Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Mark Briggs, Manuel de journalisme web. Blogs, réseaux sociaux, multimédia, info mobile

trad. et adapté de l’anglais par C. Robert, Paris, Eyrolles, 2014, 308 pages
Gilbert Toppé
p. 413-414
Référence(s) :

Mark Briggs, Manuel de journalisme web. Blogs, réseaux sociaux, multimédia, info mobile, trad. et adapté de l’anglais par C. Robert, Paris, Eyrolles, 2014, 308 pages

Texte intégral

1L’ouvrage comporte onze chapitres, dont le premier consiste en une large introduction (pp. 2-8) aux systèmes de l’information numérique et à son vocabulaire. Les autres sont essentiellement des points de mise en pratique du journalisme web. Le volume est un livre-outil, un guide d’utilisateur, à l’attention des journalistes web, avec des schémas, des figures et des cas pratiques. C’est pourquoi, Mark Briggs commence par expliquer le fonctionnement du journalisme web : usage de l’internet qu’il qualifie de « réseau d’ordinateurs reliés entre eux qui partagent des informations » (p. 12) ; création de fichiers numériques ; connaissance de lexiques spécifiques : fichiers, serveurs, navigateurs, email, messagerie instantanée... L’auteur prévient que, désormais, pour réussir dans ce métier, les journalistes doivent « apprendre la compétence et la technologie. C’est la partie facile. Le plus dur est de reconnaître que vous faites partie d’un nouvel écosystème de l’information, à savoir le “futur” » (p. 3).

2Mark Briggs soutient que le journalisme se reconfigure sous l’effet conjugué de la révolution numérique et de l’ère de la transformation (p. 4). Le livre démontre que l’internet est en train de bouleverser la pratique du journalisme partout dans le monde entier, car il introduit une nouvelle façon d’aborder le métier. En effet, le réseau internet, les sites web, les blogs, les forums et autres espaces de parole ouverts à tous sont en train de déséquilibrer une profession importante, voire primordiale, dans l’équilibre des pouvoirs des démocraties libérales, notamment aux États-Unis. Selon lui, le web est un média nouveau, un média du futur et, en tant que tel, il est différent des autres médias. L’auteur écrit : « Le monde est devenu mobile. Et le journalisme avec lui. Il y a encore quelques années, un journaliste qui voulait être paré à toute éventualité aurait rempli son sac avec un ordinateur portable, une clef 3G, un appareil photo numérique, un caméscope, un dictaphone, sans oublier bien sûr un téléphone portable. Aujourd’hui, ce même journaliste peut simplement mettre son téléphone dans sa poche » (p. 105).

3Dans cette industrie en mutation perpétuelle depuis près d’une décennie sous la l’emprise des technologies de l’information et de la communication (tic), l’internet permet aux journalistes de partager des expériences, de dessiner des pistes pour s’adapter aux nouvelles contraintes et de profiter des nouveaux outils disponibles. Mark Briggs écrit : « Le journalisme n’est pas la seule industrie prise dans la tourmente, mais je pense qu’elle est de celles qui ont de fortes chances de la traverser et d’en ressortir considérablement plus fortes » (p. 8). Voilà pourquoi, le « manuel » s’emploie à livrer l’essentiel du blogging (pp. 37-59), de la participation des lecteurs (crowdsourcing, pp. 61-82 ; du microblogging, pp. 83-104), du journalisme mobile (pp  105-123), de la photographie (pp. 125-153), du storytelling visuel, de l’utilisation de séquences audio et vidéo (pp. 155-209), du datajournalisme (pp. 211-238), de l’actualité comme conversation (pp. 239-262) ou encore de la manière de développer une audience en ligne (pp. 2263-283). À l’issue de chaque chapitre, un acteur de l’information numérique aux États-Unis enrichit la thématique abordée en livrant ses opinions et expériences. L’ouvrage se clôt avec une série de liens utiles pour approfondir la matière abordée (pp. 285-286).

