Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, culture, esthétique

Alexandre Mikhalevitch, Balzac & Bianchon

Paris, H. Champion, coll. Romantisme et modernités, 2014, 328 pages
Katherine Rondou
p. 381-382
Référence(s) :

Alexandre Mikhalevitch, Balzac & Bianchon, Paris, H. Champion, coll. Romantisme et modernités, 2014, 328 pages

Texte intégral

1Professeur honoraire de lettres de l’université Paris Diderot-Paris  7 et docteur en psychanalyse, Alexandre Mikhalevitch aborde l’étude de l’œuvre balzacienne par le biais de l’un des célèbres personnages récurrents de la Comédie humaine, le docteur Horace Bianchon, dont le romancier valorise constamment la brillante carrière. Personnage secondaire certes (il n’occupe pas l’espace narratif d’un Nucingen ou d’un Rastignac), Horace Bianchon apparaît néanmoins dans 31 textes et devient, par conséquent, le personnage le plus récurrent de l’œuvre. En outre, il se caractérise par sa capacité à dérober son individualité sous des aspects changeants, parfois contradictoires, et par un progressif retrait politique et affectif. Cette mise à l’écart retient particulièrement l’attention d’Alexandre Mikhalevitch, qui l’interprète à la fois comme une source d’amertume et d’apaisement.

2Après la justification de son corpus d’étude (la sélection des 31 œuvres, précédemment évoquée), Alexandre Mikhalevitch analyse le personnage, globalement selon la chronologie interne du récit et diverses thématiques, de la sexologie à la politique. Nous suivons donc les mutations de Bianchon sous la Restauration et la Monarchie de Juillet.

3L’auteur note une première évolution dans le domaine professionnel. Formé à l’école de Paris, Horace Bianchon hérite de la position matérialiste et athée des idéologues de la fin du xviiie siècle, une tendance libérale et anticléricale sous les règnes de Louis xviii et Charles x. Mais, après 1830, il constate peu à peu les lacunes thérapeutiques du système et se tourne vers la médecine de laboratoire. Il ne s’agit évidemment pas d’une « révolution copernicienne » et ses nouveaux intérêts traduisent toujours sa fidélité à une conception scientifique et matérialiste de la médecine qui ne laisse place ni au surnaturel, ni à la psychologie. Paradoxalement, le médecin demeure fasciné par des figures excentriques, comme Mesmer ou Lavater, et étudie les manifestations de la volonté humaine. Il part de phénomènes d’influence de l’homme sur l’homme, pour définir un « fluide », insaisissable, actif à travers le temps et l’espace, insensible aux lois de la nature. Ces théories ne permettent cependant pas de découvrir en Horace Bianchon un précurseur de la psychanalyse.

4Sur le plan social, Bianchon ne souffre pas du rejet qui frappe inexorablement les personnages de la Comédie humaine, doués de capacités, mais issus d’un milieu désargenté, lorsqu’ils tentent de rejoindre le camp des notables. Méritant et compétent, il bénéficie surtout du soutien de plusieurs individus proches de l’oligarchie dès la Restauration (Rastignac, Desplein, etc.). Contrairement à la majorité des médecins des années 1840, ce dernier ne souffre pas de la pléthore des professionnels de la santé. Le comportement malthusien de son milieu professionnel ne le marque donc pas plus que des procédés de défense corporatifs. Par conséquent, son ascension sociale s’explique essentiellement par son intégration à des réseaux dominants, souvent des comploteurs libéraux qui continuent à s’imposer après les Trois Glorieuses.

5Ces accointances ne remettent cependant pas en question la valeur médicale d’Horace Bianchon. Certes, le médecin n’est ni un théoricien bien explicité, ni un thérapeute très efficace (à sa décharge, rappelons qu’il est souvent confronté à des pathologies qui dépassent les compétences de l’époque comme le cancer de Véronique Grasselin dans Le Curé de campagne). Toutefois, il se distingue de ses maîtres et confrères par l’attention accordée à la psyché de ses patients, et plus particulièrement de ses patientes.

6Une lecture attentive des apparitions d’Horace Bianchon dépasse ses vertus humaines et professionnelles, et dessine ses opinions politiques. Le médecin déteste les élites et les « femmes à la mode », remet en question son athéisme, s’interroge sur la place réservée aux femmes par le Code Napoléon, etc. Horace Bianchon incarne le désenchantement de la révolution bourgeoise. Il regrette la solidarité organique de la société d’Ancien Régime, mais, réaliste, reconnaît les plaisirs et les facilités que consent la Monarchie de Juillet à ses élites. Contrairement à son amour pour la science et la recherche, l’ardeur politique d’Horace Bianchon s’essouffle et il adopte peu à peu une position de retrait.

7Selon Alexandre Mikhalevitch, la contestation de Bianchon se manifeste plutôt, en fin de compte, dans son « féminisme ». Sensible au désarroi des grandes hystériques, le médecin s’interroge sur l’attitude de la société de son temps envers les femmes. En revanche, les données intimes du personnage (son aspect physique, sa sexualité, ses rapports familiaux, etc.) demeurent inconnues, silence inhabituel dans la pratique romanesque d’Honoré de Balzac. Dépourvu d’intimité, Bianchon l’est également de tout conflit intérieur et devient un stéréotype, une figure du contraire. Le médecin, toujours calme, jamais plaintif, étranger à toute passion, mène, avec constance, une carrière ascendante… la négation même de la personnalité flamboyante et dévorante d’Honoré de Balzac.

8L’ampleur de la Comédie humaine nécessite de sélectionner un angle d’approche, une thématique, etc., si le chercheur veut éviter d’être submergé et de se limiter à une étude superficielle, et par conséquent inutile. Dès lors, l’analyse d’un seul personnage à travers tout le corpus balzacien semble justifiée. Certes, Honoré de Balzac se gaussait de ses contemporains qui tentaient de reconstituer la biographie de ses personnages, mais les travaux d’Alexandre Mikhalevitch auraient sans doute trouvé grâce à ses yeux. Balzac et Bianchon offre un fil rouge riche et cohérent, qui permet au lecteur de pénétrer les rouages complexes de la Comédie humaine, en suivant l’évolution sociale et professionnelle d’Horace Bianchon. L’essai renseigne également, « en creux », sur certaines obsessions du romancier, lorsque celui-ci refuse à son personnage les caractérisations intimes qu’il attribue à ses autres protagonistes. Si nous regrettons les multiples coquilles du texte, l’essai constitue donc une contribution intéressante aux études balzaciennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katherine Rondou, « Alexandre Mikhalevitch, Balzac & Bianchon », Questions de communication, 27 | 2015, 381-382.

Référence électronique

Katherine Rondou, « Alexandre Mikhalevitch, Balzac & Bianchon », Questions de communication [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9913

Haut de page

Auteur

Katherine Rondou

Université libre de Bruxelles, Université de Mons, B-1050
krondou@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page