Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Marie-Hélène Bacqué, Carole Biewener, L’Empowerment, une pratique émancipatrice ?

Paris, Éd. La Découverte, coll. Poche, 2013, 175 pages
Gilles Boenisch
p. 386-387
Référence(s) :

Marie-Hélène Bacqué, Carole Biewener, L’Empowerment, une pratique émancipatrice ?, Paris, Éd. La Découverte, coll. Poche, 2013, 175 pages

Texte intégral

1Marie-Hélène Bacqué et Carole Biewener proposent une mise au point sur la définition et le flou conceptuel qui accompagne la notion d’empowerment utilisé dans des contextes et des significations variables. « Comment comprendre cette notion ? Pourquoi un tel engouement ? Que peut-elle apporter » (p. 5) ? Cet ouvrage fournit un inventaire critique de la polysémie du terme, en particulier des difficultés de stabilisation, et de « quasi-impossibilité de sa traduction » (p. 6). Il fait prendre conscience de la fécondité du terme qui, malgré la dissémination et l’antériorité, recouvre des utilisations dans de nombreuses pensées diversifiées, en ayant en commun la question centrale de la capacité d’agir entre une responsabilité individuelle et collective. Marie-Hélène Bacqué et Carole Biewener s’appuient en particulier sur une comparaison entre les États-Unis et la France en synthétisant de manière très pédagogique la foisonnante littérature anglophone, partant de sa genèse à l’histoire des variantes jusqu’à celle des pratiques sociales qu’elles ont nourries.

2L’empowerment articule deux dimensions, « celle du pouvoir, qui constitue la racine du mot, et celle du processus d’apprentissage pour y accéder. Il peut désigner autant un état qu’un processus [...] à la fois individuels, collectifs et sociaux ou politiques [...] impliquant une démarche d’autoréalisation et d’émancipation des individus, de reconnaissance de groupes ou de communautés et de transformation sociale » (p. 6). Plusieurs mots ou expressions on été inventés en français comme capacitation, empouvoirisation, pouvoir d’agir, puissance d’agir, pouvoir d’action, pour tenter de représenter cette définition, mais ils ne rendent pas compte du processus pour arriver au résultat et la dimension collective.

3En effet, l’empowerment est tout autant processus que résultat de ce processus. Il dit à la fois le pouvoir à rechercher, à obtenir, à conquérir, et le processus d’apprentissage, d’acquisition des connaissances qui permet d’y accéder sur un double plan individuel et collectif. À cela s’ajoute la difficulté de la trajectoire du terme dans la multiplicité des champs où il est mobilisé de manières parfois contradictoires. Cet aspect est présenté dans l’introduction, « Pourquoi l’empowerment ? » (pp. 5-20), et le premier chapitre, « L’empowerment : un nouveau paradigme pour l’intervention sociale » (pp. 21-50) qui retracent avec précision les éléments sémantiques, historiques et philosophiques. Pourtant, malgré ces éclaircissements et quel que soit le contexte, il en ressort une problématique commune : l’incapacité des politiques et des experts à répondre aux attentes. Pourtant, l’empowerment peut-il caractériser un processus de changement radical ou n’est-il que l’expression d’injonctions à l’autonomie et à la responsabilité ?

4Par un mouvement d’internationalisation et de transnationalisation, la notion d’empowerment a voyagé et « s’est transformé[e] dans une dynamique d’hybridation » (pp. 139-140). Avec une origine diffuse dans la société civile, son internationalisation s’est faite « au prix de la domestication de la notion et d’une tendance à sa dépolitisation », se traduisant en particulier par la « disparition des dimensions sociales ou politiques au profit d’une approche individuelle » (p. 140). Pourtant, l’empowerment implique une transformation des relations entre les individus et les institutions, entre le collectif et les institutions, entre les pratiques et leurs contradictions.

