, mais aussi l’identité, l’environnement ou l’universalisme, l’ouvrage pourra trouver un écho favorable dans de nombreux champs de recherche. En effet, si le volume trouve son ancrage théorique dans le champ de la philosophie politique, il apparaît que l’intérêt qu’il suscite ne se limite pas à ce domaine. Il propose une réflexion qui pourra éclairer la recherche en sciences humaines, déjà amorcée sur ce sujet par « les sociologues, les politistes, les ethnologues ou les juristes » (p. 9). Interrogeant les limites des principes prescrits par la déclaration universelle des droits de l’homme, tels l’universalisme, la liberté et l’égalité, le multiculturalisme peut également s’apprécier comme un point d’entrée pour interroger ce qui relève de l’étude de la culture en général. « Diversité culturelle », mais aussi « identité culturelle » (p. 21), « appartenance culturelle » (p. 22) et « droits culturels » (p. 23), « agentivité culturelle » (p. 94) et « groupe culturel » (p. 106), soulignent ici l’importance de la culture érigée en catégorie. Les effets de ce recours excessif à la culture sont signalés à plusieurs reprises par des auteurs qui dépassent le simple constat pour soumettre des propositions. Par exemple, Magali Bessone souligne l’impact de l’« usage embrouillé du concept de culture » sur la puissance de diagnostic du multiculturalisme, qu’elle suggère de remplacer par une « théorie critique des races » (p. 107). Entre autres travaux, elle s’appuie sur ceux de Charles Taylor, qui questionne la validité de l’attribution d’« une et une seule mesure de “valeur” » (p. 112) à la culture.

7En tant qu’il soulève de nombreuses difficultés dans le cadre de la mise en œuvre de principes théoriques a priori justes, le multiculturalisme est également la pierre angulaire d’une critique de l’universalisme abstrait et de la prétendue « neutralité ethnoculturelle de la sphère publique » (p. 278). Cristallisée en un ethnocentrisme aveugle à lui-même, cette absence de neutralité ethnoculturelle tend donc à affecter toute réflexion, ce qu’on remarquera jusque dans cet ouvrage, où la question du multiculturalisme n’est envisagée que du point de vue des sociétés occidentales. On pourra donc envisager les opportunités qu’offrirait une discussion prenant en compte des exemples hors de l’Europe et de l’Amérique du Nord, permettant éventuellement d’étayer les propositions formulées, limitées par une certaine uniformité des discours des contributeurs. De même, la participation plébiscitée en fin de volume de « l’ensemble des sciences sociales » (p. 311) au processus délibératif démocratique pourrait fort avantageusement trouver un terrain d’expression dans le débat sur les apports des analyses transdisciplinaires dans le cadre de recherches scientifiques.

8Toutefois, malgré leur uniformité relative, il faudra reconnaître la complémentarité des différents textes et leur caractère clair et précis. On saluera le fait que l’ouvrage reste accessible au lecteur profane, ou du moins étranger à la philosophie politique. Ayant le mérite de traiter d’un sujet surmédiatisé dans les débats publics mais resté jusqu’à présent « objet d’étude marginal dans le champ de la philosophie politique française » (p. 9), le volume comble un espace de réflexion laissé (trop) longtemps vacant, qui relève pourtant de notre environnement culturel et de notre patrimoine commun.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Martin, « Sophie Guérard de Latour, dir., Le multiculturalisme a-t-il un avenir ? », Questions de communication, 27 | 2015, 402-404.

Référence électronique

Cécile Martin, « Sophie Guérard de Latour, dir., Le multiculturalisme a-t-il un avenir ? », Questions de communication [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 27 mai 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9939

Haut de page

Auteur

Cécile Martin

IRCAV, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, F-75000
cecile.martin.83@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page