Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Hans-Jürgen Lüsebrink, « Le livre aimé du peuple ». Les almanachs québécois de 1777 à nos jours

Québec, Presses de l’université Laval, coll. Cultures québécoises, 2014, 422 pages
Nicolas Brucker
p. 375-377
Référence(s) :

Hans-Jürgen Lüsebrink, « Le livre aimé du peuple ». Les almanachs québécois de 1777 à nos jours, Québec, Presses de l’université Laval, coll. Cultures québécoises, 2014, 422 pages

Texte intégral

1Fruit d’un long et patient dépouillement des quelque 150 titres d’almanachs canadiens-français parus de 1777 à nos jours, l’ouvrage réhabilite un livre, sans doute aimé du peuple, mais tout aussi sûrement méprisé des élites. Sorti de l’ombre grâce aux études culturelles, il a depuis lors bénéficié d’une redécouverte, mais essentiellement dans les domaines européen, d’une part, et nord-américain de langue anglaise, d’autre part. Le domaine canadien-français était resté terra incognita jusqu’à ce qu’un Vasco de Gama de la recherche résolût de se lancer dans son exploration. Il en résulte un livre passionnant, tout à la fois érudit et profond, fourmillant d’informations, d’études de cas, de données chiffrées, et mettant en perspective les phénomènes observés dans l’horizon de la culture médiatique de chacune des époques parcourues. Car en 150 ans de règne éditorial, l’almanach a considérablement évolué, comme ont évolué les conditions de la production, diffusion, réception de l’imprimé. À travers ce média, c’est donc une histoire du livre canadien-français entre 1800 et 1950 qui est ici contée dans ses aspects sociologiques, économiques et littéraires.

2L’almanach, dont le nom, dérivé de l’arabe, signifie « livre de comptes », a gardé dans son adn générique ce trait de comput qu’on retrouve dans sa partie calendrier, mais aussi dans sa fonction de vade-mecum, qui implique une présentation ordonnée et systématique des savoirs. Publication périodique annuelle, généraliste ou spécialisée, l’almanach touche toutes les couches de la population. Apparu presqu’au début de l’imprimerie, il a lié son sort à l’histoire du livre en Occident. Comme le livre, il connaît son triomphe en Europe au xviiie siècle, avant d’engager son déclin au siècle suivant. Tout autre est la chronologie américaine : c’est à la fin du xixe et au début du xxe siècle que l’almanach canadien-français connaît son âge d’or. Ce décalage de plus d’un siècle rend la réalité canadienne particulièrement intéressante. En effet, elle permet d’observer un phénomène de transfert en évaluant les filiations interculturelles, en identifiant les modèles et en mesurant leur adaptation ; mais elle présente aussi le cas de la survivance dans le monde moderne d’un média traditionnel qui tend à s’ajuster aux réalités nouvelles dans un environnement médiatique de plus en plus concurrentiel.

3Pour mener à bien son enquête, l’auteur n’a pas privilégié l’approche diachronique, mais a choisi d’embrasser l’ensemble de la période, avec une prédilection pour les années 1880-1930, à travers une série de chapitres qui analyse les données du fait médiatique. Ainsi, touchant les contraintes du genre, l’étude littéraire est-elle étroitement liée à celle des publics et, au-delà, aux processus de construction identitaire, exceptionnellement complexes au Canada français. L’émiettement du propos, qu’une approche exclusivement descriptive aurait favorisé, est évité grâce à un cadre fortement problématisé et à une ambition qui consiste à tirer de l’étude d’un cas des conclusions applicables aux situations qui, dans d’autres contextes, mettent en jeu une culture traditionnelle à forte empreinte religieuse, un fait minoritaire, tant politique que culturel (et notamment linguistique), une prédominance du canal oral dans la communication intergénérationnelle, une affirmation des marqueurs d’identité.

4Après avoir défini la matrice générique et ses quatre fonctions principales (mesure du temps, mémoire collective, savoirs pratiques, récits instructifs et divertissants), qui font de l’almanach une encyclopédie portative, périodique et évolutive, l’auteur propose une périodisation en trois temps, de la lente affirmation (de 1777, date du premier titre, l’Almanach encyclopédique, à 1860) à l’âge d’or (1860-1918), puis au déclin (1918-1950). Que le sous-titre de l’ouvrage, annonçant « de 1777 à nos jours », n’induise pas en erreur : il n’est pour ainsi dire pas question de l’époque contemporaine. Si l’Almanach du peuple est encore aujourd’hui édité au Québec, c’est n’est que comme une pâle et anachronique survivance d’un phénomène d’édition qui appartient bien à un état révolu de la société, qualifié par l’auteur de pré-moderne. Prototypique du genre tout entier, ce dernier titre est indissociable du destin de la librairie Beauchemin, première maison à Montréal entre 1840 et 1940. D’ailleurs, l’expression « livre aimé du peuple » est à l’origine appliquée au seul Almanach Beauchemin.

5Tout au long de son propos l’auteur ne cesse de revenir sur la dimension de transfert culturel, qu’il faut comprendre de deux manières : d’une part, comme retraduction d’un modèle éditorial antérieur, que les almanachs canadiens-français ne se contentent pas de reproduire, mais qu’ils refaçonnent en profondeur pour l’acclimater aux particularités de la société canadienne ; d’autre part, comme recyclage de textes, nationaux ou étrangers, de savoirs et d’informations. À l’origine simple brochure éphémère, l’almanach se transforme en un livre, pouvant compter jusqu’à 450 pages et destiné à la conservation : reliés, les almanachs doivent constituer une encyclopédie populaire. Les traces manuscrites que les lecteurs ont parfois laissées sur les exemplaires qui restent témoignent des pratiques d’usage et de lecture.

