Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, culture, esthétique

Beatriz Colomina, Cernés par les images. L’Architecture de l’après Spoutnik

trad. de l’anglo-américain par H. Sirven, Linkebeek, B2, coll. Société, 72 pages
Jean-François Clément
p. 325-326
Référence(s) :

Beatriz Colomina, Cernés par les images. L’Architecture de l’après Spoutnik, trad. de l’anglo-américain par H. Sirven, Linkebeek, B2, coll. Société, 72 pages

Texte intégral

1Ce livre est consacré à un événement qui a eu lieu en 1959, deux ans après la mise en orbite du premier satellite russe qui survola trois fois les États-Unis. Designers américains, Charles et Ray Eames furent chargés de présenter leur pays à Moscou dans le cadre d’une exposition qui répondait à une autre que les Soviétiques avaient organisée aux États-Unis l’année précédente. Plutôt que d’établir un parcours linéaire et de ne montrer que quelques réalisations techniques proprement américaines, ce qui était le thème des deux expositions, ils ont opté pour un dispositif panoptique de sept grands écrans placés sous un dôme pouvant recevoir environ 5 000 personnes à la fois. Dans la mise en scène choisie, la caméra partait du cosmos et se rapprochait sans cesse de la terre pour finir par montrer un citoyen américain dans la vie quotidienne, entouré d’une multitude d’objets caractérisant la société de consommation. Dans le cadre de la Guerre froide, il s’agissait de montrer que les Américains vivaient dans une surabondance alors inconnue en Russie et chez ses alliés.

2Ce dispositif permettait d’éviter toute forme d’espionnage industriel de la part des scientifiques soviétiques, ce qui était sans doute le but inavoué des concepteurs de ces expositions. Mais il avait d’autres caractéristiques. Le nombre d’écrans avait été choisi afin qu’on ne puisse pas facilement se souvenir de ce nombre (« Nous sommes parvenus au chiffre sept. Avec quatre images, on savait toujours qu’il y en avait quatre », p. 60). La vitesse du bombardement des images avait été choisie pour qu’on ne puisse jamais réfléchir sur leur sens de manière critique. Avant tout, Il s’agissait de créer une « overdose » d’images. Il fallait, abrutir des esprits, littéralement les droguer. De plus, la répétition de ces images, par exemple la présentation d’une cinquantaine de nœuds autoroutiers, avait été pensée pour qu’on ne puisse pas dire qu’il existe aussi un ou deux nœuds semblables à l’époque dans tout le territoire soviétique. Il s’agissait aussi de rendre crédible le message.

3Le but de cette mise en scène était d’assommer et d’abasourdir les spectateurs sans qu’ils puissent réfléchir à la fois sur le dispositif et sur son contenu. On est donc devant une arme de guerre culturelle où les soldats sont remplacés par des « bataillons d’images » organisées afin de créer une déficience volontaire d’attention. Les images sont justement là pour ne pas être vues puisque leur qualité est sans importance et que seule compte l’impression de quantité, exprimée par un flux incessant. Avec comme message subliminal que le bonheur vient de la multiplication des objets consommés. Et que, surtout, cela ne se discute pas.

4Comment comprendre cette démultiplication d’images animées placées dans un nombre assez élevé de fenêtres, à la différence des tableaux conçus par Leon Battista Alberti lors de la Renaissance ? On ne regardait alors qu’un seul espace immobile à la fois, ce qui permettait une concentration de l’attention. L’auteure du livre croit qu’il s’agit d’une nouveauté américaine qui prendrait ses racines dans les war rooms de la Seconde Guerre mondiale où les gradés de l’état-major voient simultanément plusieurs scènes du « théâtre » des opérations afin de prendre les meilleures décisions (p. 53). Mais, dans ce cas, les officiers ont tout le temps nécessaire afin de focaliser leur attention sur des détails. On utilise la multilocation afin de mieux percevoir ou de mieux penser, ce qui n’a rien à voir avec le flux des images mises en jeu lors d’une opération de propagande comme ce fut le cas à Moscou.

5De plus, Beatriz Colomina ignore manifestement qu’Abel Gance avait, avant la guerre de 1939-1945, utilisé le système des écrans multiples, en mosaïque ou « splittés » (splitscreen) pour développer de façon non linéaire ou non unilocalisée la vie de Napoléon avec le risque que le spectateur ne puisse plus comprendre ce qui se passe puisque, à la différence de l’officier en salle de contrôle des opérations, il ne peut pas faire un arrêt sur image et ainsi penser avant de décider. Claude Autant-Lara avait aussi transformé le « grand » écran en de nombreux plus petits pour faire comprendre que les personnages pouvaient simultanément avoir des points de vue différents sur une même scène représentée polyptiquement. Dziga Vertov a aussi usé du procédé en 1929. À vrai dire, ce dernier date de 1913 (avec Phillips Smalley et Lois Weber) et plusieurs dizaines de réalisateurs l’ont employé depuis.

6L’auteure prétend que cette logique serait aujourd’hui celle des médias de masse, ce qui est aussi une idée discutable qui ne serait vraie que si chacun, pris d’une frénésie de zapping incontrôlable, consommait simultanément un très grand nombre de médias. De multiples obstacles, financiers pour commencer, linguistiques ou culturels, limitent la consommation. Rares sont les hommes qui se mettent volontairement dans cet état. Dans l’expérience de Charles et Ray Eames, les trois millions de cobayes soviétiques qui virent leurs images furent, à leur corps (et esprit) défendant, bombardés de représentations tombées du ciel, en réalité inintelligibles.

7Là où l’auteur a raison, c’est lorsqu’il observe que cette expérience fut une remise en question du schéma de Claude Shannon sur la communication. Les deux émetteurs avaient un souci, très conscient, de supprimer tout bruit, mais leur but fut surtout de multiplier les canaux, sans produire toutefois de doubles liens, et de les engorger pour mettre chaque spectateur dans un « espace multimédia qui excédait sa capacité à l’absorber » (p. 59) afin qu’il n’y ait pas, en bout de chaîne, de message décryptable sinon des messages implicites jamais expressément envoyés dans les canaux disponibles. C’est le récepteur qui crée le message. Et selon le jeu de mots attribué à Marshall McLuhan, le médium est devenu un massage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Clément, « Beatriz Colomina, Cernés par les images. L’Architecture de l’après Spoutnik », Questions de communication, 26 | 2014, 325-326.

Référence électronique

Jean-François Clément, « Beatriz Colomina, Cernés par les images. L’Architecture de l’après Spoutnik », Questions de communication [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9356

Haut de page

Auteur

Jean-François Clément

clementjf@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page