Navigation – Plan du site
Échanges

Penser le plagiat à la lumière du cadre normatif du régime contemporain des savoirs scientifiques

Rethinking Plagiarism in Light of the Normative Framework of the Contemporary System of Scientific Knowledge
Florence Piron
p. 217-231

Résumés

La notion de plagiat est très loin d’être neutre. L’importance qui lui est accordée par la déontologie universitaire et scientifique indique que le plagiat touche un point très sensible du régime actuel des savoirs scientifiques. Selon l’interprétation proposée ici, ce régime est en tension entre l’ethos de la science moderne, avec son idéal de « communisme », et l’avènement de l’économie de la connaissance. Cette dernière conduit les scientifiques à oublier la dimension contributive de leur travail, à assimiler le fait d’être auteur et la propriété intellectuelle et à s’indigner du plagiat plutôt qu’à se battre pour l’idée que les savoirs scientifiques sont des biens communs. Le libre accès permet, oui, de lutter techniquement contre le plagiat. Mais la science ouverte engagée et l’utilisation des licences Creative Commons permettent de repenser son statut au sein de l’ethos scientifique et de revaloriser la dimension commune du travail scientifique.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce texte est sous licence CC-BY.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Déontologie et éthique : deux regards différents sur le plagiat
Exploration d’un cadre normatif : la blessure de l’absence de nom
Le plagiat en régime de propriété intellectuelle
Le plagiat selon la science ouverte engagée
Conclusion

Aperçu du début du texte

Brigitte Simonnot (2014), dans le résumé de son article sur le plagiat, suggère que « soutenir les publications en libre accès » fait partie des mesures de régulation qui peuvent permettre de développer des « pratiques éthiques dans l’enseignement supérieur et la recherche », en particulier dans la lutte contre le plagiat. Elle associe à la publication en libre accès deux facteurs qui pourraient dissuader les éventuels plagieurs. D’une part, elle rappelle que la mise en ligne d’un texte sur le web est toujours datée, que ce soit au moment de sa publication dans une revue en ligne ou sous la forme d’une pré-publication sur un site web en vue d’obtenir des commentaires. Cette date de « naissance » impossible à changer peut donc servir à défendre la cause de l’éventuelle victime face à son éventuel plagieur. La mise en libre accès de ces textes en ligne, ce que les mathématiciens et les physiciens du monde entier font depuis 1991 sur le site Arxiv, ne nuit en rien à cette protection d’...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Piron, « Penser le plagiat à la lumière du cadre normatif du régime contemporain des savoirs scientifiques », Questions de communication, 27 | 2015, 217-231.

Référence électronique

Florence Piron, « Penser le plagiat à la lumière du cadre normatif du régime contemporain des savoirs scientifiques », Questions de communication [En ligne], 27 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 22 février 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9818 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.9818

Haut de page

Auteur

Florence Piron

Département d’information et de communication
Université Laval
CA-G1V 0A6
Florence.Piron@com.ulaval.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page