4En quatrième de couverture, on lit : « Traduit du livre américain Journalism next, cet ouvrage s’appuie sur de nombreux exemples issus des médias us pour expliquer pourquoi et comment se lancer dans le journalisme web, qu’il s’agisse d’interagir avec les lecteurs sur les réseaux sociaux, d’enrichir ses articles avec des contenus multimédias (audio, vidéo, son, image...), de débuter des projets de datajournalisme, de passer à l’info mobile ou encore de comprendre les bases du html et des css. Destiné aux professionnels qui n’ont pas encore franchi le pas du numérique comme aux étudiants en journalisme, ce manuel exhaustif est l’outil idéal pour apprendre les bases du journalisme web et se familiariser avec les techniques et le jargon de ce domaine ».

5L’objectif est de démontrer que les technologies numériques sont aujourd’hui la voie à suivre pour le journalisme, car elles permettent d’analyser, de partager, de synthétiser, d’organiser, d’agréger, de commenter et de diffuser l’information (p. 240). Par exemple, « des journalistes se servent de leur téléphone portable pour publier des tweets sur les lieux d’évènements majeurs, de conférences, de rencontres sportives et bien plus encore. La limite de 140 caractères en fait un support particulièrement confortable » (p. 102). Mais l’auteur souligne aussi que ces nouveaux outils « ne pourront jamais remplacer un professionnel avisé et entreprenant » et surtout le papier qui reste un outil important, quand bien même l’audience du webjournalisme s’agrandit (p. 77). Il invite donc les professionnels à toujours être prêts à échouer et à recommencer, à s’exercer, à oser. Il concède que la tâche peut nécessiter une bonne dose de persévérance car ces modes de transmission de l’information, d’aujourd’hui et du futur, ont une attitude plus expérimentale que les modes traditionnels du journalisme qui sont en perdition (p. 263).

6Le journaliste web enrichit au quotidien le site pour lequel il travaille en contenus éditoriaux. Grâce à l’instantanéité permise par l’internet, il écrit et met à jour en temps réel des articles et des brèves. Il peut y intégrer différentes sources de clics telles des liens hypertextes, des vidéos, des images, du son… Il peut participer aux choix de la ligne éditoriale, à la rédaction de newsletters envoyées aux abonnés. L’auteur avertit que « faire du journalisme sans photo, c’est comme écrire des phrases sans verbe » (p. 126). Il faut aussi « veiller à ne pas créer d’images qui mentent ou trompent le lecteur » (p. 129). Le journaliste peut également réagir aux avis et commentaires laissés par les internautes sur le site où est publié l’article ou sur les réseaux sociaux. Par ailleurs, il réalise une veille technologique sur des blogs et sites influents afin de proposer des sujets en fonction des besoins et interrogations des lecteurs. L’auteur qualifie cette pratique de conversation de l’actualité (p. 239).

7Du point de vue rédactionnel, l’ouvrage est très technique puisqu’il s’adresse, exclusivement ou presque, aux étudiants en journalisme et aux journalistes en activité. Il intéresse aussi ceux qui souhaitent approfondir l’usage des nouvelles technologies dans le cadre de leur pratique. Cette étude argumentée s’appuie sur de nombreux exemples, des cas pratiques et des citations le lecteur pouvant s’appuyer sur ces nombreuses leçons pour confronter ses analyses à celles de l’auteur et en tirer de nouvelles perspectives de recherche ou même de pratique.

8L’ouvrage est intéressant parce qu’il donne des outils de réflexion et même de travail au journaliste en général et au journaliste web en particulier pour que celui-ci soit en phase avec le monde d’aujourd’hui, dominé par la vitesse de l’information avec le développement du numérique. Dans ce contexte, il permet au lecteur de se remettre en cause chaque fois qu’il se rend compte qu’il n’est pas à jour par rapport à une technologie évoquée dans le texte. S’il ne se « considère pas comme un expert », mais comme quelqu’un qui a « la chance d’en connaître un certain nombre » (p. ix) car étant lui-même journaliste web, Mark Briggs a su traduire son expérience personnelle et même celle de plusieurs autres, dans ce domaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilbert Toppé, « Mark Briggs, Manuel de journalisme web. Blogs, réseaux sociaux, multimédia, info mobile », Questions de communication, 26 | 2014, 413-414.

Référence électronique

Gilbert Toppé, « Mark Briggs, Manuel de journalisme web. Blogs, réseaux sociaux, multimédia, info mobile », Questions de communication [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9465

Haut de page

Auteur

Gilbert Toppé

Université Alassane Ouattara, Bouaké, CIV
toppe_gilbert@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page