Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Rudolph HerzogRire et résistance. Humour sous le iiie Reich

trad. de l’allemand par Robert Darquenne, Paris, Michalon, 2013, 297 pages
Anthony Michel
p. 370-371
Référence(s) :

Rudolph HerzogRire et résistance. Humour sous le iiie Reich, trad. de l’allemand par Robert Darquenne, Paris, Michalon, 2013, 297 pages

Texte intégral

1Pour bon nombre d’Allemands, il est toujours difficile de considérer le iiie Reich avec humour. Pourtant, il existe une longue tradition de blagues sur les nazis. Elles ont largement participé de ce rire libérateur qui servit de soupape de décompression durant ces années noires, tant pour une partie de la population allemande que pour celles qui ont été le plus durement persécutées. Selon un ordre chronologique, de la suppression de la scène de cabaret antinazie des années 30 aux « blagues chuchotées » publiées au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Rudolph Herzog retrace l’histoire du comique et de l’humour sous le IIIème Reich.

2Sous Hitler, l’humour politique a été appréhendé de manière suspicieuse par les partisans des deux camps. En effet, il était « difficile de jeter un regard satirique sur le iiie Reich sans être soupçonné [par les uns] d’en minimiser et d’en dédramatiser l’abomination » (p. 11) (donc de le soutenir), par les autres de le critiquer pour le réprouver. Cependant, les blagues politiques n’étaient pas une forme de résistance active, mais servaient davantage à démystifier le contexte sociétal par un humour laconique. De ce fait, la plupart des blagues politiques racontées pendant les années hitlériennes étaient « peu critiques dans leur essence et visaient davantage les faiblesses humaines des responsables que leurs crimes » (p. 14). Toutefois, certains calembours exprimaient de la haine à l’état pur et du rejet, et pouvaient conduire le plaisantin « à coup sûr au camp de concentration ». Ainsi, en comparant le contenu des blagues entendues dans les cafés, bistrots et autres lieux de rencontre avec le contexte politique, Rudolph Herzog démontre-t-il que l’humour politique de l’époque se situe au croisement de la critique et du fatalisme. Pour donner un exemple de ce dernier, l’auteur évoque l’humour juif, qui servait sa communauté en participant à lui conférer une volonté de survivre, concentré dans la maxime suivante : « Je ris donc je vis » (p. 16). Pour se donner du courage, les Juifs se racontaient des blagues, même dans les camps.

3L’humour de l’époque a également permis de refléter une hétérogénéité de la situation sociétale allemande, celle-ci étant marquée par des intérêts, des frustrations, des préoccupations et des angoisses très contradictoires entre pro et anti-nazis.

4Rudolph Herzog explique la naissance de l’humour politique par le fait qu’un écart entre les idéaux des dirigeants politiques et la réalité est trop grand, laissant ainsi la place à la critique humoristique et satirique. Par exemple, cette blague reflète justement cet écart : « Qui sera sauvé, si Hitler, Göring et Goebbels traversent l’océan et que le bateau chavire ? Réponse : l’Allemagne » (p. 35). Cette devinette a beau clairement souhaiter la mort des dirigeants, en elle, subsiste une pointe de fatalisme : l’Allemagne n’est pas sauvée par un soulèvement, mais par un heureux hasard. Cela prouve le mécontentement de la population vis-à-vis des méthodes rudes des membres du nsdap. Parmi les exemples les plus frappants, citons une autre devinette visant à dénoncer le licenciement du personnel au profit de fonctionnaires nazis : « Que signifie l’abréviation nsdap ? Eh bien ? Tu cherches aussi un p’tit poste ? » (p. 48, on l’aura compris, la traduction en français ne rend pas compte du jeu de mot sur le sigle du parti).

5D’une manière générale, les plaisanteries « politiquement correctes » n’évoquaient que rarement des excès de brutalité du régime. En revanche, quand l’hommage au Führer était en cause, les nazis n’avaient aucun sens de la plaisanterie. De ce fait, à l’époque, un modèle atypique d’humour fut inventé, l’astuce consistant à faire dire les choses par un enfant les racontant naïvement et spontanément. L’insulte contenue dans la blague s’en trouvait-elle désamorcée. Aussi, certaines personnalités issues du cabaret, du cinéma ou du journalisme réussissaient-elles à faire rire la population car le public à qui elles s’adressaient savait lire entre les lignes de leurs propos.

