Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Langue, discours

Emmanuelle Danblon, Victor Ferry, Loïc Nicolas, Benoît Sans, dirs, Rhétoriques de l’exemple. Fonctions et pratiques

Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, coll. Annales littéraires de l’université de Franche-Comté, 2014, 161 pages
Patricia Ehl
p. 387-388
Référence(s) :

Emmanuelle Danblon, Victor Ferry, Loïc Nicolas, Benoît Sans, dirs, Rhétoriques de l’exemple. Fonctions et pratiques, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, coll. Annales littéraires de l’université de Franche-Comté, 2014, 161 pages

Texte intégral

1Étonnant ouvrage qui, dans un premier temps, peut dérouter, qui est familier de l’exemplum à l’antique, mais belle célébration de l’interdisciplinarité (littérature, droit, psychologie....) dans une perspective humaniste : si, dès l’introduction, il se place sous l’autorité d’Aristote, ce travail s’inscrit dans une volonté de voir la rhétorique comme un lien entre disciplines tournées vers la connaissance de l’homme. L’exemple y est entendu comme un « objet de pensée », une « catégorie universelle du raisonnement humain » (p. 7), puis comme « objet rhétorique par excellence » (p. 8). Les analyses portent sur des textes allant de la Renaissance à l’époque contemporaine et s’ouvrent sur une lecture renouvelée du début (jusqu’au chapitre I,7) des Essais (Montaigne M. de, 1580-1595). D’emblée, Francis Goyet (pp. 15-38) souligne la contradiction entre le projet autobiographique annoncé par Michel de Montaigne et les nombreuses anecdotes historiques présentes, le terme anecdotes étant à comprendre dans la langue du xvie siècle et dans la continuité d’Aristote et de Quintilien, comme « exemples », c’est-à-dire « exemples historiques ». Partant d’un cas présenté par Michel de Montaigne, la réflexion en vient aux traités de rhétorique de Quintilien et d’Aristote pour asseoir la valeur du « précédent » et du témoignage comme exemple historique. Elle porte aussi sur la place et le nombre des exemples dans le discours, en fonction des raisonnements par induction et déduction. En se référant à la Rhétorique à Alexandre, ainsi qu’à la Rhétorique d’Aristote, Francis Goyet applique au texte des Essais les notions de thèses endoxale et paradoxale : ce dernier favoriserait les exemples au détriment des arguments et commencerait par une thèse paradoxale afin d’être clair pour son lecteur, de susciter son étonnement et de capter son attention. Sans en cacher parfois la fragilité, Francis Goyet montre que, plus que des thèses, Michel Montaigne établit des règles pratiques et morales. La matière historique est contingente ; l’exemple historique est souvent héroïque, il tend au sublime, au noble. Toutes ces analyses très précises s’appuient sur différentes éditions du texte de Michel de Montaigne et conduisent à conclure que cet exorde, par-delà sa nécessité de séduction, est aussi un plaisant pacte de lecture initial.

2De la littérature de la Renaissance, le lecteur passe à un « exemplum hautement typique et significatif pour l’historien » (p. 59) : l’affaire Dreyfus. Après un nécessaire rappel sur « la conception classique de l’exemplum et son usage en histoire des idéologies » (discours persuasifs, procédés inductifs, congéries, pathos « enrobant le logos », « conviction affective » naissant de la « singularité vécue »…), Marc Angenot (pp. 39-60) aborde la question de l’exemple allégué que le public validera intuitivement quand il croira rencontrer le même objet. S’inscrivant dans une perspective historique autour des thèmes de l’espionnage militaire et de la trahison juive entre 1886 et 1894, il analyse plusieurs écrits de presse et autres textes antisémites en soulignant leur « valeur prédictive ou prophétique » afin de montrer que « l’Affaire Dreyfus était entièrement écrite dans l’idéologie (du point de vue des antidreyfusards il va de soi) avant de se retrouver et de se réécrire (avec des “ratés”) dans le monde empirique » (p. 42). Ensuite, signalant propos et clichés hostiles, l’analyse – très documentée – porte sur certains organes de presse qui développent l’antisémitisme en exploitant les angoisses de l’époque, ainsi que sur des écrits posant la question du « Juif sous les armes », de la lâcheté manifestée même dans les duels, de la traîtrise et de l’espionite, ainsi que de la figure de l’apatride, nécessairement déloyal dans l’armée. Elle montre le flou soigneusement entretenu dans des récits de presse, qui veulent établir l’idée d’une omniprésence et d’une conspiration juives, d’un complot. Enfin, passant à une approche onomastique, Marc Angenot montre que des homonymes de Dreyfus avaient déjà été la cible d’accusations de la part de personnages antisémites et que ce dernier était déjà, de par son nom, condamné à subir un traitement « exemplaire ».

