Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Jacques Noyer, Bruno Raoul, Isabelle Pailliart, dirs, Médias et territoires. L’espace public entre communication et imaginaire territorial

Lille, Presses du Septentrion, coll. Information – communication, 2013, 286 pages
Éric Dacheux
p. 424-425
Référence(s) :

Jacques Noyer, Bruno Raoul, Isabelle Pailliart, dirs, Médias et territoires. L’espace public entre communication et imaginaire territorial, Lille, Presses du Septentrion, coll. Information – communication, 2013, 286 pages

Texte intégral

1L’ouvrage collectif interroge le rôle des médias dans les espaces publics locaux. Plus précisément, il cherche à appréhender la part des médias dans la production et l’entretien des imaginaires territoriaux. Il est constitué d’une introduction générale (pp. 11-17) des trois éditeurs et d’une postface (p. 277-283), écrite par Isabelle Paillart seule, qui encadre onze contributions rassemblées dans trois parties : « Espace public, média territoire : l’hybridité du politique et du territorial » (pp. 19-90) ; « Collectivités et institutions en mutation : l’identité territoriale à l’épreuve de la médiatisation » (pp. 91-186), « Nouvelles figures formelles de la territorialité » (pp. 187-276).

2Malgré une certaine hétérogénéité, le livre est écrit dans un style lisible et accessible. Il bénéficie d’illustrations pertinentes. De plus, des efforts éditoriaux certains ont été faits pour que cet ouvrage ne soit pas une simple collection d’articles : rédaction d’une introduction pour chaque partie, utilisation d’un fil rouge (des études de cas portant sur la ville de Roubaix) qui permet de relier les trois parties, une postface proposant une synthèse, etc. Évidemment, il aurait été souhaitable d’aller plus loin, par exemple, en rédigeant des conclusions pour chaque partie ou en proposant une bibliographie commune à l’ensemble de l’ouvrage. De même, le sous-titre, qui semble indiquer une opposition entre communication et imaginaire, aurait mérité de faire l’objet d’une élucidation. Mais, ce ne sont là que des détails secondaires d’un volume qui a le double mérite de remettre sur l’ouvrage une thématique (la communication locale) peu débattue en sciences de l’information et de la communication et de développer des propositions théoriques sur la base d’études empiriques. Surtout, les auteurs ont l’immense qualité d’aller à l’encontre des idées reçues. Chacun à sa manière rappelle que l’usage des technologies de l’information et de la communication (tic) – l’internet en tête – ne participe pas forcément à la disparition des territoires, mais peut, au contraire, participer « à une reterritorialisation caractérisée par un enchevêtrement des territoires manifestés » (p. 267). Rien que pour cette remise en cause tirée des analyses de terrain, l’ouvrage vaut d’être lu.

3Cependant, on ne peut que déplorer certaines faiblesses. La première est méthodologique : très peu de textes détaillent la méthodologie employée ; ceux qui le font ne soulignent pas les limites des méthodes utilisées comme l’entretien semi-directif, par exemple. La deuxième est empirique : la plupart des études de terrain portent sur la ville ou le quartier ; ainsi le département et la région sont-ils peu traités alors que, depuis plusieurs années, la question de la réforme territoriale est présente dans l’espace public national et structure bien des débats politiques locaux. La dernière mais la plus importante, la troisième est théorique. Parlant d’espace public, les auteurs font évidemment référence à Jürgen Habermas. Mais ils le font sans rendre compte de l’évolution de la pensée du chercheur allemand. Or, ce dernier a beaucoup travaillé la question depuis 1962 et la parution, en Allemagne, de L’espace public (1962). C’est pourquoi, Droit et démocratie. Entre faits et normes (Habermas J., 1992, trad. de l’allemand par R. Rochlitz et C. Bouchindhomme, Paris, Gallimard, 1997) et la conférence de Dresde de 2006 donnée devant des spécialistes de communication politique du monde entier proposent des conceptualisations théoriques de l’espace public très éloignées du premier Habermas, donc très éloignées de la représentation conceptuelle à laquelle se réfèrent la plupart des auteurs. De plus, le lien entre espace public et médias n’est guère interrogé de manière critique. En effet, à l’exception de Benoît Berthou (« Images de territoires et territoire en image : “Angoulême, capitale de la bd”, pp. 39-65) qui montre les rapports entre un média (la bd) et des lieux publics (les rues d’Angoulême), les auteurs de l’ouvrage semblent confondre espace public et médias. Pire, ils assimilent, sans jamais le justifier, tic et espace public comme s’il était évident qu’un blog associatif, par exemple, puisse être considéré comme un élément constitutif de l’espace public local. Or, cela ne va pas du tout de soi. Dans la note 14 de la conférence de Dresde, Jürgen Habermas rappelle que si l’internet possède bien des vertus (il revitalise le désir d’égalité entre celui qui écrit et celui qui lit et favorise la fin du secret dans un régime autoritaire), il possède aussi l’inconvénient majeur de fragmenter une large audience en une multitude de publics isolés. Autrement dit, l’internet crée certainement des espaces communs ; il ne crée pas forcément des espaces publics.

4Malgré ces quelques imperfections, cet ouvrage collectif de bonne tenue est un livre à recommander à tout étudiant et chercheur travaillant sur les liens entre communication et territoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Dacheux, « Jacques Noyer, Bruno Raoul, Isabelle Pailliart, dirs, Médias et territoires. L’espace public entre communication et imaginaire territorial », Questions de communication, 26 | 2014, 424-425.

Référence électronique

Éric Dacheux, « Jacques Noyer, Bruno Raoul, Isabelle Pailliart, dirs, Médias et territoires. L’espace public entre communication et imaginaire territorial », Questions de communication [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9477

Haut de page

Auteur

Éric Dacheux

Comsol, université Blaise Pascal Clermont Ferrand, F-63000
eric.dacheux@univ-bpclermont.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page