Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Frédérick Bastien, Éric Bélanger, François Gélineau, dirs, Les Québécois aux urnes. Les partis, les médias et les citoyens en campagne

Montréal, Presses de l’université de Montréal, collection Paramètres, 2013, 358 pages
Alexandre Eyries
p. 407-409
Référence(s) :

Frédérick Bastien, Éric Bélanger, François Gélineau, dirs, Les Québécois aux urnes. Les partis, les médias et les citoyens en campagne, Montréal, Presses de l’université de Montréal, collection Paramètres, 2013, 358 pages

Texte intégral

1Dans la plupart des pays du monde, toutes les campagnes électorales fonctionnent selon un schéma clairement établi. Elles s’appuient peu ou prou toujours sur les mêmes éléments : une logique de représentativité égalitaire des partis (le temps de parole des différents leaders est minuté), des relais médiatiques importants (sous la forme de spots télédiffusés, de pages web dédiées et de comptes Twitter et Facebook officiels), la désignation de leaders charismatiques le plus souvent par le truchement d’élections primaires internes au parti, la tenue de meetings, l’organisation de débats contradictoires, l’exacerbation de l’antagonisme entre partis et le jaillissement quasiment inévitable de polémiques et de controverses en tous genres. Bien connue et bien huilée, cette mécanique constitue une constante de toutes les échéances électorales dans toutes les sociétés démocratiques occidentales postmodernes.

2Pourtant, une campagne électorale récente a dérogé à bien des règles et est apparue comme tout à fait exceptionnelle, et ce pour de nombreuses raisons : il s’agit de l’élection provinciale du Québec qui a eu lieu le 4 septembre 2012 : « Le contexte de cette élection était caractérisé par une insatisfaction élevée des Québécois à l’égard du gouvernement libéral qui arrivait au terme de trois mandats consécutifs. [….] La campagne électorale, qui eut lieu en période estivale, n’a pas semblé donner lieu à de grands mouvements de la part de l’électorat. Et ce, bien que […] les partis aient été particulièrement actifs pour tirer profit de tous les outils communicationnels disponibles dans un environnement médiatique en mutation, notamment les médias sociaux comme Twitter » (p. 9). Mais, surtout, le Parti québécois a signé sa cinquième victoire à une élection générale, sous la direction d’une femme, la première élue Première ministre dans l’histoire du Québec.

3Mis bout à bout, tous ces événements ont contribué à faire de cette élection un événement hors normes. Et c’est au déroulement de cette élection particulièrement surprenante, à ses tenants et à ses aboutissants, que Frédérick Bastien (professeur adjoint en science politique à l’université de Montréal), Éric Bélanger (professeur agrégé de science politique à l’université McGill) et François Gélineau (professeur agrégé de science politique à l’université Laval) ont décidé de consacrer cet ouvrage collectif en trois parties.

4La première partie de l’ouvrage (pp. 21-89) considère l’élection du 4 septembre 2012 à la lumière des élections générales qui ont eu lieu depuis 1973. La deuxième partie (pp. 89-176) est consacrée à la campagne électorale de 2012 sous l’angle particulier de sa couverture médiatique. La troisième et dernière (pp. 177-297) place au centre de ses analyses le vote des Québécois sous toutes ses formes.

5Dans l’introduction (pp. 9-20), les trois directeurs de la publication soulignent fort à propos que si tous ces éléments concourent à définir cet événement démocratique comme une élection particulière, ils se demandent aussi jusqu’à quel point les mouvements qui agissent sous la surface sont eux aussi extraordinaires. Ils expliquent que « l’objectif général de ce livre consiste […] à mieux comprendre les dynamiques qui sont à l’œuvre au sein des partis politiques, dans les médias et parmi les citoyens en considérant le cas de l’élection québécoise de 2012 » (p. 10). Ils montrent que, lors de la tenue de cette élection générale, la population québécoise manifestait une méfiance et un important mécontentement vis-à-vis des institutions et des représentants des partis politiques, assorti d’un violent conflit étudiant lié à la hausse considérable des droits d’inscription universitaires.

6Dans leur contribution qui clôt la première partie, Mebs Kanji et Kerry Tannahill (pp. 75-87) reviennent sur le profond malaise ressenti par les Québécois avant le scrutin de 2012. Ils rappellent « que la corruption et la collusion, de même qu’une performance insuffisante du gouvernement avaient contribué au cynisme des Québécois envers la politique et à la création d’un sentiment de méfiance envers les autorités gouvernementales » (p. 75). Ce que montrent les deux auteurs, c’est que les perceptions de corruption et d’une performance insuffisante du gouvernement ont contribué à alimenter le cynisme du public envers les acteurs et institutions politiques. Les Québécois étaient si mécontents de la politique du gouvernement de Jean Charest (Premier ministre de 2003 à 2012, Parti libéral du Québec) qu’ils se sont très vite mobilisés pour ces élections, s’appuyant sur « une longue et amère expérience de la lutte sur les politiques constitutionnelles et l’indépendance du Québec » (p. 80). En outre, la découverte de nouveaux abus de biens sociaux dans le secteur du bâtiment n’a fait que renforcer la déception des Québécois et leur défiance vis-à-vis de la politique politicienne en général.

