Navigation – Plan du site
Notes de recherche

Le divin management

La structure théologique de l’intelligence collective
The Divine Management. The Theological Structure of Collective Intelligence
Baptiste Rappin
p. 299-314

Résumés

L’article met en exergue les fondements théologiques sécularisés de l’intelligence collective. En premier lieu, il apparaît que l’histoire de l’humanité présentée dans la littérature reprend les caractéristiques évolutionniste, progressiste, messianique et eschatologique du judéo-christianisme. En outre, le concept d’« intelligence » provient de la théologie du Moyen Âge, une généalogie appelée à être complétée par la mise en évidence de l’influence de la pensée du Maharal de Prague sur la cybernétique. En dernier lieu, les conséquences politiques de ce mouvement de sécularisation seront abordées, plus spécifiquement sous l’angle du passage du gouvernement vers la gouvernance.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

En route vers la noosphère
L’intelligence sécularisée
Cybernétique et théologie juive de la Renaissance
L’intelligence collective : du gouvernement à la gouvernance
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le management scientifique naquit par la division du travail : la différenciation organisationnelle qui s’ensuivit entraîna la nécessité d’un ensemble de processus de coordination que l’on dénomme intégration : il s’agissait de s’assurer que chacun, tout en s’acquittant de ses missions particulières, restait dans le même temps aimanté par les finalités générales de l’organisation. De ce point de vue, l’intelligence collective, qui se définit comme « une intelligence partout distribuée, sans cesse valorisée, coordonnée en temps réel, qui aboutit à une mobilisation effective des compétences » (Lévy, 1994 : 29) perpétue l’utopie taylorienne d’une coordination optimale. L’intelligence collective, avatar postmoderne du si convoité one best way, se pare des qualités divines (ubiquité, être en acte, effectivité absolue), pour ainsi porter à sa perfection l’intégration de la différenciation organisationnelle à l’époque du nouvel esprit du capitalisme (Boltanski, Chiapello, 1999), se substit...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Baptiste Rappin, « Le divin management », Questions de communication, 26 | 2014, 299-314.

Référence électronique

Baptiste Rappin, « Le divin management », Questions de communication [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9336 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.9336

Haut de page

Auteur

Baptiste Rappin

Centre européen de recherche en économie financière et gestion des entreprises
Université de Lorraine
F-57073
baptiste.rappin@univ-lorraine.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page