Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication, culture, esthétique

Mélina Cariz, Alice Delmotte-Halter, Salomé Roth, Vinciane Trancart, dirs, L’art du folklore. Europe- Afrique- Amériques

Nancy, pun-Éditions universitaires de Lorraine, coll. EthnocritiqueS, 2014, 330 pages
Ammar Benkhodja
p. 322-323
Référence(s) :

Mélina Cariz, Alice Delmotte-Halter, Salomé Roth, Vinciane Trancart, dirs, L’art du folklore. Europe- Afrique- Amériques, Nancy, pun-Éditions universitaires de Lorraine, coll. EthnocritiqueS, 2014, 330 pages

Texte intégral

1Comme son titre l’annonce, ce livre croise études folkloriques et artistiques. La présentation qu’en donnent les directeurs (pp. 8-17) pose et essaye de définir ses choix historiques, son cadre conceptuel et les problématiques communes à ses contributions. En tant que processus créatif, le folklore y est analysé dans son actualisation par les arts contemporains, au-delà d’une conception qui le tire vers un usage désuet.

2L’ouvrage est constitué de cinq parties. La première, « Les débuts d’un débat » (pp. 21-76), est placée sous le signe de l’art et du folklore espagnols et est composée de trois interventions. Vinciane Trancart ouvre ce débat avec une réflexion sur « La guitare, art et folklore en Espagne à l’aube du xxe siècle » (pp. 21-38). Selon l’auteure, la pratique de cet instrument musical s’inscrit dans les us et coutumes du passé du peuple espagnol tout en évoluant, aujourd’hui, dans un contexte artistique savant qui fait de la guitare un instrument classique fondateur de l’art musical ibérique. Instrument charnière entre art et folklore, son étude constitue une des clés de voûte permettant d’appréhender la construction de l’identité nationale espagnole. Ensuite, la contribution d’Hélène Frison, « Le Tricorne : le folklore comme modernité » (pp. 39- 57), s’intéresse au Tricorne, ballet né de la rencontre en la Russie et l’Espagne, « entre artistes russes fascinés par le folklore espagnol et Espagnols en quête de modernité » (p. 54). L’étude fait ressortir l’hybridité qui sous-tend ce genre artistique : hybridité qui articule une quête de la modernité et « croyance au potentiel créatif du folklore » (p. 40). La dernière contribution de cette partie est celle de Marie-Catherine Talvikki Chanfreau : « Le boléro entre folklore local et art cosmopolite » (pp. 59-76). Elle s’intéresse à l’art du boléro en tentant d’en confronter les aspects populaires et savants, locaux et universels, dans une approche qui vise à souligner « la pertinence du folklore dans l’inspiration d’un art national » (p. 60).

3La deuxième partie, « Portraits d’artistes » (pp. 79-118), est également composée de trois contributions. Dans la première, « Personnages de contes et d’épopées dans la sculpture russe du début du xxe siècle » (pp. 79-92), Nicolas Laurent nous transporte vers l’autre bout de l’Europe : la Russie. Il s’intéresse à l’art de la sculpture russe moderne et en particulier aux œuvres de trois artistes : le baron de Konstantin, Sergueï et Mikhaïl Vroubel qui marquent leurs œuvres d’un « retour au patrimoine national et populaire » (p. 81). Dans cet élan, le chercheur voit non seulement une politique de distinction, mais aussi, et surtout, une stratégie de légitimation du folklorique. À son tour, avec « Le monde ludique de José Francisco Borges » (pp. 93- 107), Laura Bitarelli nous fait voyager, cette fois en Amérique latine, au Brésil plus exactement, avec une réflexion centrée sur les xylogravures de José Francisco Borges et une problématique toujours centrée sur la rencontre entre art et folklore. Mue par une nécessité « de créer une culture brésilienne reconnue avec ses propres racines historiques, linguistiques et culturelles, indépendamment de l’apport européen » (p. 94), l’iconographie de l’artiste participe d’un art au sein duquel se développe tout un imaginaire populaire vivant. Enfin, Eduardo Dimitrov (« Entre le régional et le national : les usages du folklore par le peintre brisilien Lula Cardoso Ayres », pp. 109- 118) conclut cette section. À travers l’étude de l’œuvre du peintre Cardoso Ayres, le chercheur en ethnologie sociale s’intéresse à un mouvement pictural brésilien du Nordeste qui tend à peindre une « couleur locale » (p. 109) et à mettre en couleur des spécificités folkloriques locales, tout en oscillant entre modernisme et conservatisme.

