Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Jérôme Bourdon, Cécile Méadel, eds, Television Audiences Across the World. Deconstructing the Ratings Machine

Houndmills, Palgrave Macmillan, coll. Media & Culture, 2014, 288 pages
Eduardo Cintra Torres
p. 410-412
Référence(s) :

Jérôme Bourdon, Cécile Méadel, eds, Television Audiences Across the World. Deconstructing the Ratings Machine, Houndmills, Palgrave Macmillan, coll. Media & Culture, 2014, 288 pages

Texte intégral

1Édité par Jérôme Bourdon et Cécile Méadel, Television Audiences Across the World apporte un éclairage novateur dans le champ des sciences sociales pour la compréhension d’un des outils majeurs de l’activité télévisuelle : la mesure des audiences. Tout au long de 14 chapitres, les différents auteurs parviennent à la fois à décrire et réfléchir sur toute la complexité de cette thématique, à partir de différents points de vue : l’histoire, la technique, la méthodologie, la représentativité, le cadre légal et la portée des querelles à son égard dans les champs politique et des affaires.

2Par le biais d’un tour de force aussi inespéré que bienvenu, chaque chapitre met systématiquement en exergue un thème différent à partir du contexte d’un pays spécifique, matérialisant de ce fait la perception des éditeurs selon laquelle la mesure de l’audience – et cela malgré la globalisation des médias et des principales entreprises engagées dans le marché des taux d’audience – constitue une affaire éminemment nationale (p. 28). Bien davantage qu’une simple addition d’articles indistinctement rassemblés sous la bannière d’un thème plutôt abstrait, la réussite de l’ouvrage consiste à se présenter comme un véritable manuel structuré de façon méticuleuse : à la fois théorique et pratique, historique et actuel, informatif et analytique.

3Les cinq chapitres qui composent la première partie, « Inventing Measurement » (« Inventer la mesure », pp. 33-110) tracent l’histoire de la mesure des audiences en Grande-Bretagne (deux chapitres, pp. 33-52 et pp. 53-68), au Canada (pp. 69-87), en France (pp. 88-101) et en Allemagne (pp. 102-110). Dans de la deuxième partie, « Appropriatting audience figures » (« S’approprier les chiffres de l’audience », pp. 113-197), les cinq chapitres suivants analysent des questions comme la représentativité nationale des échantillons (Inde, pp. 113-131 ; Brésil, pp. 132-146), l’impact des taux d’audience aussi bien sur l’opinion publique et politique que sur les instances de régulation (Italie, pp. 153-163), l’originalité d’un processus, ayant cours sur plusieurs décennies, axé sur deux systèmes à la fois rivaux et complémentaires (Australie, pp. 164-178) ou encore l’intrusion d’un État néo-autoritaire non seulement sur le corps médiatique national, mais aussi, par extension, sur la mesure des audiences (Russie, pp. 179-197). La troisième partie, « Confronting changes » (« Confronter les changements », pp. 197-263), revient sur l’impact des mesures d’audiences sur la télévision d’État (le cas de l’Irlande, mais ce thème est également traité dans un des chapitres relatifs à la Grande-Bretagne) (pp. 199-215), les défis qui découlent de la numérisation des médias (pp. 216-233), de la fragmentation et des nouvelles possibilités en termes d’usages comme le time shifting (« décalage temporel ») et la multiplication des écrans alternatifs (Belgique, pp. 234-247), mais aussi sur le potentiel des nouvelles techniques de mesure et leur impact sur l’industrie et la régulation (États-Unis, pp. 216-233). Le dernier chapitre met en garde contre la proverbiale aversion des sciences sociales à l’égard de l’utilisation de cet immense réservoir d’information mis à disposition par les mesures d’audiences, tout en proposant une méthodologie d’étude appliquée (Suède, pp. 248-263).

4Rédigés par une vingtaine d’auteurs, ces chapitres ne circonscrivent toutefois pas leur analyse à un seul thème, mais décrivent le contexte de chaque pays, son cadre institutionnel, son économie médiatique, le rôle de l’État, le modèle de mesure d’audiences adopté, ainsi que les conflits et les débats nationaux sous-jacents. La lecture de cet ensemble permet de se rendre compte de certaines récurrences qui jalonnent l’histoire de la mesure des audiences dans chacun des pays dont il est question. Pour leur part, dans l’introduction, les éditeurs prennent à bras le corps le cadrage de l’ensemble de ces questions. Jérôme Bourdon et Cécile Méadel font le point sur la situation de l’analyse critique des mesures d’audiences, tout en systématisant presque tous ses problèmes en tant qu’instrument de l’industrie télévisuelle et question politique qui engage aussi bien le système politique que la citoyenneté en générale, du fait de la transformation de la recherche sur l’opinion publique en tant que façon de « théoriser la démocratie » (p. 3). Leur position se définit – pour reprendre l’expression d’Umberto Eco citée par un autre auteur du livre – comme une position « d’intégrés », bien que critiques, qui s’éloignent d’une posture « apocalyptique » de rejet de l’objectivation statistique des audiences à travers les moyens technologiques disponibles. Ils rappellent que, « d’une façon générale, la recherche scientifique n’a pas réussi à saisir et à expliquer la conception, le succès et la dissémination de la mesure de l’audience télévisuelle » (p. 2) et suggèrent que les chercheurs devraient « essayer d’explorer la richesse des données produites par la mesure professionnelle » (p. 4).

