Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Muriel Favre, La propagande radiophonique nazie

Paris, Ina Éd., coll. Médias histoire, 2014, 158 pages
Anthony Michel
p. 365-367
Référence(s) :

Muriel Favre, La propagande radiophonique nazie, Paris, Ina Éd., coll. Médias histoire, 2014, 158 pages

Texte intégral

1À la propagande radiophonique nazie, on associe généralement la retransmission en direct des discours du Führer. Mais aux programmes politiques s’ajoutaient également des émissions de divertissement. De ce fait, Muriel Favre a choisi d’analyser les outils et les méthodes de la propagande de l’époque, en confrontant la mise en place de la programmation avec la politique poursuivie par Goebbels et Hitler et les effets sur la population. En effet, pour le ministre, ce média est primordial pour diffuser l’idéologie du Parti national-socialiste des travailleurs allemands (nsdap) : « Je tiens la radio pour l’instrument le plus moderne et le plus important qui soit pour influencer les masses » (p. 7) a-t-il déclaré le 25 mars 1933.

2L’étude de Muriel Favre débute par un rappel théorique – trop long peut-être – à la fois sur l’usage de la radio et du terme propagande. Ce média favorise une forme d’unification sociale en touchant un grand nombre d’auditeurs de tout âge et de toute condition, et se présente comme un « média de l’intime » (p. 7) car il implique une relation personnelle et individualisée avec les auditeurs. Dans un contexte politique, cela permet de séduire et donner corps à la dimension charismatique du régime, mais aussi de pallier la difficulté de participer aux grands rassemblements. C’est le média du direct, dont l’impact est immédiat et fort, et qui laisse plus de place à des formes de réappropriation individuelle du message diffusé. De ce fait, on voit l’apparition du concept de « cérémonie radiophonique » (p. 9), soit la mise en scène sonore de grands événements emblématiques.

3Le fait que le nazisme ait choisi ce média comme vecteur de son idéologie n’est pas anodin, et c’est bien ce que pense Pascal Ory : « Le mot de propagande semble avoir été créé tout exprès pour le fascisme » (p. 16), pour lequel la radio servirait à une sorte de mystification. En effet, c’est par la parole qu’une foule se laisse galvaniser, mais il faut aussi être un bon orateur pour ajuster son discours aux réactions du public. Et ce dernier est formé d’individus actifs disposant de facultés d’attention, d’interprétation et de contestation. C’est pourquoi les discours prononcés doivent être concis et que l’orateur a un rôle important à jouer dans l’énonciation de celui-ci. Pour l’auteure, « La propagande radiophonique nazie est plus qu’autoritaire et brutale, elle est séductrice et enjôleuse » (p. 22). De ce fait, les paroles de propagande d’Hitler étaient complémentaires de son agitation légendaire lors de ces rassemblements. On note ici le manque de reprise et d’analyse des discours du chancelier, qui aurait apporté plus de profondeur à l’étude. Si la propagande consistait en un travail logique et détaillé de divulgation d’un matériau complexe auprès d’un petit nombre de personnes, l’agitation, elle, dispensait aux masses, par des procédés variés, un savoir élémentaire.

4Ces aspects théoriques permettent d’amener à l’étude à proprement dite qui vise à comprendre comment et à quelles fins la radio a été utilisée par le pouvoir nazi pour réaliser ses objectifs ? Pour ce faire, Muriel Favre se livre à une analyse exhaustive des programmes diffusés entre 1933 et 1945, avec des approche nationale et régionale. Et ces réponses sont évidemment données par ordre chronologique. D’abord, elle démontre que, jusqu’en 1933, les relations entre le nsdap et la radio sont inexistantes. Il n’y a donc aucun lien de cause à effet entre le développement de la radio et la montée du nazisme. L’auteure l’explique par le fait que la radio était dirigée par l’État et que celui-ci, que la pensée d’alors plaçait au-dessus des partis, n’était pas concerné par le principe d’impartialité des informations. Cependant, petit à petit, surtout grâce à l’arrivée d’Hitler en tant que chancelier, la politique symbolique du nazisme s’était mise en place avec l’ouverture radiophonique aux partis politiques, avec toutefois, une main mise sur le média par les nationaux-socialistes : « Une manifestation partisane s’est transformée en communication gouvernementale » (p. 39). Au printemps 1934, Joseph Goebbels, ministre de la Propagande, était parvenu à placer la radio sous son entière tutelle, lui permettant ainsi de l’utiliser pour éclairer et instruire les hommes, soit leur indiquer ce qu’ils devaient penser.

