Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Sylvie Klinkemallie, Rwanda. La presse en questions

Villeurbanne, Éd. Golias, 2007
Pierre Halen
p. 447-448
Référence(s) :

Sylvie Klinkemallie, Rwanda. La presse en questions. Préface de Marie-Soleil Frère. Villeurbanne, Éd. Golias, 2007, 433 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage vise, selon son prière d’insérer, « à mettre en évidence la manière dont les journalistes ont traité l’information relative au Rwanda, et plus particulièrement au rôle et à l’implication de la France dans le génocide ». On peut supposer que c’est cette idée d’une implication plus ou moins avérée de la France dans le génocide qui s’est déroulé au Rwanda en 1994, qui a favorisé la parution du livre aux éditions Golias et, de facto, son inscription dans l’ensemble des essais accusant la politique républicaine, à tout le moins, d’ambigüité. Le ton de la présente étude est pourtant relativement pondéré et aussi objectif que possible. Si elle finit par mettre en évidence un certain nombre de problèmes dans la gestion politique des évènements et de leur souvenir, on n’y sent ni hargne ni esprit partisan et c’est tout à son honneur. Son objet n’est d’ailleurs pas d’accuser ou de défendre la politique française, mais davantage d’interroger le fonctionnement des médias dans leurs rapports à cette politique, qu’il s’agisse des rapports concrets avec les institutions étatiques concernées, ou de relations symboliques plus diffuses, touchant notamment la nation ou les identités.

2Comme ni le titre du livre ni la préface ne le disent, ce n’est pas de la presse qu’il s’agit ni de ses difficultés à présenter un génocide, mais de la manière dont elle semble entretenir avec « sa » nation une relation de dépendance assez peu conforme avec ses missions d’information « pure » ; pour le mettre en évidence, c’est la voie d’une comparaison entre la presse quotidienne, écrite et publiée à Bruxelles d’une part, à Paris d’autre part, qui a été retenue. L’approche aurait certes encore gagnéà élargir encore un peu son point de vue — à titre d’échantillon au moins — vers la presse anglophone ou néerlandophone par exemple (pour ne pas parler de la presse rwandaise ou congolaise). Néanmoins, la comparaison ici mise en jeu suffit à montrer la manière dont la presse quotidienne française a en quelque sorte, et d’une manière générale qui n’empêche pas nuances et exceptions, « couvert » le pouvoir politique de la République. Le livre refermé, on ne peut que s’interroger sur les raisons profondes du parti pris ainsi constaté, au-delà de facteurs anecdotiques qui ont trait au rôle de certains journalistes œuvrant dans tel quotidien à tel moment, comme Stephen Smith. Ces raisons sont sans doute en partie inconscientes ou procédant de réflexes. Ainsi est- on sidéré par l’espèce de candeur ou d’arrogance avec laquelle un journaliste du Figaro déclare tout simplement qu’il n’a pas lu la presse belge (p. 385), quand bien même, de toute évidence, celle-ci serait mieux informée dans le dossier rwandais.

3Cette étude — qui semble tirée d’un mémoire ou d’une thèse soutenue à l’Université libre de Bruxelles — est composée de deux parties d’une longueur à peu près égale : d’une part, la synthèse de la recherche elle-même et, d’autre part, des annexes constituées d’entretiens avec divers journalistes. De larges extraits de ceux-ci figurent déjà dans la première partie ; néanmoins, on lit la seconde avec intérêt, puisqu’elle reprend un à un des témoignages très différents, laissant se développer des subjectivités qui elles-mêmes font leur propre bilan et, parfois, sont amenées à professer des jugements ou des opinions qui ont fort évolué au fil des années. On ne regrette donc nullement cette longue annexe où l’on déplore cependant de ne pas pouvoir lire aussi un entretien avec Stephen Smith, acteur important de tout le processus.

4La première partie constitue donc l’essentiel de cet essai. Après un premier chapitre consacré à un rappel du contexte et des événements historiques, un deuxième se concentre sur le rôle de la France et les différentes étapes des prises de position républicaines jusqu’en  006, c’est-à- dire jusqu’au rapport du juge Bruguière et au livre de Pierre Péan (Noires fureurs, blancs menteurs. Rwanda 1990-1994, Paris, Éd. Mille et une nuits, 2005) ;le troisième chapitre se consacre enfin à la comparaison entre presses belge et française, qui est ici l’élément essentiel. Elle se termine par une cauda assez réductrice, qui ramène l’ensemble de la démonstration à son aspect anecdotique : « La différence de la couverture […] s’explique donc davantage par l’opinion et le parcours personnel des journalistes que par la position idéologique ou politique des quotidiens » (p. 230). Certes, c’est là un aspect important, et l’explication probable à la fois des divergences qui ont été bien analysées entre journalistes de la même rédaction (pour Libération, principalement), et des positions un peu surprenantes prises dans l’affaire rwandaise par le journal Le Monde, dont on était en droit d’attendre des analyses plus critiques. Mais la question de savoir pourquoi « des éditorialistes, censés représentés [sic] la rédaction, ont continué, depuis leur bureau parisien, à épouser la version élyséenne des faits » (p. 229) est bien plus grave. Sans les justifier, cette insuffisance globale du regard critique explique notamment les parti pris, qui ont pu sembler parfois unilatéraux, de nombreux acteurs appartenant aux milieux associatifs autant qu’aux milieux scientifiques, qui se sont sentis obligés, en France même, de contrebalancer ce discours par de nombreuses prises de position accusatrices à l’égard de la politique française.

5Déparé par une ponctuation et une orthographe parfois hésitantes, parfois malaisé à lire du fait du report des notes en fin d’ouvrage, ne poussant certes pas très loin l’analyse de contenu dont il se revendique, cet essai apporte néanmoins une double réflexion solidement documentée et rigoureuse ; elle concerne d’abord le rôle des journalistes en tant qu’individus situés dans les contextes concrets et eux-mêmes susceptibles d’évoluer au fil des années ;elle concerne ensuite et surtout cette sorte d’impensé qui relie le journaliste, plus ou moins consciemment, à sa nation. Pour ces deux aspects autant que pour sa pondération et ses qualités documentaires, on en recommandera la lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Halen, « Sylvie Klinkemallie, Rwanda. La presse en questions », Questions de communication, 15 | 2009, 447-448.

Référence électronique

Pierre Halen, « Sylvie Klinkemallie, Rwanda. La presse en questions », Questions de communication [En ligne], 15 | 2009, mis en ligne le 17 janvier 2012, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/941

Haut de page

Auteur

Pierre Halen

Écritures, université Paul Verlaine-Metz
pierre.halen@univ-metz.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page