5L’argumentation des éditeurs, qui défendent ce parti pris académique, est bien appuyée par la sociologie de la quantification et par la relation, empruntée à la théorie de la science et aux études juridiques, entre « procedural truth and substantial truth ». Ils concluent que la mesure d’audiences est « both performative and reflective », puisque elle contribue à la définition de ce qui est mesuré et définit comme « audiences de télévision », tout en fournissant à la société les instruments pour « form a representation of itself » (pp. 12-14). Les auteurs examinent les limites de la représentation de l’audience par les méthodes actuelles, notamment le People Meter, un thème développé au cours de plusieurs chapitres. Souvent adoptée dans chaque pays en régime de monopole, la méthode donne lieu à une « monnaie » (les ratings) bâtie sur des « conventions » partagées par les parties concernés par ce marché, qui l’acceptent comme une « définition opérationnelle et réaliste du public ». D’ailleurs, une des réussites de ce livre consiste précisément à « clarifier ces conventions et à comprendre leurs significations par le biais de comparaisons géographiques et historiques » (p. 19), évoquant notamment les limites d’une telle représentation, comme c’est le cas dans la concentration des échantillons dans les grandes villes (Brésil, Russie) et l’exclusion des minorités (Inde).

6Par le truchement de l’expansion des techniques d’accès aux contenus et la contamination d’autres médias par le langage télévisuel, la révolution médiatique contemporaine a aussi des conséquences sur la mesure des audiences, aujourd’hui inadaptées dans la plupart des pays, du fait des nouvelles pratiques de consommation au-delà de l’écran de télévision (et même sur lui). Le pouvoir institutionnel, dont la matrice conservatrice se traduit par le choix de la continuité statistique, a résisté au changement technique, ce qui a enfanté une des grandes limitations de la représentation de l’audience par les ratings dans les pays plus développés, notamment en ce qui concerne les habitudes minoritaires en termes de consommation, un phénomène en forte croissance. Cette question est développée dans les derniers chapitres, mais elle n’est qu’effleurée par les éditeurs du livre. D’ailleurs, leur attitude découle vraisemblablement de leur position « intégrée » qui tend à accepter la structure institutionnelle de la mesure d’audiences et l’imposition d’un monopole à chaque pays comme un fait accompli (pp. 6-7). Or, cette réalité peut être analysée comme un « monopole de la violence » d’un marché de la télévision qui impose une information unique à la société dans son ensemble. À l’exception du chapitre sur l’Australie (pp. 164-178), le lecteur peut être amené à croire que le monopole est un bienfait, au-delà du marché de la télévision, pour l’activité de création de contenus elle-même, ainsi que les audiences, ce qui est bien loin d’être prouvé.

7Le fait que d’autres thèmes soient exclus, aussi bien de l’introduction que de l’ouvrage dans son ensemble, conduit au même raisonnement. Par exemple, on peut évoquer le choix de l’industrie télévisuelle de bâtir sa mesure d’audiences sur des foyers plutôt que sur des individus, rejoignant ainsi la stratégie commerciale de la publicité ou du marketing. Ce choix n’est pas suffisamment abordé. En dehors de l’analyse, figurent également les ratings en tant que mesure d’audience de la publicité, pourtant fournis en détail par ce genre de mesure et constituant la base même du marché de la télévision commerciale. Leur impact sur les contenus est aussi relevant que la mesure des audiences des contenus, que ce soit pour les chaînes publiques ou privées. Enfin, nous nous devons de faire référence au fait que le livre développe, de façon exhaustive, les diverses positions du pouvoir politique et des institutions de télévision à propos de la mesure des audiences – sans doute les plus importantes –, mais passe sous silence tous ceux qui font de leurs temps d’attente la « monnaie » de la mesure d’audiences, c’est à dire, les téléspectateurs. Ne devrait-on pas étudier ce que signifient les ratings pour les spectateurs ? Comment influencent-ils leurs pratiques d’attente et leurs choix ? En minimisant l’analyse quantitative et qualitative de la réception sur la mesure d’audiences elle-même, ceux à qui la mesure d’audiences donne le pouvoir du nombre restent, paradoxalement, sans voix.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eduardo Cintra Torres, « Jérôme Bourdon, Cécile Méadel, eds, Television Audiences Across the World. Deconstructing the Ratings Machine », Questions de communication, 26 | 2014, 410-412.

Référence électronique

Eduardo Cintra Torres, « Jérôme Bourdon, Cécile Méadel, eds, Television Audiences Across the World. Deconstructing the Ratings Machine », Questions de communication [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9462

Haut de page

Auteur

Eduardo Cintra Torres

Université catholique portugaise, PT-1649-023
eduardocintratorres@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page