Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, culture, esthétique

Dominique Moulon, Art contemporain, nouveaux médias

Paris, Nouvelles Éd. Scala, 2011, 128 pages
Jean-François Clément
p. 349-350
Référence(s) :

Dominique Moulon, Art contemporain, nouveaux médias, Paris, Nouvelles Éd. Scala, 2011, 128 pages

Texte intégral

1Cet ouvrage présente quelques-unes des pratiques artistiques émergentes dans ce que l’on nomme « art contemporain ». Il se concentre sur l’usage de techniques nouvelles apparues dans le sillage du développement de la numérisation des formes sensibles, pour le moment, sonores ou visuelles. La démocratisation des ordinateurs et des périphériques informatiques, des techniques nouvelles diffusées depuis le milieu des années 1984 rend possibles de nouvelles pratiques dont certaines ont une visée artistique. Le livre s’emploie à faire la typologie de ces pratiques. Ainsi les tout premiers explorateurs d’un continent nouveau de la future histoire de l’art sont-ils décrits et classés. Ne sont concernés dans ce livre que l’Europe, la France principalement, et les États-Unis, l’Asie étant mentionnée seulement si ses artistes ont des liens avec l’Occident et le reste du monde étant pratiquement absent.

2Les artistes explorateurs des nouvelles techniques numériques travaillent, pour le moment qui est la préhistoire d’un phénomène nouveau, dans trois domaines : l’interactivité entre le spectateur et l’œuvre, la virtualisation des images qui ne procèdent plus d’une réalité antérieure, enfin, la simulation, par la machine, des formes de croissance ou d’existence du vivant. À cela, s’ajoute la multimodalité, toutefois limitée.

3C’est le développement de capteurs divers qui permet de créer un art relationnel ou interactif. Si, par exemple, un visiteur d’exposition met son pied sur un cercle de lumière, celui-ci ne le quitte plus, quoi qu’il fasse, durant toute la visite. L’idée est venue à certains d’utiliser des robots, parfois capables de dialoguer. On peut aussi entrer dans une image, faire correspondre des mouvements et des sons, des sons et des images. Ce qui signifie qu’on peut entendre des images ou voir des sons. On peut aussi faire sentir ce qu’est une société sous surveillance où le capteur détruit tout espace privé.

4La virtualisation permet de créer d’autres mondes, par exemple de faire évoluer un danseur dans l’espace vertical, le corps physique, soumis à la pesanteur n’étant pas le corps virtuel, de faire tourner le bas de son corps dans un sens et le tronc dans un autre sens. Ainsi apparaît-il des « artistes technologiques » (p. 5). On peut aussi faire croire, par exemple, à la présence d’un danseur absent dans un groupe de danseurs réels ou que le souffle réel d’un spectateur peut faire s’envoler des ombellules virtuelles (p. 5), ce qui constitue une forme d’ubiquité ou d’artifice. On peut faire de même avec un acteur mort, donc devenu avatar, depuis longtemps. Ce sont là des dispositifs immersifs analogues à ceux des jeux vidéo qui peuvent faire perdre aux spectateurs leurs repères habituels. On peut aussi jouer avec les bases de données virtualisées, par exemple réaliser un portrait avec des photographies de tailles réduites jouant le rôle de pixels (p. 32). Mais il y a aussi tous les détournements possibles de l’internet.

5Enfin, on peut tenter d’imiter une partie de ce qui est vu dans la nature afin de la faire évoluer autrement, voire créer des espèces nouvelles, ce qui est s’accaparer l’ancien monopole divin (pp. 108-115). Plusieurs remarques essentielles sont formulées. Ces développements nouveaux de l’art sont étrangers, pour le moment, au marché. En conséquence, les « techno-artistes », qui sont souvent des couples constitués d’un ingénieur et d’un explorateur d’usages non finalisés des techniques nouvelles, sont obligés d’exercer des métiers autres, le plus souvent d’enseignants, ou ils ne peuvent survivre que par le mécénat de l’État ou d’institutions diverses (p. 5). Les exceptions sont rares comme celles de Rafael Lozano-Hemmer. Donc les œuvres de ces artistes ne se diffusent que par des festivals spécialisés ou les réseaux internet. Il s’agit donc d’un secteur très marginal du champ de l’art. Il est vrai que les artistes actuels, la plupart sans formation scientifique, se sont toujours méfié des techniques maîtrisées par les ingénieurs depuis la disparition, achevée au xixe siècle, de la figure de l’artiste-ingénieur.

6Les galeries et les musées sont réticents à acheter ces œuvres qui dépendent des machines actuelles, de leurs systèmes d’exploitation et de leurs logiciels, ce qui change en permanence. Il est évident que, dans très peu de temps, plus personne ne pourra donner à faire voir ces œuvres à moins d’être collectionneur de techniques anciennes. Toutes sont condamnées à une disparition précoce.

7Par ailleurs, l’ouvrage pose une question centrale et d’autres apparemment secondaires : est-on en face d’usages simplement non fonctionnels de techniques nouvelles catégorisées abusivement comme « artistiques » ou est-on vraiment dans le domaine de l’art ? Sinon, comment définir ce terme avec un peu de rigueur ? Est-ce que la simple émotion devant la puissance des pixellisations et reconfigurations possibles grâce aux nouvelles capacités de calcul, suffit à qualifier une œuvre d’artistique ? Être bidouilleur ne crée pas un artiste, tout au plus un décorateur produisant des questionnements et réponses d’une grande platitude. Ce type de questionnement critique est à peine effleuré dans l’ouvrage, à moins que l’art se définisse dans le futur par la déception du plaisir. On est donc face à un livre dont l’utilité est seulement de dessiner un panorama de pratiques actuellement présentes. Ce sont peut-être les dispositifs de vidéosurveillance et quelques œuvres à thématique sociale qui sont les plus aptes à produire des œuvres réellement artistiques.

8Les autres questions vise à comprendre pourquoi l’imagination des créateurs actuels est limitée à trois domaines principaux. Et l’art à venir a-t-il toujours besoin d’une médiation qui serait l’œuvre ? Attention à ne pas parler de « billion » et à redonner (p. 103) le vrai prénom de Ligeti.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Clément, « Dominique Moulon, Art contemporain, nouveaux médias », Questions de communication, 26 | 2014, 349-350.

Référence électronique

Jean-François Clément, « Dominique Moulon, Art contemporain, nouveaux médias », Questions de communication [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9389

Haut de page

Auteur

Jean-François Clément

clementjf@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page