5Muriel Favre s’est également penchée sur la politique des programmes, qui oscillait entre propagande politique directe et divertissement, c’est-à-dire entre endoctriner et séduire. Et pour Joseph Goebbels, l’objectif est unilatéral : « Imprégner jusqu’à la moelle le peuple de nos principes, marteler et polir les esprits jusqu’à ce qu’ils nous soient entièrement acquis » (p. 52). Par exemple, il y a des émissions vouées à faire la publicité de la Wehrmacht. L’auteure donne aussi des exemples de programmes, mais qui, par leur nombre, restent anecdotiques. Il faut que les idées soient dissimulées avec une telle habileté et une telle virtuosité que celui à qui elles sont destinées ne remarque rien. De ce fait, les événements ponctuels ou les cérémonies officielles, parties prenantes de la politique cérémonielle du nazisme, sont retransmis en direct, en intégralité et sur l’ensemble du territoire. Ces diffusions donnent lieu à « quatre types d’écoute : une écoute sur les lieux de travail, une écoute politique, une écoute publique et une écoute spontanée » (p. 77). Le dispositif devait donner à chacun l’impression que le Führer s’adresseait à lui sans intermédiaire, dans le cadre d’un échange en face à face. Si les séances d’écoute collective sont un moyen d’obtenir une réelle mobilisation de la population, néanmoins, selon l’auteure, « elles représentent l’un des avatars de la coercition collective caractéristique des régimes totalitaires » (p. 82).

6Tout au long de la période de la Seconde Guerre mondiale, l’évolution des programmes tendait à armer moralement la population et à l’empêcher de se laisser ébranler par la propagande ennemie. Mais, même pendant la guerre, les goûts des auditeurs continuèrent de limiter la marge de manœuvre des propagandistes nazis car d’autres radios européennes émettaient et divertissaient les auditeurs par des programmes différents, des points de vue musical et informatif. En effet, l’objectif était d’empêcher les Allemands d’écouter d’autres stations étrangères, comme la bbc. D’après l’auteure, cette écoute « n’avait pas le sens d’un engagement contre le nazisme, mais la recherche d’informations sur la situation militaire afin de les recouper avec celles de la radio du Reich dans l’espoir de parvenir à la vérité » (p. 110). On peut donc voir ici une utilisation de la radio allant à l’encontre des desseins des dirigeants nazis.

7Muriel Favre tente de prouver que la propagande nazie diffusée par les ondes n’était pas toute-puissante, contrairement à ce que Goebbels et Hitler prétendaient. Toutefois, son étude est difficile à réaliser étant donné l’indisponibilité de beaucoup de sources directes. C’est pourquoi elle a dû s’orienter vers des journaux intimes et des témoignages indirects, rendant peu aisées la quantification et la qualification de l’écoute des discours d’Hitler par la population locale. Si l’écoute était parfois obligatoire, « la non-écoute était en fonction du risque, soit suivant l’endroit et le contexte » (p. 122). L’auteure remet également en doute la motivation des personnes venant assister aux cérémonies d’Hitler. Pour elle, « la position exceptionnelle occupée par le dictateur ainsi que le caractère spectaculaire de ses apparitions faisaient qu’il s’agissait de quelqu’un que l’on venait voir et non de quelqu’un dont on venait écouter l’analyse ou la réflexion » (p. 125). De ce fait, Hitler tirait son aura de son nic et nunc.

8À la fin de la guerre, la radio redevient une institution publique dont les interventions politiques directes sont impossibles. Au procès de Nuremberg, radiodiffusé, le média a servi à faire « prendre conscience aux Allemands des crimes commis en leur nom et démocratiser les esprits » (p. 138).

9En conclusion, Muriel Favre démontre que la radio a donné peu d’échos aux discours d’Hitler et que, en conséquence, il convient de ne pas surestimer la corrélation entre les efforts déployés par le iiie Reich pour utiliser le transistor à son avantage et les résultats effectivement obtenus, ces derniers allant même jusqu’à desservir le régime à la fin du conflit.

10De la difficulté d’obtenir des sources résulte un manque quantitatif, ca qui empêche d’étudier, par exemple, « la réponse à l’antisémitisme dans les programmes » (p. 57), et donne à cette étude – peut-être trop théorique – un caractère inachevé ou incomplet. En effet, aucune analyse n’est liée aux contenus des discours, ni à la réaction de la population quant à une éventuelle augmentation ou diminution de leur participation aux rassemblements tout au long de la période étudiée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anthony Michel, « Muriel Favre, La propagande radiophonique nazie », Questions de communication, 26 | 2014, 365-367.

Référence électronique

Anthony Michel, « Muriel Favre, La propagande radiophonique nazie », Questions de communication [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9408

Haut de page

Auteur

Anthony Michel

Crem, université de Lorraine, F-57000
michelanthony@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page