Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, culture, esthétique

Récits marquisiens. Récits traditionnels des îles Marquises, coord. et prés. par Jean-Marie Privat

trad. du marquisien par Henri Lavondès, Grenoble, Éditions littéraires et linguistiques de l’université de Grenoble, coll. Paroles d’ailleurs, 2013, 218 pages
Jean-Luc Picard
p. 382-384
Référence(s) :

Récits marquisiens. Récits traditionnels des îles Marquises, coord. et prés. par Jean-Marie Privat, trad. du marquisien par Henri Lavondès, Grenoble, Éditions littéraires et linguistiques de l’université de Grenoble, coll. Paroles d’ailleurs, 2013, 218 pages

Texte intégral

1Toute entreprise de collecte de récits traditionnels se justifie par l’urgence. Il est urgent de sauver les derniers témoignages d’une culture orale qui se perd. La publication de ces Récits marquisiens n’échappe pas à ce qu’il faut bien appeler un topos. Depuis l’arrivée des premiers missionnaires de la London Missionary Society au début du xixe siècle, le sauvetage des récits polynésiens s’impose comme une nécessité. Ceux qui détruisaient la culture païenne entreprenaient inexplicablement de la conserver. Les gens de l’écrit ont souvent présenté l’oralité comme quelque chose de fragile, persuadés que leur entreprise de collecte était un hommage à un monde qui s’effaçait. En enregistrant les conteurs de Ua Pou, et parfois même en leur confiant le stylo, Henri Lavondès s’inscrit dans cette longue tradition qui veut pérenniser une culture que tout conspire à détruire. Son entreprise se justifie d’autant plus qu’il donne la parole à un peuple qui a failli disparaître. Il n’y a qu’à lire Pierre Loti, les Marquises semblaient vouées à la mort, menacées par les maladies. Les vallées sombres et les falaises menaçantes étaient le décor d’une tragédie que rien ne semblait pouvoir arrêter. Heureusement, les vallées retrouvèrent la vie et les survivants furent encore capables de raconter des histoires. Loin de toute arrogance coloniale et de toute envie destructrice, l’ethnologue s’est mis au service de cette Parole devenue rare. Et il faut aujourd’hui remercier Madame Lavondès, Jean-Marie Privat, et Marie-Noëlle Ottino-Garanger, qui font connaître ce travail humble et patient. Grâce à ce recueil, une part non négligeable de l’oralité marquisienne sort de l’ombre pour émerger dans le monde de la lumière, des hommes et de l’écrit. Pour reprendre la symbolique polynésienne, la parole sort du po matriciel pour enfin connaître l’ao.

2On peut évidemment regretter, comme c’est souvent le cas en ethnologie, que ces récits soient présentés sans que l’on connaisse exactement les conditions d’énonciation. Le « contage », comme tous les dons, exige un contre-don et se déroule dans un contexte spatio-temporel qui n’est jamais indifférent. Mais cette restriction ne doit pas gâcher le plaisir du lecteur puisqu’il ne s’agit pas d’une publication destinée à des spécialistes mais à un public plus vaste. Cette dernière se propose en effet non seulement de faire entendre les voix émouvantes du passé, mais aussi de permettre au lecteur européen de découvrir un monde inconnu. Comment ne pas succomber à « l’inquiétante étrangeté » de ces récits qui paraissent à la fois si proches et si lointains ?

3Le lecteur averti reconnaitra dans ces histoires venues de la petite île de Ua Pou les invariants du conte. Le héros marquisien, comme celui des contes et légendes occidentaux, part souvent en quête d’une femme ou d’objets lui permettant d’affirmer son pouvoir, le fameux mana. Cette quête se transforme très souvent en quête initiatique, puisque le personnage doit apprendre qui il est vraiment avant de revenir vivre chez lui sa vie d’adulte. Mais cette quête familière, qui l’initie et le qualifie, inquiète par son étrangeté. En effet, le texte surprend souvent par son exotisme radical et perturbe quelque peu, notamment par une progression surprenante, nos habitudes de lecture. On sent que la parole du conteur véhicule des valeurs et des références étranges qui doivent appartenir en propre à la culture marquisienne. Cependant, malgré les ruptures et les dérives inopinées, caractéristiques de l’oralité familière, une logique implacable guide les récits de ces conteurs qui, arrivés au terme de leur narration, terminent souvent, contents de leur performance, par cette clausule abrupte : « Voilà le morceau que je sais : ok ». Par souci d’authenticité, Henri Lavondès n’a pas tenté, en traduisant les discours et les textes recueillis, de faciliter la lecture. Gommer ou lisser les aspérités de cette parole « sauvage » aurait été un manque de respect pour ses informateurs soucieux de sauver une parole souvent inédite.

4Une part essentielle du charme de ces récits est due aux nombreux noms qu’ils véhiculent. Aux Marquises, comme ailleurs en Polynésie, les noms sont au cœur des histoires, au centre des relations que les personnages entretiennent. Ils ne servent pas simplement à distinguer les individus mais, plus profondément, à les caractériser, leur permettant de revendiquer un ancêtre, un tupuna, un statut et une lignée. Donner son nom, c’est bien sûr décliner son identité, mais c’est aussi faire revivre un disparu en l’inscrivant à nouveau dans les échanges du monde de la lumière. Le héros de légende appartient par son nom au monde du po, celui de ses ancêtres, et le monde de l’ao n’a de sens pour lui que s’il se réfère constamment à ce monde ancien : « L’enfant de Tevaitotoku’a naquit ; ce fut un garçon auquel Tevaitotoku’a donna le nom de son frère, ‘Akahe’e qui avait été mangé par Kue’enui. Ainsi ressuscita ‘Akahe’e-i-Vevau ! Sa sœur se réjouit, ‘Akahe’e avait de nouveau une descendance » (p. 178). Te vai signifie la rivière, toto le sang et ku’a rouge (p. 203). Comment ne pas être attentif au sort d’une femme ainsi nommée ? Il n’est qu’à parcourir le glossaire proposé en fin de recueil pour tomber sous le charme de ces noms dont la composition raconte déjà une aventure.

