Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, culture, esthétique

Anne Jourdain, Du cœur à l’ouvrage. Les artisans d’art en France

Paris, Belin, coll. Socio-Histoires, 2014, 349 pages
Tiphaine Marie
p. 377-378
Référence(s) :

Anne Jourdain, Du cœur à l’ouvrage. Les artisans d’art en France, Paris, Belin, coll. Socio-Histoires, 2014, 349 pages

Texte intégral

1Si Anne Jourdain présente l’artisanat d’art comme « un amas aux contours imprécis : une nébuleuse » (p. 8), son ouvrage, au contraire, traite ce sujet avec une méthodologie rigoureuse. Tiré de sa thèse en sociologie Les Artisans d’art en France. Éthiques et marchés, soutenue en 2012, Du cœur à l’ouvrage a hérité de la rigueur théorique du travail universitaire qui le précède. Cependant, ce qui pourrait être perçu un peu rapidement comme une réflexion aux accents scolaires est vite compris comme étant une nécessité pour appréhender ce milieu caractérisé par son hétérogénéité. Oscillant entre sociologie, histoire, économie et politique, et par un brillant mélange d’analyses et de témoignages, l’ouvrage trouve très justement sa place dans la collection « Socio-Histoires » dirigée par Michel Offerlé. Les nombreux extraits d’entretiens qui structurent le texte permettent de saisir les questions qui gravitent autour des métiers d’art de façon presque sensible. L’ouvrage offre une lecture très souple tout en livrant une pensée minutieusement organisée pour tenter d’apporter un semblant de réponse à « l’insaisissable définition des métiers d’art » pour reprendre les mots de Pierre Dehaye en 1976 lors du rapport fondateur de l’Institut national des métiers d’Art (p. 12). Mais la finalité n’est pas tant de trouver des réponses que de révéler les questionnements soulevés par cette population dont on parle peu et quand bien même on trouve des écrits à leur propos, c’est souvent avec les stéréotypes évoqués par les artisans lors des entretiens avec l’auteure. Anne Jourdain tente de traduire cette diversité des métiers, des pratiques, des styles de production, des circuits de commercialisation pour saisir un tant soit peu cette catégorie polysémique forte d’une construction à la fois collective et individuelle. Construction collective autour d’un marché, celui de l’artisanat d’art, mais aussi une construction individuelle visible par la diversité des parcours. Ce groupe n’a, historiquement, pas toujours été distingué de l’art. La conséquence du clivage entre art et artisanat serait une absence de définition substantive de ce premier groupe ainsi qu’une absence de statut qui soit spécifique aux artisans d’art. Anne Jourdain relève scrupuleusement les différentes tentatives de définition des organismes concernés avant de rappeler que, s’il existe un groupe « artisanat d’art », il est le fruit d’une construction sociale et historique impliquant les effets de multiples acteurs qui ont intérêt à l’institutionnalisation de ce groupe. Et c’est de cette construction dont il est précisément question ici.

2Le régionalisme de la fin du xixe siècle, qui trouve son apogée dans les années 30 à travers la valorisation du folklore, contribue par exemple à la promotion des métiers d’art régionaux en France. L’apparition de la figure de l’artiste indépendant ou encore la loi sur la durée du service militaire (loi qui vise à dispenser du service militaire de trois ans un certain nombre d’ouvriers d’art et doit donc définir au préalable ce qu’elle entend par métiers d’art ou industrie d’art) auront également une incidence (p. 24). Progressivement, ce sont les artistes qui vont encourager le développement de ces métiers en s’intéressant, dès 1930, aux savoir-faire artisanaux. Les écoles d’art suivront en renouant avec une certaine idéologie artisanale, encourageant ainsi une réhabilitation artistique de l’artisanat. Dans les années 70, les premiers métiers d’art, issus de la Révolution industrielle, se chargent des revendications esthétiques et éthiques contre la civilisation urbaine et industrielle. Ce retour à la nature encourage d’avantage ce qui sera désormais qualifié d’artisanat d’art ou d’artisanat créateur (p. 29).

3Le sens fluctue autour de ce terme qui paraît pourtant clair, les politiques viennent le modeler sans jamais le figer. Les systèmes de pensée s’y heurtent et dépassent le vieux débat entre l’artiste et l’artisan, certains voient dans les métiers d’art une possibilité d’extension de l’art contemporain.

4Les possibles sont multiples et c’est à coup d’étiquetage et de changement de ces étiquettes que les frontières, poreuses, faute de se dessiner, semblent s’élargir voire s’ouvrent aux hybridations. L’apparente incompatibilité entre tradition et création, la réappropriation des images de l’artisanat d’art par le luxe, les difficultés économiques qui touchent les artisans sont autant de problématiques rencontrées lors de la lecture de cet ouvrage dans lequel l’auteure a mis, indubitablement, beaucoup de cœur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tiphaine Marie, « Anne Jourdain, Du cœur à l’ouvrage. Les artisans d’art en France », Questions de communication, 27 | 2015, 377-378.

Référence électronique

Tiphaine Marie, « Anne Jourdain, Du cœur à l’ouvrage. Les artisans d’art en France », Questions de communication [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 19 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9906

Haut de page

Auteur

Tiphaine Marie

Crem, université de Lorraine, F-57000
tiphaine.marie16@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page