6Nécessaire, mais plus attendu, tout un chapitre (pp. 145-190) est consacré aux savoirs pratiques qui font de l’almanach une « encyclopédie cumulative du peuple » : données calendaires, pronostics et prophéties, savoir-vivre, médecine, agronomie et économie ménagère forment un ensemble totalisant les savoirs réputés de première nécessité. En cela, on est dans la lignée des études déjà menées par Robert Mandrou (1964, De la culture populaire aux xviie et xviiie siècles. La Bibliothèque bleue de Troyes, Paris, Stock), Geneviève Bollème (1969, Les Almanachs populaires aux xviie et xviiie siècles. Essai d’histoire sociale. Paris/La Haye, Mouton) ou Lise Andries (1994, Le grand livre des secrets. Le colportage en France aux 17e et 18e siècles, Paris, Éd. Imago) sur la culture populaire de l’écrit, qu’elles soient appliquées à la Bibliothèque bleue de Troyes ou à l’almanach. Mais on songe aussi aux travaux de Philippe Martin (2003, Une religion des livres (1640-1850), Paris, Éd. du Cerf) sur le livre de piété et aux pratiques de lecture intensive qui y ont été repérées et analysées.

7L’almanach a joué dans les provinces francophones du Canada, tout spécialement sensibles aux influences multiculturelles, un rôle déterminant dans la construction d’une identité nationale. En convoquant les mythes, les figures ou héros fondateurs dans un triple rapport au passé, au territoire et à la langue, il a contribué à donner à la société canadienne-française les moyens de son projet politique. Il a été le porte-parole d’un destin national à accomplir. On mesure la part d’imaginaire dont est faite la communauté nationale en lisant l’analyse de la figure de l’habitant (pp. 216-222), le paysan québécois, représentative de la nostalgie d’une société engagée dans une urbanisation à marche forcée pour un modèle sociétal traditionnel et largement idéalisé. Très présente dans l’almanach, la littérature nationale est un autre marqueur d’identité, de même que la langue, au cœur des débats entre 1910 et 1930. Mais ce sujet est loin de faire l’unanimité : alors que l’Almanach du peuple et l’Almanach Rolland défendent l’idéal d’une société canadienne biculturelle et bilingue, l’Almanach de la langue française, appuyé par les milieux conservateurs et proches de l’Église catholique, marque sa distance vis-à-vis de la culture anglophone et appelle à un recentrement ethnoculturel. Cette mémoire nationale cohabite avec les identités régionales. Un discours de et sur la région met l’accent sur les actes fondateurs et les figures tutélaires locales. La province de Québec, la plus peuplée et la plus urbanisée des provinces francophones, et à bon droit particulièrement étudiée dans l’ouvrage, ne doit pas faire oublier les autres régions.

8Si la place de la littérature fictionnelle est plutôt marginale dans l’almanach, nombreuses sont les formes dites semi-orales : anecdotes, proverbes, chansons, énigmes, devinettes, charades, pensées. Elles sont soumises au processus de réoralisation au gré duquel se réaffirment les solidarités communautaires. Autour du lecteur ou du conteur, les liens entre les générations ou entre les catégories sociales se retissent. Les formes brèves et simples, qui croisent l’expérience du quotidien avec les divers modes de représentation du vécu, jouent un rôle de médiateur (pp. 317-325). Articulant les deux fonctions de scripturalisation, mise en écriture de formes orales, et d’oralisation des formes écrites, remises dans le circuit de la communication orale par la pratique de la lecture à haute voix, elles relèvent d’une pratique populaire de l’écrit. Mais, genres transitionnels entre l’écrit et l’oral, elles introduisent incidemment le lecteur aux formes littéraires les plus sophistiquées, dont l’almanach ne fait que donner un échantillon. Loin de méprise ce support, écrivains et journalistes y apportent leur contribution ; ils pensent que l’almanach doit rapidement leur assurer la notoriété. Des études de trajectoires, exemples représentatifs d’éditeurs, de rédacteurs ou d’auteurs, sont proposées : Ludger Duvernay, Paul-Marc Sauvalle, Sylva Clapin, Louis Fréchette ou Albert Tessier bénéficient de notices fort instructives.

9Évoluant parallèlement avec l’imprimé, comme lui, l’almanach profite du développement de l’illustration (pp. 354-362). Rare à ses débuts, l’image, artistique, didactique ou commerciale, envahit peu à peu les publications, comme le prouvent les relevés quantitatifs qui sont produits (pp. 355-356). Les messages publicitaires sont très présents dans la première moitié du xxe siècle (pp. 51-63) : l’almanach devient alors un « vecteur de diffusion sociale et mentale de la nouvelle culture de consommation de masse au Canada » (p. 53). Face aux transformations du paysage médiatique, il met en place des stratégies éditoriales, plus ou moins suivies d’effet. Celles-ci ne font que retarder l’inéluctable disparition de ce support, concurrencé par les journaux, les magazines, les encyclopédies, comme l’Encyclopédie Larousse dans sa version canadienne-française ou des compendiums, comme le Reader’s Digest. Dans sa prospérité comme dans son déclin, il témoigne des changements subis par la société canadienne-française, notamment dans ses couches populaires, à l’acculturation desquelles il a fortement contribué.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Brucker, « Hans-Jürgen Lüsebrink, « Le livre aimé du peuple ». Les almanachs québécois de 1777 à nos jours », Questions de communication, 26 | 2014, 375-377.

Référence électronique

Nicolas Brucker, « Hans-Jürgen Lüsebrink, « Le livre aimé du peuple ». Les almanachs québécois de 1777 à nos jours », Questions de communication [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9421

Haut de page

Auteur

Nicolas Brucker

Écritures, université de Lorraine, F-57000
nicolas.brucker@univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page