Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, culture, esthétique

Monique Dagnaud, Génération Y. Les jeunes et les réseaux sociaux, de la dérision à la subversion

Paris, Presses de Sciences Po, coll. Nouveaux Débats, 2013, 210 pages
Gilles Boenisch
p. 370-372
Référence(s) :

Monique Dagnaud, Génération Y. Les jeunes et les réseaux sociaux, de la dérision à la subversion, Paris, Presses de Sciences Po, coll. Nouveaux Débats, 2013, 210 pages

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Monique Dagnaud dresse un portrait de la « génération Y » qui caractérise les « natifs numériques », qui ont actuellement entre 15 et 30 ans et ont grandi avec l’internet, les réseaux sociaux, les jeux vidéo. On l’a surnommée Y, parce qu’elle vient après la génération X, celle qui succédait elle-même à la génération des baby-boomers de 1968. Le Y se prononce « why », « pourquoi », une manière de traduire les interrogations sur ces jeunes en rupture avec leurs aînés. Historiquement, la dénomination fut inventée par le magazine Advertising Age en 1993, mais alterne depuis régulièrement avec d’autres expressions synonymes comme : « Enfants du millénaire », « GenY », « Yers », « Echos Boomers », « digital natives », « net generation ».

2Toutes ces nominations cherchent à décrire les enfants de la crise, élevés dans un contexte de relative morosité d’une société qui s’interroge sur elle-même, avec des perspectives d’insertion sociale incertaines, bien que largement diplômés : « Les nouvelles générations peinent à s’intégrer et à conquérir leur autonomie professionnelle dans les économies languissantes des sociétés occidentales » (p. 9). Cette génération a bénéficié d’un modèle éducatif moderne et plutôt démocratique, dans lequel les rapports sont très peu hiérarchiques, où beaucoup de choses se discutent et se négocient : « Le hiatus entre l’élévation du niveau éducatif, encouragée dans tous les pays, et l’insuffisance d’emplois qualifiés alimente une machine à désillusions et donc à protestations » (p. 197). Pourtant, avec ce livre, on découvre progressivement que ces jeunes sont plutôt optimistes et dégagent une vraie vitalité, même si cette énergie est parfois diffuse : « Ils n’ont aucune confiance dans l’avenir de la société, mais ont confiance en leur capacité à s’en sortir individuellement » ; « Il ne s’agit en aucun cas d’un ensemble homogène » (p. 8). Il s’agirait d’une génération qui ne serait pas obsédée par la carrière, mais par le bien-être et le développement personnel. Une génération qui voudrait tout apprendre, explorer de nouveaux domaines, qui, dès qu’elle s’ennuierait changerait de travail. Une génération faite de bricoleurs, de multitâches, de polyvalents, de papillonneurs talentueux, de super experts qui seraient passés d’une réflexion linéaire à celle du copier-coller asynchrone et connecté, et qui ne se battrait plus pour diriger ou avoir des responsabilités mais plébisciterait le « do it yourself ». Cette génération se positionne donc plutôt dans l’accumulation d’expériences, en passant d’un domaine de compétence à un autre, sans véritablement évoluer hiérarchiquement : « La vie en réseau aiguise un savoir-faire inédit : une vivacité presque intuitive à réagir aux autres et aux situations [...], tirer le meilleur parti d’un enchaînement rapide d’interactions » (p. 198).

3Parallèlement, Monique Dagnaud nous fait découvrir que les « Yers » idéalisent totalement la famille, tout en y insérant une réelle équité entre les sexes, en particulier lorsqu’il s’agit de travail. Associé à cela, il ressort une grande culture du partage, contre l’hostilité du monde, avec l’idée d’une régulation sociale par la solidarité portée par le « peer to peer » et la culture technophile de l’échange : « Idéaux coopératifs, égalitarisme, liberté d’expression absolue, revendication de la gratuité des contenus et élargissement infini de l’accès aux biens culturels conçu comme un droit, [...] goût pour le ludique, l’ironique et le rire salvateur » (p. 198). Ainsi, même s’ils ont du mal à sortir de la post-adolescence, ces jeunes adultes font-ils renaître l’idée d’autogestion en se passant de la dimension politique traditionnelle. Ils s’organisent plutôt entre eux sur le mode de la démocratie participative, et portent un regard ironique et décontenancé sur le reste de la scène politique. En même temps, « cette jeunesse [...] est la plus habile à user des moyens de communication [...], elle sait s’en servir comme outils de rébellion » (p. 197). Une habileté numérique qui leurs donnent des moyens d’action, des leviers contestataires qui effraient les pouvoirs en place et marquent un impact social à long terme.