5Marie-Hélène Bacqué et Carole Biewener distinguent des idéaux-types qui se dégagent des différentes interprétations : « La reconnaissance et la prise en compte de l’agency et des subjectivités ; l’articulation entre émancipation individuelle, collective et projet politique ; la réflexion sur la nature et les différentes formes de pouvoir » (p. 143). Pour autant, si toutes ces approches envisagent la transformation des individus, ce ne sont pas les mêmes individus et ce ne sont pas les mêmes subjectivités qui sont mobilisés. Dans le modèle radical, l’empowerment a pour but la transformation sociale fondée sur la « construction d’une conscience critique et sur les conditions structurelles de la domination. L’enjeu principal est dès lors de faciliter une prise de conscience permettant de développer des “subjectivités de résistance” et des “subjectivités radicales” et de travailler ensemble identités du sujet et positions sociales en tout genre » (p. 143). Dans le modèle social-libéral qui consiste à associer démarche d’empowerment à des institutions de régulation sociale, ou le modèle néo-libéral qui est centré sur le marché, « l’empowerment implique le développement d’une capacité d’action individuelle reposant sur une capacité à faire des choix rationnels, utiles, effectifs ou intentionnels » (p. 143). Une capacité visant à « adapter le terrain de jeux », mettant l’accent sur l’individu citoyen détenteur d’un capital social et appartenant à une collectivité pour le modèle social-libéral. Une capacité visant plutôt à produire un individu entrepreneur et consommateur, un homo œconomicus qui contribue à reproduire et faire fonctionner le système capitaliste plus qu’à le questionner ou à le transformer, pour le modèle néo-libéral.

6Pourtant, ce qui ressort nettement de cette analyse est qu’il ne peut exister de projet de transformation sociale qui ne se fixe comme objectif l’émancipation et la liberté des individus et que la finalité ne peut se réduire à une prise de pouvoir. L’articulation des dimensions individuelle, collective et politique constitue un élément capital de la démarche transformatrice de l’empowerment. Paradoxalement, l’empowerment désigne « un processus sociopolitique qui articule une dynamique individuelle d’estime de soi et de développement de ses compétences avec un engagement collectif et une action sociale transformatrice. Or le succès de la notion dans l’intervention sociale comme dans le développement international s’est accompagné de l’affaiblissement, voire de l’abandon, des dimension sociales et parfois collectives au profit de démarches [...] personnelles » (p. 144). Comme l’expliquent Marie-Hélène Bacqué et Carole Biewener, pour que l’empowerment puisse être plus qu’une méthode de développement ou d’adaptation et de responsabilisation des individus et reste un projet d’émancipation, « se posent à la fois la question de l’intégration et celle du dépassement des individus et des groupes dans une perspective politique » (p. 144). Pour les auteures, il s’agit d’interroger « la construction d’un processus et d’un projet de transformation sociale, reposant non plus sur un modèle et sur une perspective dessinée par avance et portée par une avant-garde, mais construit à partir d’une multiplicité d’interventions collectives et individuelles, de réseaux à différentes échelles » (p. 144). Néanmoins, cette possibilité de transformation passe inévitablement par la constitution de « contre-pouvoirs, conçus non seulement en termes d’opposition au pouvoir, mais de création, d’invention, d’expérimentation dans les différents champs de la vie sociale », qui engagent les possibilités d’agir à la fois individuellement ou collectivement avec une vision politique en termes de « transformations sociales profondes », impliquant la prise en compte de différentes formes de pouvoir : « pouvoir de », « pouvoir avec », mais aussi « pouvoir sur » (pp. 144-145).

7Tel qu’il est analysé et décrit par Marie-Hélène Bacqué et Carole Biewener, l’empowerment rend lisible la prise en compte nécessaire et émancipatrice de la liberté individuelle, indissociable des conditions structurelles et institutionnelles qui participent à sa condition de possibilité, et potentiellement favoriserait à faire émerger un empowerment contemporain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Boenisch, « Marie-Hélène Bacqué, Carole Biewener, L’Empowerment, une pratique émancipatrice ? », Questions de communication, 27 | 2015, 386-387.

Référence électronique

Gilles Boenisch, « Marie-Hélène Bacqué, Carole Biewener, L’Empowerment, une pratique émancipatrice ? », Questions de communication [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 28 mars 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9920

Haut de page

Auteur

Gilles Boenisch

Crem, université de Lorraine, F-57000
gilles.boenisch@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page