Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Renaud de la Brosse, Médias et démocratie en Afrique : l’enjeu de la régulation

Bruxelles, Bruylant, coll. Médias, sociétés et relations internationales, 2013, 392 pages
Gilbert Toppé
p. 414-416
Référence(s) :

Renaud de la Brosse, Médias et démocratie en Afrique : l’enjeu de la régulation, Bruxelles, Bruylant, coll. Médias, sociétés et relations internationales, 2013, 392 pages

Texte intégral

1Clairement rédigé, l’ouvrage est structuré en deux parties comprenant chacune trois chapitres : « Régulation et démocratie » (pp. 29-171) et « Régulation et démocratie en Afrique subsaharienne » (pp. 173-365). Il décrit et analyse le paysage de la régulation des médias dans plusieurs pays en général et en Afrique subsaharienne en particulier. Par exemple, l’ouvrage explique que, en Afrique, après plus de 50 ans d’indépendance, marquées par le règne de partis uniques et de dictatures militaires, la plupart des pays africains sont engagés, depuis le début des années 90, dans des processus de démocratisation politique. Dans certains cas, comme en Côte d’Ivoire, il y a eu des crises politiques majeures, voire des rébellions (p. 198).

2Selon Renaud de la Brosse, cette démocratisation s’est accompagnée d’une libéralisation entière ou partielle du paysage médiatique : des lois sur les médias ont vu le jour ou des lois existantes ont été réformées pour s’adapter au nouveau contexte politique. Cette ouverture du marché des médias a entraîné l’explosion de leur nombre, interviennent des acteurs divers, venant du secteur public et/ou du secteur privé. Pour chaque État, il est apparu nécessaire d’encadrer ces nouveaux flux. Ce contrôle qualifié de régulation est un concept juridique aux contours flous (p. 34).

3Dans les pays autoritaires, les médias représentent un pan de l’appareil étatique, ce qui signifie que la régulation des médias s’apparente à l’autorisation de faire de la propagande médiatique pour atteindre des objectifs politiques (p. 67). Mais dans les pays d’inspiration libérale, la régulation des médias est vue comme un mécanisme qui presse le gouvernement et l’État pour que les médias soient au cœur de la démocratisation de la société (p. 17). À ce propos, Philippe Boure soutient (2004, « Régulations et dérégulations libérales des médias audiovisuels », Acrimed, mai) qu’« il peut sembler pour le moins étrange que les premiers États à s’être dotés d’une loi à première vue restrictive de la liberté de communication soient des pays d’inspiration libérale. Pour autant, ce paradoxe n’est qu’apparent. L’idée de régulation est en fait assimilée à celle des libertés. Liberté d’obtenir une fréquence, liberté inscrite dans le droit de diffuser des programmes et dans celui de les recevoir ».

4Dans le cas africain, la régulation intervient dans un contexte où beaucoup d’entreprises de presse ne sont pas économiquement viables, où les journalistes vivent dans la précarité et ne sont pas toujours bien formés et où la plupart des organes de presse appartiennent à des partis et groupement politiques (pp. 180-181). Dans la pratique, les rapports entre les médias et l’autorité publique ont souvent été mauvaises : « Au Nigeria, par exemple, où gouvernements civils et militaires ont alterné depuis 1966, les relations entre presse, journalistes et pouvoir ont toujours été très tendues » (p. 195).

5Pour Renaud de la Brosse, la régulation des médias est un arbitrage indépendant dans un contexte où le public a droit à une information dépassionnée. Naturellement, la régulation des médias a nécessairement besoin de l’appui des pouvoirs législatif et judiciaire. Des exemples pris ici et là, en Occident (États-Unis, p. 68 ; Royaume-Uni, p. 72 ; France, p. 73) et en Afrique (Côte d’Ivoire, p. 197), démontrent que ce système garantit la liberté de la presse. Il est évident que l’absence de régulation est un facteur qui nuit gravement au processus démocratique et le drame rwandais est un cas palpable parmi tant d’autres. En effet, « il a été établit, notamment par le tribunal pénal international pour le Rwanda (t.p.i.r), que des médias comme la Radio Télévision Libre des Mille Collines (r.t.l.m.), Radio Rwanda ou le périodique Kangura, contrôlé en sous-main par le responsable des services secrets rwandais et dirigé par Hassan Ngeze – un cordonnier de profession… – ont psychologiquement accompagné et justifié le génocide perpétré contre la communauté tutsi, qui a coûté la vie à plusieurs centaines de milliers de Rwandais » (p. 111).

