Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, culture, esthétique

Patricia Champy-Remoussenard, coord., En quête du travail caché : enjeux scientifiques, sociaux, pédagogiques

Toulouse, Octares Éd., 2014, 142 pages
Ali Khardouche
p. 369-370
Référence(s) :

Patricia Champy-Remoussenard, coord., En quête du travail caché : enjeux scientifiques, sociaux, pédagogiques, Toulouse, Octares Éd., 2014, 142 pages

Texte intégral

1L’ouvrage est issu d’une investigation collective sur la nature du travail dans le cadre de la formation. L’ancrage épistémologique est situé, certes, dans le champ des sciences de l’éducation, mais concerne également la sociologie du travail ou les sciences de l’organisation ainsi que les sciences de l’information et de la communication. Sept auteurs se sont relayés pour apporter une contribution éclairée sur la nature et les acteurs ainsi que les enjeux du travail « caché » en éducation et en formation. C’est une question peu investiguée en sciences humaines et sociales en général et en sciences de l’éducation en particulier. Trois temps ponctuent ce travail titanesque. D’abord, Patricia Champy-Remoussenard a mis en avant toute l’importance du sujet non seulement pour les sciences de l’éducation mais aussi pour les disciplines des champs connexes. Ensuite, des exemples concrets alimentent la réflexion. Enfin, un texte en pré et postface permettent au lecteur de prendre le recul nécessaire par rapport à l’ensemble des contributions.

2Ainsi le texte de Pierre Imbert et Marc Duran (pp. 20-38) concerne une investigation de l’éthique en acte de l’éducation par le biais de la dichotomie entre l’utilitarisme et son contraire en acte de l’éducation. Plus exactement, ces auteurs introduisent la paradoxale norme utilitariste dans le travail éducatif et la recherche en éducation en se fondant sur un exemple concret de don et contre-don issu de l’anthropologie de Marcel Mauss. Puis, ils analysent le champ de l’anti-utilitarisme confronté à l’éthique dans le travail éducatif. Cela s’opère par un apport méthodologique pour l’analyse du travail et un apport pour le débat conceptuel au sein des théories de l’activité. Ce premier chapitre pose les bases de l’ouvrage qui s’oriente dans le deuxième chapitre vers la nature, la fonction et les limites des dimensions cachées et/ou clandestines du travail en recherche et en formation par la coordonnatrice de cet excellent ouvrage. Une dialectique intéressante qui ne peut nous empêcher de penser à la relation entre le travail, le loisir, le temps et l’espace et surtout la relation entre le travail et le loisir propre à Joffre Dumazedier (Sociologie empirique du loisir, critique et contre-critique de la civilisation du loisir, Paris, Éd. Le Seuil, 1974, p. 136).

3Le deuxième chapitre (pp. 39-52) est plus théorique. Plus exactement, Patricia Champy-Remoussenard, dépasse l’approche théorique via une démonstration en trois axes : les activités de management des équipes, le caractère caché des dimensions relationnelles et enfin la frontière floue entre le travail et la vie privée. D’ailleurs, ce dernier élément est souvent repris dans le cadre de recherche en sciences de l’information et de la communication notamment par Jürgen Habermas avec la dichotomie entre sphères publique et privée.

4Ces dimensions cachées ayant été mises en évidence, un troisième chapitre (pp. 53-66) s’intéresse aux ressource et obstacle face aux épreuves de la sur-prescription en analysant un exemple de professionnels de l’éducation. Françoise Lantheaume y montre à quel point l’invisible dans le travail des enseignants est important pour l’efficacité pédagogique d’un dispositif. Les dimensions cachées sont évoquées par trois exemples concrets : les conflits dans la traduction locale d’une prescription, une coopération prescrite et empêchée entre enseignant et assistant pédagogique et un accompagnement de jeunes en difficulté. Cela conduit à une interrogation sur la notion d’ingéniosité éducative.

5La contribution de Nicole Menacci (pp. 67-83) est intéressante à deux titres. D’une part, elle évoque les ingéniosités éducatives des savoirs investis. L’auteure les qualifie de contre coups aux méthodes habituelles et apportent également un plus en terme d’efficacité pédagogique. D’autre part, elle prouve via une approche méthodologique que ces ingéniosités ne sont finalement que partiellement clandestines du fait d’un corpus important. Elles peuvent être déployées pour une grande part (les savoirs habiles) par le biais notamment de l’apprentissage par erreur. Cela pousse à nous pencher sur le flou et le travail du sujet en formation.

6En effet, le texte de Jean Clenet (pp. 85-99) introduit la notion de « désordres de la reconnaissance ». Il apporte, surtout, une interrogation nouvelle sur le sujet en formation. Nous retiendrons le fait que le travail du sujet est fait de conception relativisées composées d’autoréférences du sujet, d’émergences de concepts et de biais sur l’ordre imposé  qui correspond pour l’auteur à une tierce voie d’auto-organisation du sujet. La contribution de Richard Wittorski (pp. 101-113) n’est pas la moindre de l’ouvrage. Elle investit la question du travail caché en rendant visible la part insue de l’activité par le biais de quelques motifs, enjeux et fonctions remplies. Qu’est-ce que cela veut dire ? En fait, l’auteur met en évidence les raisons inhérentes à un intérêt à la face issue de la formation du fait de l’innovation pédagogique qui en découlerait. Pour ce contributeur, l’enjeu est social (du fait d’une régulation) pour faire reconnaitre cette formation en tourne main.

7L’ouvrage ouvre des portes intéressantes pour les sciences de l’éducation en ce qui concerne une nouvelle sociologie du travail, dont La Nouvelle Revue du travail est le fer de lance actuellement. Cette nouvelle sociologie du travail de l’éducation et la formation qui est issue de ce croisement pose efficacement des questions légitimes dans le cadre d’une société ayant des attentes utilitaristes. Les sciences de l’information et de la communication ne sont pas en reste. Elles sont bien présentes du fait d’objets purement communicationnels. Nous pensons d’abord à l’apport de la technique et des nouvelles technologies de l’information et de la communication, mais également à des disciplines anciennes comme l’étude de la dichotomie entre sphères publique et privée, mais également à la communication pour le développement.

8Cependant, il reste un champ à explorer pour compléter notre critique : celui de la science économique et plus exactement celui du calcul économique. En effet, pour resituer le débat, il serait intéressant d’aborder ce travail caché selon une approche quantitative et de montrer à quel point, et surtout à quel montant. Finalement, cet ouvrage rassemble d’excellentes enquêtes ciblant des sujets précis ainsi que des études de cas apportant une cohérence d’ensemble à cette œuvre qui marquera le monde de la recherche dans ce domaine pour plusieurs années.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ali Khardouche, « Patricia Champy-Remoussenard, coord., En quête du travail caché : enjeux scientifiques, sociaux, pédagogiques », Questions de communication, 27 | 2015, 369-370.

Référence électronique

Ali Khardouche, « Patricia Champy-Remoussenard, coord., En quête du travail caché : enjeux scientifiques, sociaux, pédagogiques », Questions de communication [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 21 février 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9893

Haut de page

Auteur

Ali Khardouche

Université Paris 13, F-93017
khardouch@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page