Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Jean-Yves Mollier, La mise au pas des écrivains. L’impossible mission de l’abbé Bethléem au xxe siècle

Paris, Fayard, 2014, 511 pages
Michael Palmer
p. 377-379
Référence(s) :

Jean-Yves Mollier, La mise au pas des écrivains. L’impossible mission de l’abbé Bethléem au xxe siècle, Paris, Fayard, 2014, 511 pages

Texte intégral

1Jean-Yves Mollier, l’une des figures de proue du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines de l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, auteur d’une trentaine d’ouvrages sur l’histoire de l’édition, l’imprimé, la censure, l’histoire culturelle et la Troisième République, livre un volume qui s’inscrit dans la suite de plusieurs de ces thèmes de prédilection. Celui-ci renseigne abondamment sur l’action militante de l’Église et de l’ensemble des catholiques en France contre cette « mauvaise presse » et, partant, sur d’autres média de masse – presse illustrée, radio, cinéma, et autres vecteurs des « mauvaises mœurs » – les baignades à la plage, entre autres. Il est riche, explorant les routes déjà bien balisées, mais aussi des chemins de traverse qu’emprunte cette action. Mais, simultanément, l’ouvrage désarçonne parfois.

2Ici, l’historien relie le combat contre la censure d’hier et d’aujourd’hui à celui mené par l’abbé Bethléem, personnalité de l’Église catholique qui s’érige, avec le soutien de sa hiérarchie, en prescripteur d’ouvrages et censeur des mœurs, « mauvaises pratiques » telles que les médias, dans son acception large, semblent œuvrer à encourager, à promouvoir. Précisons que ces pratiques incluent la lecture des bandes dessinées suivant le modèle américain – introduites en France dans les années 20 – et que contrôleraient des éditeurs juifs. Ces thématiques antisémites et hostiles aux francs-maçons, que reprendrait le régime de Vichy marquent les écrits de l’homme pieux.

3La couverture du livre montre un prêtre devant un kiosque à journaux déchirant l’un de ceux-ci. Ceci résume bien l’action de l’abbé Bethléem, censeur autodésigné, soutenu par l’Église catholique et sévissant contre « la mauvaise presse » au cours de la première moitié du xxe siècle. La formule « bonne presse » est marquée par le sentiment de pratiquants catholiques et de l’Église. Créée en 1873, la « Maison de la bonne presse », des pères assomptionnistes – les Augustins de l’Assomption – en témoigne. Industriel catholique du Nord, Paul Féron-Vrau – qui racheta, en 1904, cette maison – compte également parmi les soutiens de l’abbé Bethléem.

4Né en 1869 et mort en 1940, curé d’origine flamande, enfant d’exploitants agricoles peu fortunés, l’abbé Bethléem est au centre de plus des deux tiers de l’ouvrage. Pour Jean-Yves Mollier, la loi du 16 juillet 1949 destinée à protéger la jeunesse de la liberté « trop grande » établie par la loi sur la presse du 29 juillet 1881 serait « l’ultime victoire de l’abbé Bethléem » ; ainsi, les 70 dernières pages sont-elles consacrées à cette loi et au « débat jamais clos » contre la censure.

5Ainsi convient-il ici de centrer l’essentiel de cette notice sur l’abbé Bethléem et son « combat », avant de revenir aux problématiques plus larges. L’abbé crée son premier Romans-Revue en 1908, périodique qui reprend le flambeau de son œuvre Romans à lire, romans à proscrire (1904), ouvrage à succès dans lequel il classe les écrivains en trois catégories – bons, intermédiaires et mauvais – et les romans en six rubriques. Il devient un guide, une autorité, pour tout lecteur catholique pendant plus de 30 ans. Pour ce livre, Jean-Yves Mollier a lu toutes les livraisons de ses Romans-Revue et de la Revue des lectures de 1908 à 1939, et aussi de La Croix des années 30-40 et de Credo (p. 386). Ce guide des lectures cite souvent Charles Maurras, directeur de L’Action française comme une référence en matière de jugement littéraire (p. 94).

6La mouvance que reflète l’abbé est proche de celle que symbolise, au Parlement, le sénateur René Bérenger, le « Père la Pudeur « (p. 96). Ainsi le mouvement de l’ecclésiastique porte-t-il au Sénat le vote d’une loi sur la répression des atteintes aux bonnes mœurs.

