Navigation – Plan du site
Notes de recherche

L’amour et les théories de la communication

Love and the Theories of Communication
Céline Morin
p. 281-298

Résumés

Thématique a priori universelle, l’amour prête aisément à des réflexions anhistoriques que la philosophie antique aurait déjà définitivement formulées. Pourtant, la variabilité historique de ses expressions et la querelle sans cesse renouvelée sur ses significations démontrent qu’elle est, elle aussi, traversée de divers conflits épistémologiques. Loin d’un idéal transcendant, les récents travaux envisagent l’amour comme une visée communicationnelle en même temps que décroît l’idéologie du sacrifice personnel et que se forge une démocratie relationnelle où chacun doit en théorie pouvoir se faire entendre. Les outils y sont ceux de l’expression personnelle et de la responsabilisation, de la délibération et du compromis pour que soit construite une sphère publique intime où communiquent couple et individualités.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

La dimension communicationnelle contrariée : les modèles antiques et freudien de l’amour
Au-delà de la tripartition classique de l’amour en philosophie
L’incommunication amoureuse de la psychanalyse
L’amour devenu tyrannie communicationnelle
L’amour corrompu par l’expression individualiste
Les amours contemporaines comme entrave à la reconnaissance
Le tournant communicationnel : pour une sociologie constructiviste de l’amour
L’amour comme mouvement vers l’autre : mythes et codes affectifs
Les amours de la modernité avancée : précarité relationnelle et rationalisation des sentiments
Le cœur démocratique : les processus de construction du couple
Individualisation, communication et socialisation : le casse-tête amoureux
Promesses et limites de la « relation pure » : quelles communications entre l’individu et le couple ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

Thématique a priori universelle, l’amour prête aisément à des réflexions anhistoriques que la philosophie antique aurait déjà définitivement formulées. Pourtant, la variabilité historique de ses expressions et la querelle sans cesse renouvelée sur sa définition démontrent qu’elle est, elle aussi, traversée de conflits épistémologiques. De façon significative, la question communicationnelle, qu’elle soit revendiquée ou, au contraire, farouchement niée, est celle qui ressort désormais le plus des travaux contemporains.

L’essentialisme a marqué les définitions philosophiques de l’amour, depuis la tripartition classique entre éros, agapè et philia, jusqu’aux tentatives contemporaines d’en découvrir la cause unique. D’une certaine façon, la psychanalyse, freudienne puis lacanienne, pourtant précieuse pour comprendre les phénomènes inconscients, a elle aussi nié la dimension communicationnelle de l’amour en le réduisant aux expressions d’un psychisme autoréférentiel. Pourtant, concevoir l’...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Morin, « L’amour et les théories de la communication », Questions de communication, 26 | 2014, 281-298.

Référence électronique

Céline Morin, « L’amour et les théories de la communication », Questions de communication [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9331 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.9331

Haut de page

Auteur

Céline Morin

Communication, information, médias
Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
F-75005
celine.morin@univ-paris3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page