Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Lorenza Mondada, Luci Nussbaum, éds, Interactions cosmopolites. L’organisation de la participation plurilingue

Limoges, Lambert-Lucas, coll. Info-com, 2012, 241 pages
Julie Boéri
p. 379-380
Référence(s) :

Lorenza Mondada, Luci Nussbaum, éds, Interactions cosmopolites. L’organisation de la participation plurilingue, Limoges, Lambert-Lucas, coll. Info-com, 2012, 241 pages

Texte intégral

1Publié avec le concours du projet européen « Dynamique des langues et gestion de la diversité » (dylan) de l’Université autonome de Barcelone et du laboratoire Interactions, corpus, apprentissages, représentations (icar) de l’université de Lyon, l’ouvrage regroupe, sous la direction de Lorenza Mondada et Luci Nussbaum, six études de cas caractéristiques de l’internationalisation des réunions en milieux universitaire et professionnel. Y sont analysés « le parler plurilingue » des élites européennes (managers d’entreprises, étudiants, professeurs, intellectuels, experts, etc.) en réunion de travail et/ou d’apprentissage et la façon dont le plurilinguisme y est géré.

2Un parti pris constructiviste fonde l’initiative de ce livre : considérer l’interaction comme le lieu où se jouent de multiples versions du lien social et où se constituent la société, la langue, la culture, la diversité. En interrogeant la création de ce lien social dans un cadre cosmopolite, le volume pose la problématique des enjeux du plurilinguisme pour la participation des acteurs dans des entreprises et universités particulièrement caractéristiques de l’internationalisation des activités intellectuelles et tertiaires à l’ère de la mondialisation. Les auteurs analysent la façon dont l’interaction et la participation sont organisées a priori et dont les interactants restructurent les ressources langagières plurilingues en situation. Ils montrent que, quelle que soit la politique plurilingue de l’entreprise ou de l’université, les acteurs renégocient leur cadre de participation et d’apprentissage dans le dynamisme et la spontanéité de l’interaction orale. Dans ces rapports entre politiques et pratiques, de multiples questions sont abordées : quelles sont les ressources interactionnelles disponibles, mobilisées ou écartées ? Quel est l’impact de ces décisions sur l’inclusion et l’exclusion des participants, sur la consécution des objectifs d’une réunion donnée et, plus généralement, sur le travail coopératif et l’apprentissage collectif des participants ?

3Pour comprendre la façon dont les échanges sont organisés et négociés, les auteurs se focalisent sur les tours de parole, les séquences d’échanges et les activités menées en situation d’interaction. Sous la forme d’enregistrements de situations naturelles transcrites, ainsi que de notes issues d’observation-participantes et d’analyse du discours, ces données empiriques sont extraites de terrains variés (assemblées générales annuelles, réunions d’équipes, réunions informelles en petits groupes pour les entreprises et cours magistraux ou séminaires pour les universités) où se manifestent diverses formes de plurilinguisme : régionale, nationale, internationale, ou liée à la thématique de la réunion.

4Posé par les éditrices dans le chapitre d’introduction (Mondada, Nussbaum, pp. 16-19), un cadre théorique commun à toutes les contributions dote l’ensemble d’une grande cohérence. Le concept goffmanien de « cadre participatif » (participation framework) (Goffman E., 1981, Forms of Talk, Philadelphie, University of Pennsylvania Press), tel que renouvelé par Charles et Marjorie H. Goodwin (2004, « Participation », pp. 222-244, in : Duranti A, ed., A Companion to Linguistic Anthropology, Oxford, B. Blackwell), est mobilisé pour analyser l’imbrication dynamique et réflexive entre production et réception dans la conduite active des participants et dans l’organisation des arrangements corporels et matériels (configuration de la salle, de la gestuelle, etc.). Les alternances de langues au sein d’une réunion et d’un discours sont éclairées au moyen du concept gumperzien d’« indices de contextualisation » (contextualisation cues, p. 20) et de ceux de Peter Auer (1984, Bilingual Conversation, Amsterdam, J. Benjamins) (discourse-related codeswitching et de participant-related codeswitching). La situation de communication plurilingue où se manifestent ces alternances est définie selon deux axes, endolingue/exolingue et plurilingue/unilingue), tels qu’élaborés dans les travaux de Georges Lüdi et Bernard Py (1985, Être bilingue, Berne, P. Lang, 2003) qui les mobilisent pour éclairer l’intercompréhension en situation d’apprentissage. Enfin, l’analyse de la catégorisation issue d’Harvey Sacks (1992, Lectures on Conversation, éd. présentée par G. Jefferson, Oxford, B. Blackwell) est employée pour aborder les différentes catégories des interlocuteurs : experts, apprenants, natifs, non-natifs, etc.