5La plupart de ces récits commencent avec un départ de pirogue. Il faut, un jour, tailler sa pirogue et partir sur le vaste océan pour échapper à l’univers clos de la vallée. Ceux qui connaissent les Marquises savent que les vallées profondes et encaissées sont autant d’îles dans l’île. Avant de vivre sa vie dans sa vallée, l’individu doit quitter sa terre, accepter un temps de se déraciner. Un tel va chercher des plumes rouges qui vont conforter son mana, un autre part chercher une femme. Il faut de toute façon quitter les cendres du foyer pour être un homme. « On fait dormir cet enfant sur les cendres du foyer ! » s’indigne la population d’un conte où l’enfant tarde à partir (p. 167).

6La plupart des héros se dirigent vers l’ouest, vers Havaiki, remontant ainsi vers l’île mythique des origines, celle des tupuna bien sûr, mais celle aussi d’où seraient parties les premières pirogues polynésiennes à la conquête des îles de lumière où les hommes vivent maintenant. La quête initiatique réclame ce retour vers l’origine, vers le ventre premier : « Ils tiraient tous deux leur origine d’Havaiki. Leurs mères étaient du même ventre » (p. 155). Les îles dans lesquelles ils débarquent ne sont pas, pour ces navigateurs hors pair, des insulae, des lieux clos et perdus au milieu du Pacifique, mais des points de rencontres, des étapes dans un cheminement à la fois spatial, chronologique et mythique. Aller vers l’ouest, c’est non seulement parcourir à l’envers l’itinéraire des ancêtres fondateurs ; c’est aussi remonter le temps, en revivant les étapes de l’histoire humaine. L’île est le laboratoire d’expérimentation des humanités possibles. La fameuse île aux femmes, par exemple, dont « La légende de Kae » (p. 111) présente une version, est une île extraordinaire peuplée de femmes dominées par un sorcier : les femmes y font l’amour avec des racines de pandanus, elles n’enfantent que des filles et meurent en les mettant au monde. Le héros civilisateur qui débarque dans cette île montre à la cheffesse qu’une femme peut faire l’amour avec un homme et accoucher sans mourir : « Désormais lorsqu’une femme éprouvait des douleurs, on la transportait chez Kae. L’enfant venait au monde sans que meure sa mère. Le tahutahu (sorcier) fut chassé. Ces femmes étaient très heureuses, car les enfants venaient bien au monde. La femme de Kae se trouva enceinte » (p. 113).

7Il y a aussi des îles gouvernées par des animaux, des îles où des poissons prennent des femmes pour faire l’amour, des îles cruelles où la chair humaine est consommée, où les corps humains servent à faire des rouleaux pour tirer les pirogues à sec sur le rivage… Toutes ces îles sont à explorer, et à quitter.

8Le lecteur comprend vite que l’inquiétante étrangeté qui le fascine vient du sentiment que le monde de lumière dans lequel vit le conteur est encore marqué par celui des origines, un monde obscur qui n’a pas renoncé à la cruauté et à l’animalité. La parole naît dans cette matrice sombre que les héros ne cessent de visiter pour s’épanouir dans la lumière. L’entreprise est relayée ici par l’effort d’Henri Lavondès et de ceux qui ont décidé de faire enfin connaître au grand public le travail de cet ethnologue aujourd’hui disparu. En 1848, le pasteur Orsmond, dont les notes fourniraient à sa petite-fille la matière pour publier l’ouvrage de référence qu’est Ancient Tahiti (1928), notait : « Comme il est essentiel de préserver la littérature tahitienne dans son style propre et sa simplicité primitive qui constituent son plus grand charme, j’ai recueilli toute ma documentation telle qu’elle m’était donnée de vive voix par les prêtres et les conteurs, et j’ai été surpris de la beauté du langage et de la richesse des mots et tournures de phrases (métaphores) » (Teuira Henry, Tahiti aux temps anciens, documents et notes réunis par le Révérend J. M. Orsmond, complétés et édités par Teuira Henry ; trad. de l’anglais par Bertrand Jaunez, Paris, Société des Océanistes, 2004, p. 7).

9Si nous sommes encore sous le charme de cette « simplicité primitive », ou de « la beauté de ce langage », ce n’est pas simplement pour des raisons esthétiques, comme le croyaient le pasteur et les romantiques de son siècle, mais parce que ces récits parlent de la difficulté d’être un homme, d’échapper à un monde sans cesse menacé par la sauvagerie. La parole des conteurs ne cesse d’encourager cet effort.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Picard, « Récits marquisiens. Récits traditionnels des îles Marquises, coord. et prés. par Jean-Marie Privat  », Questions de communication, 27 | 2015, 382-384.

Référence électronique

Jean-Luc Picard, « Récits marquisiens. Récits traditionnels des îles Marquises, coord. et prés. par Jean-Marie Privat  », Questions de communication [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 21 février 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9914

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page