Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Jacques Follorou, Démocraties sous contrôle. La victoire posthume d’Oussama Ben Laden

Paris, cnrs Éd., coll. Débats, 2014, 60 pages
Mohamed Sakho Jimbira
p. 399-400
Référence(s) :

Jacques Follorou, Démocraties sous contrôle. La victoire posthume d’Oussama Ben Laden, Paris, cnrs Éd., coll. Débats, 2014, 60 pages

Texte intégral

1Jacques Follorou est journaliste d’investigation au quotidien Le Monde, spécialiste des questions corses et du terrorisme. Dans ce court essai, il propose une analyse nourrie scientifiquement par plusieurs enquêtes de terrain sur l’idéologie sécuritaire et ses dérives dans les sociétés occidentales ultra-préventives dans un contexte marqué par la lutte contre le terrorisme et les filières djihadistes. Cet opuscule cadre parfaitement avec l’actualité de ces derniers mois et les attentats perpétrés contre le Musée juif de Bruxelles, le journal satirique Charlie Hebdo et le phénomène du djihadisme auquel se livrent de jeunes ressortissants européens en Syrie et en Irak.

2Le terrorisme est aujourd’hui considéré comme la principale menace qui viserait les sociétés occidentales. Le journaliste questionne donc la réalité de cette menace mais aussi les risques que font peser les réponses des États à ce problème. Jacques Follourou relève que, au nom de la lutte contre le terrorisme, les démocraties occidentales ont mis en place de vastes systèmes de surveillance sécuritaires qui ont engendré une attrition de certaines libertés. À ce propos, l’auteur note : « Pourtant la première victime de ces mesures est avant tout l’espace individuel de chacun qui paye le prix de la réponse au terrorisme. L’écart entre la menace réelle que fait peser le terrorisme sur nos vies et le sentiment d’insécurité est important. Pourtant, au nom de cette menace, le champ du droit et de nos libertés a été entamé » (p. 10).

3Au fil des pages, le lecteur se laisse séduire par la grande perspicacité de la réflexion de l’auteur qui ne manque pas de rappeler que les États-Unis ont mis en place une « guerre sans frontière » aux méthodes peu orthodoxes. Recours à la violence, programmes de la cia de transfert de prisonniers étrangers dans des prisons secrètes où la torture est pratiquée, notamment au sein des centres de détention des services secrets afghans (nds). Pratiques qui sont donc clairement contraires au droit international. Et l’auteur de poursuivre en montrant que les forces spéciales de l’armée américaine, Joint Spécial Operation Command (jsoc), sont devenues le principal dispositif de cette guerre portée par la Maison Blanche et le Pentagone. Disposant de ses propres moyens, le jsoc a largement contribué à la stratégie sécuritaire américaine et commis de nombreux assassinats ciblés. À ce propos, le journaliste mentionne : « Plus discrets, moins politiques et plus malléables que la cia, ils vont être systématiquement utilisés par l’administration Bush, qui va transformer le jsoc en une “formidable” machine à tuer » (p. 17). Cette guerre s’appuie également sur le recours quasi systématique aux drones. Fer de lance de la lutte contre le terrorisme, le recours à ces machines pose également des questions sur le respect du droit international, de la souveraineté territoriale des États, ainsi que des dommages collatéraux occasionnés : « L’argument central des États-Unis face à ces griefs tient en un mot : “auto-défense”. Selon les dirigeants politiques et militaires américains, ce mot justifie l’ensemble de la politique antiterroriste » (p. 23).

4Le journalise poursuit sa réflexion et explique que, depuis 2001, les démocraties occidentales ont également mis en place de vastes dispositifs de renseignements et de surveillance généralisée. Entre 2012 et 2013, les États-Unis ont intercepté près de 70 millions de données téléphoniques et/ou numériques en France. Les capacités de surveillance et de traçage des individus n’ont jamais été aussi présentes, développées, discrètes. Les données sont collectées tout au long de nos activités quotidiennes. L’auteur note : « La collecte est massive et systématique car, disent les autorités américaines, “je ne connais pas mon ennemi de demain et ces éléments me seront nécessaires quand il surgira dans cinq, dix ou trente ans” » (p. 34). C’est notamment grâce aux révélations d’Edward Snowden que l’opinion internationale a pu prendre conscience de ce système qui échappe à tout contrôle démocratique. D’ailleurs, les informations transmises par Edward Snowden au journal Le Monde ont montré que les services de renseignements américain (nsa), français (dgse) et britannique (gchq) coopèrent ensemble et entretiennent des relations plus que diplomatiques. En outre, Jacques Follorou ne manque pas de mettre en lumière le fait que les relations entretenues entre les services de renseignement en France et les opérateurs de télécommunication tels France Telecom permettent bon gré mal gré cette collecte massive de données. Dans ce contexte, seuls les responsables du Parlement européen ont condamné ces pratiques qui annihilent les libertés individuelles. Enfin, Jacques Follorou relève que ladite surveillance est inadaptée et contre-productive pour lutter pour le terrorisme.

5En dépit de l’intérêt de la réflexion conduite par le journaliste qui balaie la doxa – le terrorisme a gagné, et Oussama Ben Laden tient en ce sens une victoire posthume en mettant à mal des principes de droit de nos démocraties –, le lecteur ressent comme un goût d’inachevé en refermant ce livre. Car, pour mener à bien un projet aussi intéressant, Jacques Follourou aurait pu étendre son analyse et procéder à un travail plus exhaustif allant au-delà des 60 pages que compte l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mohamed Sakho Jimbira, « Jacques Follorou, Démocraties sous contrôle. La victoire posthume d’Oussama Ben Laden », Questions de communication, 27 | 2015, 399-400.

Référence électronique

Mohamed Sakho Jimbira, « Jacques Follorou, Démocraties sous contrôle. La victoire posthume d’Oussama Ben Laden », Questions de communication [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 22 février 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9936

Haut de page

Auteur

Mohamed Sakho Jimbira

Crem, université de Lorraine, F-57000
mohamed.sakho-jimbira@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page