6Pourtant, plusieurs humours cohabitaient au cours de cette époque. D’un côté, l’humour juif stigmatisait à plusieurs reprises le boycott lié à leur religion (fermeture de commerces, interdiction d’exercer les professions d’avocats et de médecins...), qui constituait la première manifestation antisémite à l’échelle du Reich voulue par le régime. De l’autre, on trouvait l’humour des vainqueurs, dans lequel se reflètait cette autosatisfaction née du sentiment d’être dans son droit : « La prétendue cupidité et l’avarice des juifs étaient les cibles privilégiées de cet humour perverti » (p. 124). De plus, l’art était aussi au service de la propagande. En effet, les comédies cinématographiques étaient conformes à la ligne politique du parti dont la platitude était censée faire oublier la terreur brune quotidienne et, plus tard, la guerre. Les films antisémites humoristiques, « le venin de la propagande » (p. 152) rendaient les spectateurs réceptifs à cette campagne qui rendit possibles la persécution et l’exclusion des Juifs, puis leur extermination. D’autres blagues permettent de comprendre la logique de la légitimité dans la politique de guerre d’agression de l’Allemagne nazie. Cette dualité est le mode qu’utilise Rudolph Herzog pour exposer les anecdotes humoristiques liées à la chronologie historique des évènements survenus au cours de la période de l’Allemagne dirigée par Adolf Hitler et son parti politique.

7Par ailleurs, les États-Unis se sont également servi de l’humour pour faire prendre conscience de ce qui se passait en Allemagne. Les films américains proposaient du divertissement ; par la suite, ils étaient destinés à mobiliser le public contre le iiie Reich : « Charlie Chaplin était l’homme prédestiné pour opposer une réponse cinématographique à l’imagerie ampoulée des nazis, avec son film Le Dictateur » (p. 174) De plus, lorsque les États-Unis entrèrent en guerre, et que beaucoup de sang allait couler pour libérer l’Europe, rien ne paraissait plus inopportun que de sortir un film sur les nazis (Jeux dangereux, Ernst Lubitsch, 1942).

8Sur la fin du conflit, les émissions satiriques radiophoniques de la bbc servaient également à ridiculiser les nazis, quand les émissions classiques allemandes diffusaient une propagande annonçant une Allemagne encore forte et puissante malgré le déroulement des opérations de débarquement.

9Tout au long de ces années, une persécution s’est mise en place par la Cour de justice populaire. Mais la justice était pour le moins arbitraire. En effet, les blagues politiques étaient traitées comme des délits mineurs. En réalité, « ce [n’était] pas la blague qui [était] condamnée mais l’attitude de celui qui l’a[vait] racontée » (p. 210). Ainsi les peines étaient-elles prononcées en fonction non pas du délit, mais du système de croyance qui contredisait le national-socialisme.

10Enfin, de l’après-guerre à aujourd’hui, l’humour avec ce passé historique et l’extermination des Juifs est toujours délicat. Ainsi est-il primordial que les propos, aussi humoristiques soient-ils, ne viennent banaliser l’Holocauste. Le meilleur exemple reste le film de Roberto Benigni, La vie est belle, qui reçu quatre oscars en 1997, pour sa « réflexion pleine de sensibilité sur le traumatisme de l’Holocauste, qui ne tombe jamais dans la banalité » (p. 274).

11Dans l’ouvrage, Rudolph Herzog a voulu mettre en exergue les différents humours circulant au cours de la période historique de l’Allemagne nazie. Si la qualité des exemples, sous toutes les formes (blagues, caricatures, émissions, films), est appréciable, il en manque toutefois en quantité, probablement dû à la difficulté d’obtenir des entretiens ou de récolter des écrits. La présentation de cette recherche suivant l’ordre chronologique des événements permet de bien assimiler le contexte sociétal, avec le type et le motif de la blague (fatalisme juif, moquerie des dirigeants allemands, propagande nazie et prise de conscience collective).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anthony Michel, « Rudolph HerzogRire et résistance. Humour sous le iiie Reich », Questions de communication, 26 | 2014, 370-371.

Référence électronique

Anthony Michel, « Rudolph HerzogRire et résistance. Humour sous le iiie Reich », Questions de communication [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9412

Haut de page

Auteur

Anthony Michel

Crem, université de Lorraine, F-57000
michelanthony@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page