7Thierry Giasson, Gildas Le Bars, Frédérick Bastien et Mélanie Verville (pp. 135-148) interrogent l’utilisation de Twitter par les partis politiques à des fins de communication, de mobilisation, de personnalisation et d’interaction. Les auteurs expliquent très bien comment et surtout pourquoi les partis politiques se sont emparés de ces nouveaux dispositifs : « Les partis politiques doivent composer avec ces nouveaux modes de communication, se les approprier et saisir la dynamique qui les régit. Faisant face au déclin de la participation politique, ils se doivent également de chercher de nouvelles façons de renouer avec l’électorat et de raviver leur rôle en tant que représentants de la démocratie » (p. 136).

8À l’aide d’un logiciel – Aspira –, Thierry Giasson, Gildas Le Bars, Frédérick Bastien et Mélanie Verville ont procédé à une analyse de contenu de plus de 2 500 tweets diffusés par les comptes des six principaux partis politiques, parmi lesquels deux chefs de parti, Jean Charest et Pauline Marois (Parti québecois), ne possèdent pas de compte Twitter officiels. Les quatre auteurs prennent soin de distinguer deux catégories de tweets, « les @usagers sont des messages que dirige un usager de Twitter personnellement et publiquement vers un autre usager en l’interpellant par son identifiant par la commande @. […] Les retweets s’inscrivent dans le caractère social de Twitter en ce qu’ils indiquent que l’usager qui reprend un tweet suit une conversation et veut en faire partager le contenu à ses abonnés » (p. 141).

9L’analyse révèle que, si les trois principaux partis politiques ont surtout utilisé Twitter à des fins de diffusion d’information, plutôt d’interaction et d’échange, elle indique une propension plus forte à en faire un usage social qu’en dehors des périodes électorales. Si l’information prédomine, elle est très complémentaire avec les fonctions d’interaction et de mobilisation car « des citoyens mieux informés seront plus à même de s’intéresser à la politique, de prendre des décisions éclairées et de s’engager plus activement dans le processus démocratique » (p. 146). Les auteurs livrent deux conclusions extrêmement intéressantes. La première est que l’utilisation de Twitter comme outil de diffusion permet de diffuser une communication électorale contrôlée et cohérente et de limiter ainsi les risques de dérapage. Au moins aussi importante, la seconde est que cette information non filtrée par les médias peut être utile à la réflexion d’électeurs flexibles.

10Dans leur contribution qui clôt la troisième et dernière partie, Éric Montigny, François Gélineau et François Pétry (pp. 285-297) s’intéressent à la manifestation des préférences des électeurs pour certains des principaux partis politiques à partir d’éléments figurant dans leurs programmes et en viennent ainsi à conceptualiser un outil d’analyse qu’ils nomment la « Boussole électorale québécoise ». Dans un premier temps, les auteurs expliquent que les élections ne se tenant pas à date fixe, cela a considérablement compliqué la planification d’une boussole électorale. Celle-ci a pu être élaborée à partir d’un certain nombre de critères (la publication d’une plateforme électorale, la présentation de candidats dans une majorité de circonscriptions, une mesure régulière de l’évolution de l’opinion publique par l’intermédiaire de députés sondés régulièrement). Un constat s’est vite imposée : au clivage gauche-droite sur les plans économique et social, s’ajoute une dimension identitaire liée à la souveraineté de la province du Québec. Même si elle ne répond pas à tous les objectifs, la Boussole électorale permet, et c’est là sa grande force, « de positionner à la fois les partis et les électeurs dans un même espace politique. […] Elle permet de tenir compte de la réalité québécoise où la question nationale demeure un élément de clivage important au sein de l’électorat » (p. 296). Très médiatisé durant cette campagne, cet outil a contribué, à sa manière, à la très forte mobilisation de l’électorat québécois lors de cette échéance exceptionnelle pour la province et le pays tout entier.

11Cette contribution est à la mesure de l’ensemble de ce remarquable ouvrage : d’une grande clarté sur le plan didactique, d’une incroyable richesse provenant de la multiplicité des approches (science politique, sociologie, communication, géographie, linguistique, psychologie et sciences économiques). Ce volume est appelé à devenir un ouvrage de référence non seulement pour les chercheurs et les étudiants en science politique et en sciences sociales, mais aussi pour tous les observateurs de la politique internationale et de la démocratie dans sa plus large acception. Une lecture passionnante et stimulante à tous égards.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Eyries, « Frédérick Bastien, Éric Bélanger, François Gélineau, dirs, Les Québécois aux urnes. Les partis, les médias et les citoyens en campagne », Questions de communication, 26 | 2014, 407-409.

Référence électronique

Alexandre Eyries, « Frédérick Bastien, Éric Bélanger, François Gélineau, dirs, Les Québécois aux urnes. Les partis, les médias et les citoyens en campagne », Questions de communication [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9456

Haut de page

Auteur

Alexandre Eyries

I3M, université Nice Sophia Antipolis, F-06200
alex.eyries@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page