7L’action de l’abbé va des consignes à propos de « grands auteurs » qu’il convient de fustiger… à « la mauvaise presse » populaire. Il fulmine contre les critiques littéraires, qu’il tient pour inféodés aux maisons d’édition. De temps à autre, critiques et auteurs répliquent. À titre d’exemple, prenons l’action de François Mauriac (pp. 340-350). Comme Paul Claudel, son aîné, il est l’une des références des intellectuels et créateurs catholiques des années 30. Il indique combien il avait été marqué par Romans à lire et à proscrire « à peine [fut-il] né à la vie de l’esprit » (p. 349). Certaines de ses propres œuvres se voient critiquées par la revue de l’abbé : elles seraient à ne pas mettre entre toutes les mains. François Mauriac est au centre du débat suivant : peut-on être à la fois bon chrétien et écrivain pour qui la littérature a peu de rapports avec les bons sentiments ? Pour François Mauriac, that is the question. Il s’oppose à l’abbé : il veut définir, face à une Église réticente, un espace de liberté pour lés écrivains catholiques désireux de produire une œuvre autre qu’un sermon ou un livre d’édification (p. 338). L’abbé n’en a cure.

8Relevons aussi les écrits de l’abbé Bethléem hostiles à la presse populaire. Dès 1908, sa première année, Romans-Revue passe au crible les quatre grands – Le Petit Parisien, Le Petit Journal, Le Matin, Le Journal  –, titres phares de la presse à grand tirage qui se font une rude concurrence. Pour l’abbé, leur exploitation des faits divers mérite plus que désapprobation. En revanche, une pièce de théâtre qui lui convient, « flétrit le journalisme à scandale » (Romans-revue, 1908, p. 766). Jean-Yves Mollier accorde peu d’attention aux monographies que consacre l’abbé aux quatre grands et à et leur politique du sang à la Une… 30 ans plus tard, la revue de l’abbé Bethléem se montre plus nuancée. Ou plutôt, comme le relève l’historien, si plusieurs de ces journaux sont, pour l’abbé, toujours coupables de telles turpitudes, la question politique prime : il convient, pour sa publication, de faire confiance aux journaux amis dans la lutte contre le communisme, même si, par ailleurs, ils livrent leur pâture de faits divers. Affectant une certaine neutralité, l’abbé déclare qu’ils soient des journaux à grand tirage, car « journaux d’information », mais étant de fait plutôt de centre-droit voir de droite, serait chose secondaire (p. 308).

9Somme toute, la démarche de Jean-Yves Mollier est plus celle de l’histoire culturelle que celle de l’histoire de la presse et du combat d’idées. Retracer le combat, le parcours de l’abbé, serait chose suffisante – et, ici, excellemment menée – pour l’historien de la presse – de la presse catholique de surcroît. Historien de la culture et « de la mise au pas » de ceux qui sapent la vision catholique du monde, l’auteur englobe en plus les mouvements animés d’autres croyances qui, aujourd’hui, à travers le monde, mettent au pas ceux qui leur font face.

10Ainsi les talibans, la fatwa qui frappa Salman Rushdie, les caricatures représentant le prophète Mahomet, le Patriot Act (États-Unis) de 2001, l’action des religions comme « opium du peuple », etc. sont-ils évoqués pêle-mêle. Cela se comprend. Mais, cela invite le lecteur à se mettre dans la peau d’un abbé Bethléem d’aujourd’hui. Il n’aura assurément pas les doutes du catholique René Finkelstein (membre d’une commission de surveillance mise en place par la loi de 1949 ) cité dans l’ouvrage : « La morale, on savait ce que c’était en 1949 ; je dois vous avouer qu’en 1999, je ne sais plus très bien ce que c’est » (p. 462). Relève-t-elle de la société dans son ensemble ou de la conscience de l’individu ? On verrait bien l’abbé, préoccupé par « la pâture médiatique » proposée aux enfants d’aujourd’hui, fustiger l’inanité, l’imbécillité, de telle ou telle émission télévisuelle, voir de tant de flux de l’ère Twitter ou Facebook, « opium du peuple » des temps modernes. On conçoit aisément les foudres que susciterait le simple titre de Parents, mode d’emploi

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Palmer, « Jean-Yves Mollier, La mise au pas des écrivains. L’impossible mission de l’abbé Bethléem au xxe siècle », Questions de communication, 26 | 2014, 377-379.

Référence électronique

Michael Palmer, « Jean-Yves Mollier, La mise au pas des écrivains. L’impossible mission de l’abbé Bethléem au xxe siècle », Questions de communication [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9422

Haut de page

Auteur

Michael Palmer

Cim, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, F-75005
michael.palmer@univ-paris3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page