6Comme toute œuvre humaine, le processus de régulation des médias peut comporter des failles. Que ce soit du côté de l’Europe (cas hongrois en 1997 avec la Commission nationale de la radio et de la télévision, p. 157) ou de l’Afrique, où il n’y a pas encore de standards continentaux pour ce qui est de la régulation, l’auteur invite à renforcer la coopération entre les organes de régulation et les partenaires internationaux comme l’Unesco (p. 163), l’Organisation internationale de la francophonie (p. 163) et, surtout, à prendre un certain nombre de dispositions pour que les organes de régulation aient des règles de fonctionnement claires, depuis la désignation des membres (p. 259) jusqu’à leurs compétences (p. 260), en passant par leurs budgets qui doivent être consistants.

7Finalement, le livre dresse une sorte de bilan du fonctionnement de la régulation des médias en Afrique, en soulignant qu’il existe malgré tout une légère avance des pays francophone sur les pays anglophones en matière de régulation des médias (p. 194) : s’agissant de l’Afrique anglophone, où la presse a toujours été la plus importante en termes de tirages et la plus riche en nombre de titres, l’ouverture au pluralisme radiophonique n’a, en revanche, pas été plus rapide que dans l’espace francophone (p. 315).

8Le lecteur non spécialiste des médias peut comprendre le sujet exposé par l’auteur grâce à des exemples pertinents. Pour le lecteur plus avisé ou expérimenté, ces nombreux exemples l’enrichissent et lui permettront de faire des comparaisons, de confronter ses analyses à celles de l’auteur pour en tirer de nouvelles perspectives de recherche. D’un point de vue substantiel, le titre Médias et démocratie en Afrique : l’enjeu de la régulation est en lui-même très explicite et renvoie à une problématique plus générale : le rapport étroit entre les médias et la démocratie en Afrique. Au-delà de l’opportunité qu’offre ce livre de faire le bilan de la régulation des médias en Afrique, les aspects particuliers liés au renforcement du rôle des médias dans l’approfondissement de la liberté de l’information et de la communication, ainsi que l’enracinement de la démocratie et de la bonne gouvernance en Afrique constituent des centres d’intérêt majeur, en ce qu’ils se situent au cœur des préoccupations du continent. Aujourd’hui, avec l’évolution des technologies de l’information et de la communication, l’élargissement du champ de la régulation dans ce domaine est également au centre des débats.

9L’ouvrage de Renaud de la Brosse est particulièrement intéressant car les rapports médias-démocratie-développement constituent le fondement de nos champs d’investigation. Dans un contexte de démocratie, les médias ne peuvent qu’être indépendants et viser l’intérêt du peuple en l’aidant à accéder au développement. Or, tel n’est encore pas le cas dans les pays africains en général et les pays au sud du Sahara en particulier, où il y a presque en permanence un conflit entre les médias et les organes de régulation. L’auteur a donc su poser un problème d’actualité, avec des exemples pertinents. En général, les organes de régulation s’imposent moins aux médias publics qu’aux médias privés. L’on a tendance à croire que l’autorégulation est mieux que la régulation.

10Le concept de la « liberté » de la presse signifie, pour reprendre Emmanuel Derieux (1995, Droit des médias, Paris, Dalloz, 2001, p. 8), la « faculté d’agir, de sa propre initiative, sans y être contraint ni en être empêché par quelque personne, puissance ou autorité qui n’aurait pas été formellement habilitée, ou qui interviendrait pour des motifs, au-delà des limites ou selon des moyens autres que ceux correspondant aux pouvoirs qui lui ont été conférés ». Le contrôle peut être défini comme la vérification du bon fonctionnement d’un système et consiste à prévoir des mécanismes pour en corriger les défaillances en cas de dysfonctionnement.

11Un aspect important de la régulation des médias gagnerait également à être approfondi. Il s’agit de l’aide publique aux médias qui occupe de plus en plus de place dans les rapports entre médias et démocratie en Afrique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilbert Toppé, « Renaud de la Brosse, Médias et démocratie en Afrique : l’enjeu de la régulation », Questions de communication, 26 | 2014, 414-416.

Référence électronique

Gilbert Toppé, « Renaud de la Brosse, Médias et démocratie en Afrique : l’enjeu de la régulation », Questions de communication [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9468

Haut de page

Auteur

Gilbert Toppé

Université Alassane Ouattara, Bouaké, CIV
toppe_gilbert@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page