Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, culture, esthétique

Carol Rifelj, Coiffures. Les cheveux dans la littérature et la culture françaises du xixe siècle

trad. de l’américain par Carol Rifelj et Camille Noiray, Paris, H. Champion, coll. Romantisme et modernités, 2014, 312 pages
Katherine Rondou
p. 352-353
Référence(s) :

Carol Rifelj, Coiffures. Les cheveux dans la littérature et la culture françaises du xixe siècle, trad. de l’américain par Carol Rifelj et Camille Noiray, Paris, H. Champion, coll. Romantisme et modernités, 2014, 312 pages

Texte intégral

1Décédée quelques semaines après la publication de cet essai aux États-Unis, Carol Rifelj (1946-2010) occupait la chaire d’études françaises Jean Thomson Fulton au Middlebury College (États-Unis). Elle s’était spécialisée dans la littérature du xixe siècle. L’ouvrage s’intéresse aux pratiques historiques et culturelles relatives aux cheveux (essentiellement la chevelure féminine), à travers tout le xixe siècle français, période phare de la tricophilie (attirance sexuelle pour la pilosité humaine, communément pour les cheveux).

2L’auteure rappelle d’abord la signification sociale et symbolique des cheveux propre à toutes les cultures et démontrée depuis longtemps par diverses études (songeons notamment aux travaux de Marina Warner ou Daniel Arasse). Très bien documenté, ce prélude (pp. 11-15) permet de saisir pleinement les tenants et aboutissants des travaux de Carol Rifelj et de mieux comprendre les traits propres au xixe siècle, dans ses diverses manières (esthétiques, commerciales, médicales, funéraires, etc.) de concevoir la chevelure.

3Pour son étude, Carol Rifelj choisit une structure qui permet de suivre aisément sa démonstration. Elle analyse les « manifestations » de la chevelure féminine sous divers aspects (la mode, la symbolique des couleurs, le rôle des coiffeurs, etc.) et les illustre systématiquement par des exemples littéraires, en fin de chapitre : l’évolution des coiffures de Renée, l’héroïne de la Curée d’Émile Zola (pp. 76-84), traduit son parcours psychologique ; la sexualité des protagonistes de Mademoiselle de Maupin de Théophile Gautier (pp. 114-128) est illustrée par leurs cheveux ; dans Béatrix, Honoré de Balzac souligne les personnalités opposées de ses héroïnes par leurs chevelures contrastées (la brune contre la blonde, pp. 158-169) ; etc.

4Au xixe siècle, les cheveux féminins revêtent une valeur esthétique – Paris est alors le centre mondial de la mode, et par conséquent, la capitale de la coiffure – et commerciale : l’individu vit désormais dans une société de production de masse et de consommation. Les coiffures (c’est-à-dire la manière dont les cheveux sont coiffés, mais aussi ornés de postiches, de fleurs, de chapeaux, etc.) suivent donc la mode, au même titre que les vêtements, et évoluent à travers le siècle. Une mode du « naturel » (hommes et femmes ont renoncé aux perruques poudrées de l’Ancien Régime) dont les progrès de l’imprimerie et des techniques d’illustration (invention de la photographie), et le développement de la presse périodique facilitent la diffusion.

5Sans surprise, la fascination de l’époque pour la chevelure – essentiellement pour la chevelure féminine, le lecteur l’aura compris – gagne la littérature et les auteurs usent régulièrement des significations culturelles des coiffures, particulièrement les romanciers réalistes. En effet, sensibles aux théories physiognomonistes, ils accordent une importance sans précédent au portrait physique de leur personnage (miroir du portrait moral) et la chevelure constitue souvent un élément clé de leurs descriptions. Toute caractéristique capillaire devient un indice du caractère de l’héroïne : la couleur, la longueur, l’épaisseur, l’absence ou la présence d’ondulation, les éventuelles boucles, etc. Les cheveux renseignent donc le lecteur sur la personnalité des protagonistes, mais aussi sur leur situation sociale. La coiffure élaborée de l’aristocrate ne saurait se confondre avec le simple chignon de l’ouvrière ou les cheveux relâchés de la prostituée, signe évident de sa disponibilité sexuelle. Cependant, les connaissances des romanciers dépassent ces « évidences » et l’étude minutieuse de Carol Rifelj démontre leur maîtrise optimale de la mode féminine. Les écrivains ont parfaitement conscience des coiffures à la mode, durant les années où ils situent leurs récits, et assignent délibérément à leurs héroïnes des coiffures désuètes ou au goût du jour.

6Par conséquent, toute modification dans la coiffure d’une héroïne traduit son évolution psychologique : la perte ou le blanchiment des cheveux évoque un bouleversement intense (songeons à la légendaire canitie précoce de Marie-Antoinette après 1789) ; le chignon qui s’effondre peut traduire une certaine tension sexuelle (cheveux relâchés) ou un moment de crise (cheveux épars du deuil) ; l’apparition de la guillotine, assortie de la « toilette du bourreau », associe pour longtemps les cheveux coupés à la mort...