3Toujours dans la lignée de l’Histoire, deux autres contributeurs partent de faits ultérieurs, l’univers concentrationnaire et les Justes. Postulant que l’exemple se trouve aussi dans le récit qui se présente comme argumentation indirecte, particulièrement dans le récit consacré « aux violences historiques exemplaires d’une rupture de civilisation » (p. 81), Alain Rabatel (pp. 81-104) rappelle la légitimité et l’intérêt de la narration par rapport au témoignage brut, « des agencements de représentations grâce auxquels une expérience se transforme en conscience agissante » (pp. 81-82) et fait d’un fait particulier un cas exemplaire. Reprenant des éléments de définition de l’événement, objectif et subjectif, du fait, de la pensée et de la langue, il insiste sur la spécificité de l’événement inédit, objet non identifié, non relié à une classe déterminée et sur la nécessité de la narration testimoniale, entre « processus remémoratif et interprétatif » (p. 87), entre récit et refus du récit de l’expérience traumatique. Il donne à son lecteur quelques éléments contextuels avant d’analyser des extraits du premier des trois volumes d’Auschwitz et après de Charlotte Delbo (1965, Aucun de nous ne reviendra, Paris, Éd. de Minuit) sous l’angle du « désordre narratif » (p. 90), d’une esthétique fragmentaire en rupture avec le récit traditionnel, entre singulatif, répétitif et itératif, dans un « dialogisme muet entre soi et soi (je narrant et je narré), entre soi et les autres » (p. 95). Égratignant la thèse de l’indicibilité, il s’intéresse aux descriptions en apparence non adressées du texte ainsi qu’au contraire à des interpellations violentes du lecteur, et il souligne la théâtralisation opérée par l’ancienne collaboratrice de Louis Jouvet. Définissant le terme énonciateur dans toute sa complexité, l’auteur insiste sur le jeu des points de vue dans une analyse détaillée de certains textes. Sa réflexion montre que le récit est un moyen distancié de donner à des faits particuliers une dimension exemplaire et d’en faire un « événement doté de signification, à partir des efforts pour penser l’inconnu et l’inconcevable » (p. 103).

4Quant à Ekkehard Eggs, il pose la question de « L’argument par l’exemple, l’exemplum et l’appropriation du passé. À propos des “Justes” de France » (pp. 131-150). Postulant que les « inférences par l’exemple sont incontournables […] pour développer une mémoire collective qui nous permette de narrer notre Histoire » (p. 133), il étudie « la construction d’une mémoire collective française liée à l’instauration d’une journée nationale en hommage aux “Justes de France” » (p. 140).

5Loin de la littérature et de l’Histoire, Fabrice Clément (pp. 61-80) adopte une perspective très originale dans le choix de son objet, puisque, par le truchement de l’exemple, il propose d’amorcer « une approche cognitive des effets rhétoriques » (p. 61). Replaçant l’art de la parole dans sa dimension sociale de vie partagée, il part du principe que « les capacités rhétoriques, conçues comme une habileté à combiner des arguments, en vue d’obtenir ou d’accroître l’adhésion d’autrui à ses propres idées, s’inscriraient ainsi au cœur même du fonctionnement des sociétés humaines » (p. 62). À la lumière d’acquis des sciences cognitives (vigilance épistémique, heuristiques d’évaluation des informations communiquées, systèmes d’inférences, métacognition…), il interroge l’efficacité rhétorique et, plus particulièrement, « la force persuasive liée à l’utilisation d’exemples » (p. 62), « l’efficacité cognitive des exemples » (p. 75), qu’il s’agisse d’exemples à proprement parler, d’illustrations ou de modèles. Il rappelle qu’il est établi qu’une cohérence et une confiance plus grandes sont attribuées par le récepteur à un message pourvu de connecteurs logiques qu’à un même message qui en serait dépourvu. Prenant appui sur le cas d’affiches suisses extrémistes, il formule l’hypothèse selon laquelle les exemples seraient d’autant plus efficaces qu’ils feraient écho aux attentes intuitives, sociales, aux croyances explicites ou semi-propositionnelles du récepteur. En conclusion de ce premier pas vers une théorie cognitive des procédés rhétoriques, Fabrice Clément ouvre d’autres perspectives, notamment vers des facteurs d’ordre affectif (rapport aux proches, caractère solennel et institutionnel…).

6De la psychologie, cet ouvrage conduit ensuite au droit, sans craindre l’anachronisme. Dans une perspective interdisciplinaire marquée, Stéphane McEvoy (pp. 105-130) met en présence des éléments a priori très éloignés : la Rhétorique d’Aristote et la common law, l’antiquité et le monde contemporain, dans le but de « questionner la pertinence des traités de rhétorique pour décrire les discours judiciaires contemporains » (p. 107). Après être revenu sur le système établi (ou supposé tel) dans l’œuvre d’Aristote et sa constitutionnalité, il brave les problèmes de traduction et d’équivalence et établit que la Rhétorique, « adaptée à une démocratie directe, […] explore les moyens de persuader le citoyen en tant qu’il n’est spécialiste de rien » (p. 112). La comparaison se cristallise autour de la question du précédent, de la jurisprudence, que ne mentionne pas Aristote, pourtant envisageable sous le terme exemplum ou paradeigma. L’auteur montre que « la distinction entre genre judiciaire et genre délibératif ne convient pas nécessairement à la common law » (p. 114). Mais il rappelle la diversité du discours judiciaire occidental actuel et l’influence des principes politiques de la Grèce antique sur le discours judiciaire anglais, pour aboutir à une redéfinition du précédent qu’il examine dans le cadre de la pratique jurisprudentielle anglaise.

7Au bout du compte, l’ouvrage constitue une approche transversale, très enrichissante et renouvelée de l’exemplum à travers des objets textuels très différents, dans une perspective interdisciplinaire affirmée et assumée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patricia Ehl, « Emmanuelle Danblon, Victor Ferry, Loïc Nicolas, Benoît Sans, dirs, Rhétoriques de l’exemple. Fonctions et pratiques », Questions de communication, 26 | 2014, 387-388.

Référence électronique

Patricia Ehl, « Emmanuelle Danblon, Victor Ferry, Loïc Nicolas, Benoît Sans, dirs, Rhétoriques de l’exemple. Fonctions et pratiques », Questions de communication [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9433

Haut de page

Auteur

Patricia Ehl

HISCANT-MA, université de Lorraine, F-54000
Patricia.ehl@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page