4Les quatre articles composant la troisième partie s’articulent autour d’« une politique du folklore » (pp. 121- 193). Federico Tarragoni (« Transcriptions inter-atlantiques des consciences populaires : art et folklore chez Gramsci et Mariátegui », pp. 121- 138) propose de croiser les pensées de deux « collectionneurs érudits des traditions populaires » (p. 121) : Antonio Gramsci, théoricien politique italien, et José Carlos Mariátegui, journaliste péruvien. Mélina Cariz s’intéresse à l’œuvre du poète chilien Pablo Neruda dans son article intitulé « Le folklore dans la poésie de Pablo Neruda » (pp. 139- 162). La chercheuse étudie le vers nérudien à la croisée d’une poétique du littéraire et d’une ethnologie du symbolique. Elle s’intéresse particulièrement à l’intégration du motif folklorique dans les textes poétiques de l’auteur. Cette intégration n'est pas réduite à une simple reprise, à un banal calque, mais consiste en un travail de réélaboration du fait folklorique qui « laisse place à une parole néologique et humoristique, créée pour dire la vision désenchantée du monde » (p. 161). Pour sa part, Salomé Roth plonge dans l’univers des rites avec « La folklorisation des rites afro-cubains dans les années post-révolutionnaires à Cuba » (pp. 163- 176). Elle s’intéresse aux pratiques rituelles cubaines héritées de l’Afrique telles qu’elles « ont été récupérées et transformées part l’art “savant” révolutionnaire » (p. 165); et ce, à travers l’étude de spectacles mis en scène au début des années 60. Spectacles qui mettent en scène des rites afro-cubains, et dont l’expression est celle d’une culture, de sa valeur historique et anthropologique. Enfin, Julien Laverdure conclut ce voyage transatlantique avec une contribution intitulée « Les promoteurs de l’art autochtone du Costa Rica sont-ils néo-folkloristes ? Folklore, construction du patrimoine et enjeux de dénomination » (pp. 177- 193). Il propose de voir dans la promotion de l’art folklorique du Costa Rica un révélateur des négociations, des conflits, bref, des « transformations sociales et politiques qui sont en train de s’opérer » (p. 192) dans ce pays.

5L’avant-dernière partie de l’ouvrage est orientée « vers de nouveaux objets » de réflexion à la croisée de l’art et du folklore (pp. 196- 270). Pauline Goutain confronte art brut et folk art dans son article « American folk art et Art brut : l’art et le populaire vus sous deux points de vue culturels différents » (pp. 197- 215). Ainsi l’auteure s’interroge-t-elle sur la manière dont ces deux formes artistiques « traitent du populaire et de l’art et comment elles éclairent, en retour, différemment les objets désignés » (p. 198). Ensuite, on peut lire le propos de Pascale Ratovonony sur « L’Art et le folklore renvoyés à l’analyse : le cas de la peinture sous-verre du Sénégal » (pp. 217- 236). L’intérêt de cet art populaire réside dans sa position médiane : « Ses œuvres sont indéniablement nourries d’influences étrangères tout en revendiquant fortement un ancrage local » (p. 219). Dans une perspective comparatiste, Pierre Cras (« Du Folklore “noir” au cartoon “blanc” ; regards croisés entre Kolktales et anthropomorphisme animalier animé du xxe siècle », pp. 237- 252) navigue entre contes et cinéma d’animation africains, européens et américains, visant ainsi à « détailler non seulement les corrélations transnationales (Nord-Sud), mais également transatlantiques (Ouest-Est) » (p. 238). David Diallo conclut cette partie avec une analyse agréablement surprenante : « Du Folklore au vinyle : archéologie du héros gangsta de la musique rap » (pp. 253- 270). Le chercheur analyse la figure du gangsta de la musique rap comme un « continuum culturel » (p. 253) du badman/bad nigger des ghettos noirs.

6La dernière partie du volume, « Questions de folklore » (pp. 273- 312), prend la forme d’un entretien réalisé par Alice Delmotte-Halter avec Jean-Marie Privat, (« “Un gros livre noir…” Entretien avec le professeur Jean-Marie Privat », pp. 273-312). Les questions touchant aux origines des études folkloriques, à l’oralité/écriture, aux arts, aux cultures indigènes/cultures exogènes, y sont posées à juste titre et éclairent une meilleure conception des liens entre folklore et arts à l’époque contemporaines.

7Des Amériques à l’Europe en passant par le continent africain, cette réflexion plurielle se lit avec facilité et intérêt. Ses contributions ont le mérite, d’une part, de revisiter, d’une manière très originale, des domaines d’étude connus (ballet, sculpture, peinture, poésie, iconographie…) et, d’autre part, de révéler certains objets qui le sont beaucoup moins (folk art, art brut, peinture sous-verre…). En plus d’être interdisciplinaire, cet ouvrage collectif confronte des paradigmes scientifiques là où on s’y attend le moins, débridant ainsi nos usages coutumiers des notions d’art(s) et folklore.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ammar Benkhodja, « Mélina Cariz, Alice Delmotte-Halter, Salomé Roth, Vinciane Trancart, dirs, L’art du folklore. Europe- Afrique- Amériques », Questions de communication, 26 | 2014, 322-323.

Référence électronique

Ammar Benkhodja, « Mélina Cariz, Alice Delmotte-Halter, Salomé Roth, Vinciane Trancart, dirs, L’art du folklore. Europe- Afrique- Amériques », Questions de communication [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9348

Haut de page

Auteur

Ammar Benkhodja

Crem, université de Lorraine, F-57000
a.benkhodja@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page