7L’étude de Carol Rifelj s’ouvre par une présentation chronologique des coiffures en vogue au XIXe siècle (pp. 33-76) et explicite systématiquement leurs éventuelles connotations. La coiffure à la Titus, par exemple, témoin de la mode à l’antique du Ier Empire et première coupe courte pour les femmes, suscite une véritable polémique en raison de son aspect unisexe. Ensuite, l’auteure s’attarde sur le langage sexuel de la chevelure – traditionnelle synecdoque des poils pubiens que la décence interdit de mentionner – et accorde quelques pages non dépourvues d’intérêt à la pilosité féminine. En effet, Carol Rifelj souligne que, contrairement à d’autres époques, le xixe siècle ne condamne pas systématiquement le duvet de la lèvre supérieure. Une bouche « ombrée » indique régulièrement le caractère fort et viril du personnage féminin, sans ironie aucune. Une précision qui démontre, encore une fois, la nécessité de replacer une œuvre dans son époque, afin de ne pas dénaturer les intentions de l’artiste.

8La couleur des cheveux est également prise en considération. L’auteure rassemble les différents facteurs en jeu, de la symbolique traditionnelle (la longue chevelure blonde des fées, les préjugés attachés aux roux, etc.) aux diverses techniques mises au point à travers le siècle pour modifier la couleur des cheveux (masquer les cheveux blancs, adopter la couleur à la mode).

9Le lecteur le comprend rapidement grâce aux premières pages de l’essai, la coiffure « naturelle » des femmes de classes supérieures reste bien trop sophistiquée (crêpage, ajout de postiches, tresses, papillotes, etc.) pour se passer de l’aide d’un professionnel : la femme de chambre et le coiffeur, seuls autorisés à pénétrer dans le saint des saints, le cabinet de toilette. Coiffures, les cheveux dans la littérature et la culture françaises du xixe siècle retrace l’évolution du métier de coiffeur, « l’artiste capillaire », et démontre à quel point, à l’époque, tous les éléments associés à la toilette féminine, et donc à la coiffure, restent étroitement liés au domaine de l’intime (pp. 171-201). Dès lors, la possibilité/impossibilité de participer ou d’assister aux rituels de l’élaboration de la coiffure permet aux écrivains de signifier la pudeur ou l’impudeur du personnage féminin, et son degré d’intimité avec les éventuels témoins.

10Enfin, Carol Rifelj ne laisse aucun élément dans l’ombre et accorde toute son attention à un usage aujourd’hui tombé en désuétude, mais omniprésent au xixe siècle : l’art de fabriquer les bijoux et les tableaux en cheveux (pp. 253-268). Les amants portent quelques cheveux de l’aimé dans des bagues ou des médaillons prévus à cet effet ; les fiancées brodent des mouchoirs avec leurs cheveux ; les cheveux des défunts sont mis en scène, notamment sous forme de fleurs, dans des cadres commémoratifs ; etc. Bref, l’époque chérit les mèches de l’être aimé, mort ou vivant, comme de véritables reliques, qui maintiennent le contact à travers le temps et l’espace. L’auteure s’attarde également sur un autre élément, corrélatif du don de cheveux coupés, ante ou post-mortem : la coupe des cheveux en elle-même (pp. 224-234). Outre l’aspect infâmant de la tonte, inscrit dans d’autres époques et cultures, et le rappel de l’association des cheveux coupés à la mort, en raison de la « toilette du bourreau » évoquée plus haut, Carol Rifelj rappelle les conceptions hygiénistes et médicales du xixe siècle (nécessité de couper les cheveux pour lutter contre certaines maladies, importance des facteurs météorologiques ou astrologiques au moment de la coupe, etc.). Autant de particularités aujourd’hui méconnues du lecteur contemporain, mais dont la connaissance est fondamentale pour comprendre la société du xixe siècle et ses productions artistiques.

11Coiffures, les cheveux dans la littérature et la culture françaises du XIXe siècle constitue une étude remarquable, claire, d’une lecture agréable (la traduction est de qualité) et particulièrement intéressante. À travers un fil conducteur unique (la coiffure des femmes au xixe siècle), Carol Rifelj rassemble, de manière cohérente, de multiples informations pertinentes sur la société de l’époque, dans des domaines aussi variés que la sociologie, la mode ou la médecine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katherine Rondou, « Carol Rifelj, Coiffures. Les cheveux dans la littérature et la culture françaises du xixe siècle », Questions de communication, 26 | 2014, 352-353.

Référence électronique

Katherine Rondou, « Carol Rifelj, Coiffures. Les cheveux dans la littérature et la culture françaises du xixe siècle », Questions de communication [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9393

Haut de page

Auteur

Katherine Rondou

Université libre de Bruxelles, Université de Mons, B-1050
krondou@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page