5Dans ce cadre constructiviste, les modes d’inclusion et d’exclusion des participants ne sont pas rattachés à une configuration linguistique a priori, mais dans leur construction au cœur de l’agir conversationnel des interactants. Ainsi l’ouvrage propose-t-il une ethnographie séquentielle et située de l’interaction où les micro-interactions sont constitutives des structures sociales et révélatrices du positionnement du locuteur vis-à-vis de l’échange, du degré de formalité de ce dernier, de l’institution organisatrice de l’échange, des compétences des uns et des autres, etc.

6Le grand mérite de l’ouvrage est de poser les problématiques complexes de la participation, du plurilinguisme et du cosmopolitisme (ce dernier recouvrant également les notions de mondialisation, mobilité et multiculturalisme, pp. 8-9) au cœur de l’interaction orale et des tours de parole. En croisant des questions de philosophie politique, de sociolinguistique et d’apprentissage des langues concernant la mondialisation, le cosmopolitisme, les phénomènes de translocalité, d’interaction, participation et plurilinguisme (pp. 8-26), l’appareillage théorique et épistémologique résolument interdisciplinaire relie de manière novatrice les pratiques sociales du plurilinguisme et le contact entre les langues, d’une part, et le sens que les participants attribuent à ces pratiques et à ce contact, d’autre part.

7Cependant, on pourra regretter que la langue de publication choisie, le français, n’ait pas fait l’objet d’une réflexion. En effet, l’absence de références francophones dans la bibliographie peut surprendre, tout autant que le manque de systématicité dans l’utilisation de termes et de concepts issus de l’anglais, parfois utilisés directement en anglais sans traduction (code-mixing, p. 20), voire sans explication (face-flattering act, p. 53), parfois traduits sans que l’original ne soit fourni (« indices de contextualisation » pour « contextualisation cues » de John J. Gumperz), parfois utilisés sous leur forme anglaise (« codeswitching », p. 12) puis quelques chapitres plus loin sous leur forme française exclusivement (« alternances codique » p. 136). Sans compter l’usage d’anglicismes (« en switchant en français », p. 38 ; « il switche », pp. 39, 42).

8De même, au niveau du contenu, il aurait été judicieux de refléter dans le titre de l’ouvrage trois choix de délimitation du sujet d’étude, à savoir la focalisation sur les élites européennes (universités et entreprises) au détriment d’autres acteurs des sociétés cosmopolites et plurilingues telles la société civile, les mouvements sociaux, etc., sur l’interaction orale plutôt qu’écrite et en coprésence plutôt qu’à distance par la médiation des technologies de l’information et de la communication. Mais ceci n’enlève rien à l’incontestable contribution de l’ouvrage à une compréhension plus fine des interactions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julie Boéri, « Lorenza Mondada, Luci Nussbaum, éds, Interactions cosmopolites. L’organisation de la participation plurilingue », Questions de communication, 26 | 2014, 379-380.

Référence électronique

Julie Boéri, « Lorenza Mondada, Luci Nussbaum, éds, Interactions cosmopolites. L’organisation de la participation plurilingue », Questions de communication [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9423

Haut de page

Auteur

Julie Boéri

I3M, université de Nice Sophia Antipolis, F-0600
contact@julieboeri.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page