Navigation – Plan du site
Dossier. La pornographie et ses discours
Des corps sociaux et politiques

Les métadiscours pornographiques

The “Metadiscourse” of Pornography
Stéphanie Kunert
p. 137-152

Résumés

Cet article s’intéresse à la pornographie comme discours, et aux discours sur la pornographie (discours de critique, d’analyse, de censure, de défense…) que nous appellerons métadiscours pornographiques. La réflexion porte plus précisément sur les discours féministes visant non pas à interdire la pornographie mais à défendre des représentations traduisant une vision positivée de la sexualité des femmes et valorisant leur statut de sujet plutôt que d’objet sexuel. Ces discours s’inscrivent dans une branche du mouvement féministe souvent qualifiée de « pro-sexe » ou « sex positive » qui produit films, ouvrages, vidéos en ligne, photographies, etc., qu’on qualifiera alors de métapornographie féministe, dans la mesure où ces productions partent d’un geste réflexif critique sur la pornographie dite mainstream, laquelle devient alors le discours-objet de la métapornographie féministe.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Les métadiscours de la pornographie
Origines d’un discours : la pornographie féministe
Une métapornographie
Quid du discours-objet de la métapornographie ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

En tant que forme explicite de médiation et de médiatisation de « scripts sexuels » (Gagnon, 1999), la pornographie s’inscrit dans divers dispositifs médiatiques : télévision, radio, presse, cinéma, édition mais aussi internet et les réseaux sociaux numériques. Cette dimension techno-médiatique de la pornographie reste souvent impensée dans les discours d’analyse comme de critique de la pornographie, qui est particulièrement sujette à la « fusion entre contenus/dimension culturelle et dispositif/matérialité technique » (Pailler, 2011), ce qui a pour effet de rabattre la notion de « média » vers celle de « produit culturel ». Si cette dimension médiatique de la pornographie est indéniable, tant du point de vue de ses dispositifs d’énonciation et de circulation que de ses modèles économiques, et si l’interdiscipline dans laquelle s’ancre ce texte (les sciences de l’information et de la communication) est bien à même de la prendre en compte, c’est cependant moins en tant qu’objet média...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Kunert, « Les métadiscours pornographiques », Questions de communication, 26 | 2014, 137-152.

Référence électronique

Stéphanie Kunert, « Les métadiscours pornographiques », Questions de communication [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9262 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.9262

Haut de page

Auteur

Stéphanie Kunert

Équipe de recherche de Lyon en sciences de l’information et de la communication
Université Lumière Lyon 2
F- 69500
stephanie.kunert@univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page