Navigation – Plan du site
Dossier. La pornographie et ses discours
Des corps sociaux et politiques

La psychanalyse à l’épreuve de l’« indécent »

The Psychoanalysis with Test of Indecent
Éric Bidaud
p. 165-175

Résumés

Dans sa définition du champ du « sexuel », Sigmund Freud tenait compte dans un même ensemble de l’opposition des sexes, de la jouissance sexuelle, de la fonction de la procréation et du « caractère indécent d’une série d’actes et d’objets qui doivent rester cachés ». Ce rapport à l’« indécent » s’exprime dans le plaisir du voir et de l’être vu, mais aussi du dire et de l’être entendu, et participe du registre du sexuel infantile qui pourra trouver, à l’âge adulte, de multiples voies d’expression. Nous conviendrons que la psychanalyse « contemporaine » s’est peu intéressée à cet aspect de l’« indécent » : au champ du pornographique (étymologiquement des écritures prostitutionnelles) et moins encore au « porno », ces néo-espaces de l’expression pulsionnelle du voir et de l’entendre. Le discours psychanalytique soit a encouragé une approche péjorative et normative, soit s’est centré sur la question du lien addictif à la pornographie, donc à une certaine psychopathologie du regard. Nous montrons les prémisses d’une autre voie de recherche à partir de l’hypothèse selon laquelle le « porno », cet objet ordinaire de l’espace internet, participe du passage adolescent en lien avec l’irruption du « sexuel pubertaire ». Nous dirons que la sexualité qui s’invente et doit s’inventer chez le jeune adulte, et bien au-delà, doit prendre masque dans les sens qu’il convient de donner à ce mot : parure et parade, jeu du vrai et du faux... Ainsi est-ce sur la scène masquée, théâtralisé du « porno » que s’improvisent les mouvements de la sexualité qui, en quelque sorte, se socialisent.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Les pudeurs de la psychanalyse contemporaine
Le sexe « risible » de la jouissance
Visage du sexe et sexe du visage
Jeu et enjeu de la séduction du « porno »
Conclusion

Aperçu du début du texte

Dans sa définition du champ du « sexuel », Sigmund Freud (1915-1917 : 314) tenait compte dans un même ensemble de l’opposition des sexes, de la jouissance sexuelle, de la fonction de la procréation et du « caractère indécent d’une série d’actes et d’objets qui doivent rester cachés ». Ce rapport à l’« indécent » (ou l’« inconvénant » selon la dernière traduction) s’exprime dans le plaisir du voir et de l’être vu, mais aussi du dire et de l’être entendu, et participe du registre du sexuel infantile qui pourra trouver, à l’âge adulte, de multiples voies d’expression, contribuant même à l’évolution de l’objet sexuel vers la beauté. L’évolution de l’objet sexuel vers la beauté est liée à la dissimulation progressive de cette partie du corps (les organes génitaux) qui soutient la curiosité sexuelle, en reliant donc la beauté, premièrement, à la notion de voilement et, secondairement, à celle de détournement en l’orientant du côté de l’art. Le beau naîtrait de l’instant où il est possible...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Bidaud, « La psychanalyse à l’épreuve de l’« indécent » », Questions de communication, 26 | 2014, 165-175.

Référence électronique

Éric Bidaud, « La psychanalyse à l’épreuve de l’« indécent » », Questions de communication [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9280 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.9280

Haut de page

Auteur

Éric Bidaud

Unité transversale de recherche psychogenèse et psychopathologie
Université Paris 13
F-93430
eric.r.bidaud@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page