Navigation – Plan du site
Échanges

Ce que les cultural studies font aux savoirs disciplinaires

Retour sur un débat
What Cultural Studies do to Disciplinary Knowledge: Return on a Debate
Éric Maigret
p. 177-195

Résumés

Si l’on veut identifier la spécificité de la démarche cultural studies, il est nécessaire de penser une transformativité non dialectique, tant sur le plan épistémologique que sur le plan politique. Depuis Stuart Hall, ce courant de recherche considère que l’état normal de la science est la crise et qu’il ne faut clore le savoir que dans le cadre d’une visée politique. Le savoir est un processus sans fin sauf à le muer en positivisme, une politique des savoirs qui gèle des rapports de pouvoir préétablis. Pourtant, les cultural studies ne se contentent pas de déconstruire, elles utilisent et construisent des outils au service des savoirs et d’une politique. Leur ancrage dans les pensées contre-hégémoniques ne se réduit pas à une inclusion dans une famille « critique », qu’elles enrichissent pourtant.

Haut de page

Notes de la rédaction

L'article d'Éric Maigret, « Ce que les cultural studies font aux savoirs disciplinaires » (2013), a donné lieu à des « Échanges ». Il revient à celui-ci de répondre aux chercheurs qui ont discuté ses propositions.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

L’épistémologie des cultural studies
Sociologie (non) positiviste, philosophie du sensible et cultural studies
Cultural studies, critique et politique
Conclusion

Aperçu du début du texte

Je suis très reconnaissant aux contributeurs des échanges « Les cultural studies en débat » d’avoir répondu à mon texte (Maigret, 2013) avec une rigueur et une richesse que Béatrice Fleury et Jacques Walter font ressortir dans leur présentation (2014), rigueur et richesse qui incitent évidemment à prolonger la discussion avec plaisir. Je les remercie d’avoir évité pour l’essentiel de reprendre les vieilles antiennes, encore fréquentes dans le contexte français, sur la superficialité des cultural studies, leur centration supposée sur des micro-objets dénués de réel intérêt ou leur absence de rigueur méthodologique, en accédant ainsi à une demande implicite que je leur adressais en introduction de mon texte. En effet, les objections que je viens de rappeler fonctionnent généralement comme des résistances de principe (bien pointées par James Carey, 1989) c’est-à-dire comme une censure scientifique, alors que leur disparition rend possible, je le pense, un débat de fond sur les relation...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Maigret, « Ce que les cultural studies font aux savoirs disciplinaires », Questions de communication, 26 | 2014, 177-195.

Référence électronique

Éric Maigret, « Ce que les cultural studies font aux savoirs disciplinaires », Questions de communication [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9289 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.9289

Haut de page

Auteur

Éric Maigret

Communication, information, médias
Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
F-75005
eric.maigret@univ-paris3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page