Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, culture, esthétique

Thierry Giraud, Le Désir-temps. Essai sur le temps suspendu

Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Ouverture philosophique, 2013, 118 pages
Marcienne Martin
p. 374-375
Référence(s) :

Thierry Giraud, Le Désir-temps. Essai sur le temps suspendu, Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Ouverture philosophique, 2013, 118 pages

Texte intégral

1Le Désir-temps. Essai sur le temps suspendu est une étude sur le concept de temps considéré dans la dimension du désir et de sa réalisation ; il s’agit d’une œuvre de Thierry Giraud, agrégé de philosophie. Ce livre est divisé en deux parties principales subsumant trois chapitres pour la première partie deux pour la deuxième partie. Sur la quatrième de couverture, Thierry Giraud présente son œuvre comme suit : « Le temps suspendu comme moment heureux est à juste titre considéré comme extrêmement précieux. Mais on peut se demander : par quoi donc peut-il bien être suspendu ? L’hypothèse que l’auteur examine consiste dans l’idée que le temps est suspendu par le désir s’assouvissant. Ou que le temps suspendu n’est rien d’autre que du désir-temps : ni désir de temps, ni temps du désir ; il relève de leur unité profonde. Il s’agira d’élucider cette hypothèse notamment avec Rousseau, les épicuriens et les stoïciens ».

2Dans le premier chapitre (pp. 9-64) intitulé « Élucidation du désir-temps », l’auteur reprend l’approche du concept de temps élaborée par différentes écoles de pensée. Ainsi, chez les épicuriens, le rapport au temps s’inscrit-il dans la raison, car « la fortune a un faible impact sur le sage ; en revanche son raisonnement a régi les choses les plus importantes et les plus capitales et, pendant la durée continue de son existence, les régit et les régira » (p. 29) et de poser que le pouvoir de l’être humain sur le temps est sa raison et les choix qu’il opère sont fonction de ses désirs. Pour Thierry Giraud, le temps est suspendu par le désir s’assouvissant, ce qui correspond à « l’unité du désir et du temps » avec des paramètres tels la neutralisation du temps social ainsi que l’accomplissement du désir formant un ensemble continu avec le temps. Comme le montre l’auteur, le temps, tel qu’il est défini par nombre de philosophes, renvoie à la succession de moments ; cette réflexion ouvre sur une étude des notions de l’aiôn (temps suspendu) et de celle de chronos (temps s’écoulant). Toujours selon l’auteur, le désir-temps correspondrait à une symbiose entre temps et activité dans laquelle l’auteur s’implique totalement, ce qui renvoie à un présent dit « insulaire » en référence à la cinquième promenade de Jean-Jacques Rousseau et à son séjour sur l’île de Saint-Pierre. Dans ce chapitre, Thierry Giraud réfère à l’épicurisme, philosophie qui considère que le temps doit être vécu au présent et non dans une projection, dans le futur ; ainsi réfère-t-il à un « hédonisme prudent » au sein duquel le plaisir a une valeur identique aux autres évènements.

3La relation au temps des stoïciens « est une exigeante éthique de la vertu et de la responsabilité » (p. 37) conjuguée là encore au temps présent. Comme le souligne Thierry Giraud, « il s’agit de vivre au présent chez les épicuriens, tandis qu’il s’agit de vivre dès à présent chez les stoïciens » (p. 38). Dans le chapitre « Les présupposés du désir-temps » (pp. 53-56), il y est développé le concept de désir-temps avec la définition de chaque unité de cette locution lexicale. Du désir, l’auteur spécifie qu’il ne faut pas confondre désir et pulsion, deux ancrages dans le futur, mais dont l’un permet d’investir l’aiôn ou temps présent, alors que le second correspond à un acte réalisé dans l’immédiateté. Dans l’expérience du désir, le temps peut être appréhendé à la fois dans une approche tant subjective qu’objective.

4La deuxième partie de l’ouvrage (pp. 65-111) a pour titre : « Évaluation du désir-temps ». En relation avec le désir-temps, Thierry Giraud mentionne que « le désir-temps s’inscrit plus largement dans un art de vivre le temps dès à présent qui le rend possible, et auquel participe le kairos » (p. 65). Précisons que le kairos recouvre le sens de « moment opportun » (p. 39). Selon Pierre Janet cité par l’auteur, la perception de la durée du temps serait proportionnelle à l’âge du sujet (p. 66). Par ailleurs, la technologie moderne est à l’origine d’une accélération tant des moyens de déplacement que de ceux de communication (tgv, internet, etc.) ; cet auteur présente la relation existant entre la perception de l’accélération du temps et le changement sociétal : raccourcissement des périodes d’action, augmentation de la vitesse d’action, réduction des pauses et des temps morts, etc. ; il s’appuie notamment sur une étude de Hartmut Rosa relative à la modernité avancée (Accélération. Une étude sociale du temps, Paris, Éd. La Découverte, 2010). Ainsi y aurait-il une transformation de la relation à l’espace et de la relation aux êtres et aux choses (p. 73). La fin de la deuxième partie est dédiée à une analyse de l’individu et du Moi et ouvre sur la conclusion (pp. 112-113).

5Bien qu’appartenant au règne animal, et plus spécifiquement à la classe des primates, l’homo sapiens se démarque des autres membres du vivant par le phénomène de conscientisation qui le renvoie à celui d’être, d’exister, traduit par les différentes structures langagières formant la société humaine. L’interrogation existentielle de l’étrange parcours du vivant, où vie et mort en forment l’acmé, pose le temps comme facteur les sous-tendant. Dans le cadre de différentes théories philosophiques, Thierry Giraud analyse le concept de temps et la valeur qui lui est accordée dans le cadre d’une implication totale du désir réalisé dans le présent ou, encore, dans celui d’une projection dudit désir dans le futur. Cette étude philosophique sur le concept de désir-temps intéressera un lectorat dont le questionnement métaphysique porte sur la nature du curieux destin de l’être humain et de son inscription dans le facteur temps.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcienne Martin, « Thierry Giraud, Le Désir-temps. Essai sur le temps suspendu », Questions de communication, 27 | 2015, 374-375.

Référence électronique

Marcienne Martin, « Thierry Giraud, Le Désir-temps. Essai sur le temps suspendu », Questions de communication [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 22 février 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9901

Haut de page

Auteur

Marcienne Martin

Oracle, université de La Réunion, F-34000
marcienne.martin@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page