4Monique Dagnaud explore en profondeur les caractéristiques de cette nouvelle génération en multipliant les angles d’observation. D’abord celui de l’émergence du numérique et de l’essor d’une sociabilité fondée sur la connexion en continu (pp. 7-72). Un numérique qui bouleverse les habitudes, les représentations, les rapports au monde et aux autres allant « de la modification des rapports au travail à une odyssée du savoir, de l’instauration d’une conversation généralisée à l’effacement des frontières entre professionnels et amateurs, de la générosité de l’esprit collaboratif à la radicalité de l’humeur « pirate », d’une démocratisation de l’information et des données à l’élévation de l’intelligence collective : les espérances investies dans le net n’ont cessé de prospérer. Ce « média ultime [...] constituerait depuis l’invention de l’écriture, la plus importante révolution dans la façon dont l’humanité échange, produit, analyse, interprète et mémorise les données symboliques » (p. 11). Il en ressort une identité numérique qui se prolonge dans une dimension politique du militantisme, associée également au piratage et l’attachement à l’économie du gratuit et du low cost (pp. 30-72). Cependant, il ne s’agirait pas d’une génération dont les membres seraient en conflit avec ses aînés, qu’ils apprécient pour leurs qualités, leurs accompagnements, leurs savoirs, tout en ayant un regard critique et ironique (pp. 73-140). De ce fait, ces jeunes ne se construiraient pas dans l’opposition frontale et traditionnelle entre générations, mais seraient soucieux de s’exprimer, de placer leurs sentiments et leurs opinions dans l’orbite du monde (p. 202). L’objectif de Monique Dagnaud est donc « de mettre en lumière l’articulation entre système communicationnel, d’une part, et système de valeurs et de représentation du monde de l’autre », pour décrire le potentiel nouveau de ces jeunes « en tant qu’acteurs sociaux et innovateurs culturels » (p. 8).

5Ainsi Monique Dagnaud décortique-t-elle de nouveaux comportements, de nouvelles manières de cohabiter, de nouveaux modèles économiques à façonner, dans ce qu’elle décrit comme une « rupture et une mutation anthropologique » majeures, face à un modèle social en récession (pp. 141-190) : « Nous voyons se dessiner de nouveaux profils psychologiques, de nouvelles façons de vivre ensemble, une autre façon de regarder le monde, une autre façon de s’organiser. L’individu appareillé de prothèses numériques qui en émerge n’est sans doute pas bouleversant d’originalité, mais laisse quelque peu perplexe » (p. 197). Un individu capable de se détacher de son contexte géographique et social, et capable de « se fabriquer des biographies alternatives, [de] penser qu’on pourrait changer de vie, circuler d’un monde à l’autre ». Un individu qui « façonne un talent à s’abstraire du quotidien, surtout quand celui-ci se révèle peu gratifiant et que l’avenir est incertain » (pp. 207-208). L’affirmation « radicale de la liberté d’expression, l’échange convivial et désintéressé, la réciprocité créatrice, un mode de vie fraternel : toutes ces valeurs tissent une Toile de fond » (p. 205) de ces jeunes qui sont les constructeurs du monde de demain.

6Enfin, comme l’indique Monique Dagnaud, cette façon d’être et de penser tend à s’imposer partout, stimulée par les jeunes générations qui ont engendré « une révolution silencieuse dans la subjectivité contemporaine » (p. 207). Pourtant, la génération Y laisse déjà place à la génération Z, ou génération silencieuse, ou encore génération C, pour communication, collaboration, connexion et créativité, née après 1995. Que peut-on attendre de cette génération montante, de ceux qui refusent l’autorité sans pour autant articuler leurs revendications de manière structurée, de ces jeunes qui ont assimilé que l’utopie n’est pas l’irréalisable en portant les germes du changement : économie collaborative, éthique, intelligence transversale, open-source, conscience globale ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Boenisch, « Monique Dagnaud, Génération Y. Les jeunes et les réseaux sociaux, de la dérision à la subversion », Questions de communication, 27 | 2015, 370-372.

Référence électronique

Gilles Boenisch, « Monique Dagnaud, Génération Y. Les jeunes et les réseaux sociaux, de la dérision à la subversion », Questions de communication [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 28 juin 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9896

Haut de page

Auteur

Gilles Boenisch

Crem, université de Lorraine, F-57000
gilles.boenisch@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page