Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, culture, esthétique

Pascal Noir, Aux pieds d’Omphale, Hercule ou le crépuscule d’un dieu masochiste (mythocritique de la Décadence et de Sacher-Masoch)

Paris, H. Champion, coll. Romantisme et modernités, 2014, 378 pages
Katherine Rondou
p. 350-351
Référence(s) :

Pascal Noir, Aux pieds d’Omphale, Hercule ou le crépuscule d’un dieu masochiste (mythocritique de la Décadence et de Sacher-Masoch), Paris, H. Champion, coll. Romantisme et modernités, 2014, 378 pages

Texte intégral

1Pascal Noir est maître de conférences en littérature française du xixe siècle à l’université Paris 2 Panthéon-Assas et spécialiste des littératures fin de siècle. Son étude analyse la réception du héros légendaire dans les écrits de la fin du xixe siècle.

2Emblème de la force et de la fécondité (le demi-dieu aurait eu 51 fils des 50 filles du roi Thespios), la figure d’Hercule semble peu compatible avec les obsessions de la littérature décadente, époque phare de la maladie, des névroses et de la stérilité. Toutefois, quelques éléments constitutifs du thème – l’esclavage du héros à la cours d’Omphale, reine de Lydie, et son suicide sur un bûcher – permettent aux décadents d’opérer une relecture du mythe, afin de l’adapter à leurs propres obsessions, notamment le motif de la femme fatale, dangereuse et castratrice. Le corpus réuni par Pascal Noir présente Hercule sous les traits d’une victime émissaire, incarnation parfaite du personnage masculin masochiste. Une mutation que l’auteur explique par la convergence de divers facteurs : l’obsession de l’époque pour La Belle Dame sans merci, qui réclame nécessairement une victime à immoler, mais également le discours médical et les éditions, en langue française, des œuvres de Léopold von Sacher-Masoch.

3Les travaux de Pascal Noir démontrent l’influence notable de Psychopatia sexualis (1886), un essai du Docteur Richard von Krafft-Ebing, psychiatre allemand, spécialiste des « perversions » sexuelles et de leurs incidences médico-légales. L’ouvrage – qui s’attarde, entre autres éléments, sur le cas de divers patients dont la jouissance sexuelle est directement tributaire de situations d’humiliation ou de souffrances, physiques ou psychologiques – officialise les néologismes sadisme et masochisme, inspirés respectivement des héros du marquis de Sade et de Léopold von Sacher-Masoch. En effet, l’écrivain et journaliste autrichien Léopold von Sacher-Masoch (1836-1895) est l’auteur de divers récits (voir l’emblématique Vénus à la fourrure publié en 1870), où le personnage masculin ne connaît le plaisir que dans la soumission absolue à une femme cruelle et froide.

4Pascal Noir démontre comment, sous cette double influence, les écrivains décadents dénaturent le mythe antique et réduisent le héros grec à une faible proie, victime privilégiée de la bourrèle fin de siècle. Les artistes reprennent le travestissement et l’humiliation de l’épisode en Lydie (vêtu d’une tunique féminine rouge, Hercule file la laine aux pieds d’Omphale, elle-même revêtue d’une peau de lion et appuyée sur un gourdin) et projettent sur la figure mythique le personnage masochien/masochiste, heureux de souffrir. L’Hercule décadent se délecte de sa souffrance et de sa mise à mort. Échoit donc à la despotique héroïne finiséculaire de tuer le héros grec, ou plutôt ses divers avatars.

5Le corpus ne comprend pas d’œuvres directement consacrées au mythe d’Hercule – au même titre que les textes d’Ovide ou d’Euripide, par exemple –, mais des récits où le personnage apparaît en filigrane, par le biais d’antonomases (Hercule/hercule) et/ou d’allusions à des mythèmes, à des constituants fondamentaux du mythe (e.g. les coups de pantoufle d’Omphale). L’essai retrace toutes les étapes de la dégradation du mythe herculéen dans les lettres finiséculaires, et permet de comprendre les mécanismes mis en place (travestissement, fustigation, régression, homosexualité, etc.) afin de dénaturer un personnage idéalisé par les siècles. Les travaux de Pascal Noir constituent donc une contribution non négligeable à l’histoire littéraire et à l’histoire des idées. Son étude permet de mieux cerner la représentation littéraire du mythe herculéen en particulier, et la littérature, la culture décadente de manière générale.

6Cependant, nous regrettons l’absence de quelques approfondissements, qui auraient sans nul doute enrichi les propos de l’auteur. Une brève étude diachronique, simple synthèse de travaux d’autres chercheurs (avec l’indication d’éventuelles lacunes, pour l’une ou l’autre époque), en début d’ouvrage, permettrait au lecteur de mieux cerner les tenants et aboutissants du mythe herculéen. En effet, il est difficile d’adhérer pleinement aux affirmations de l’auteur lorsqu’il souligne l’originalité du traitement du thème herculéen dans les lettres décadentes, sans une connaissance plus précise des mutations passées du mythe, depuis l’Antiquité.

7De même, le recours à l’antonomase et aux mythèmes pour construire le corpus d’étude constitue, sans nul doute, une approche particulièrement riche, puisqu’elle permet de démontrer la prégnance, la vigueur de la figure mythique, qu’une simple allusion permet de mobiliser. Cependant, nous aurions souhaité un exposé plus systématique de la sélection des mythèmes pertinents et de l’élaboration du corpus. Enfin, nous avons noté quelques coquilles, qui ne nuisent toutefois pas exagérément au confort du lecteur.

8Ces remarques n’entachent en rien la réelle valeur des travaux de Pascal Noir. Personne, semble-t-il – et pour cause ! – n’avait encore réalisé une analyse systématique des représentations du héros viril par excellence, dans la littérature fin de siècle. L’auteur ouvre son examen des représentations d’Hercule dans les lettres de la fin du xixe siècle à une étude plus générale du masochisme masculin et embrasse, de ce fait, de multiples caractères transversaux propres à la Décadence (femme fatale, fascination pour le morbide, influence du discours médical, etc.). En conséquence, Aux pieds d’Omphale offre une étude non seulement originale, mais aussi féconde de la littérature et de la société fin de siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katherine Rondou, « Pascal Noir, Aux pieds d’Omphale, Hercule ou le crépuscule d’un dieu masochiste (mythocritique de la Décadence et de Sacher-Masoch) », Questions de communication, 26 | 2014, 350-351.

Référence électronique

Katherine Rondou, « Pascal Noir, Aux pieds d’Omphale, Hercule ou le crépuscule d’un dieu masochiste (mythocritique de la Décadence et de Sacher-Masoch) », Questions de communication [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9391

Haut de page

Auteur

Katherine Rondou

Université libre de Bruxelles, Université de Mons, B-1050
krondou@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page