Navigation – Plan du site
Dossier. La pornographie et ses discours
Des corps sociaux et politiques

Sluts and goddesses

Discours de sexpertes entre pornographie, sexologie et prostitution
Sluts and Goddesses. Discourse of Sexpertise between Pornography, Sexology and Prostitution
Marie-Anne Paveau
p. 111-135

Résumés

Cet article explore la circulation nouvelle d’un discours de la sexpertise, c’est-à-dire de la compétence dans les techniques sexuelles du corps, entre les trois domaines de la pornographie, de la sexologie et de la prostitution. Depuis les années 70, dans ces trois univers méconnus et encore stigmatisés, s’élabore un discours de transmission des savoirs sexuels dans un contexte féministe sexe positif, pourvu d’objectifs sociaux, politiques et culturels : bien-être personnel, empowerment des individus, libération des femmes, amélioration de la pornographie comme forme culturelle. Y sont présentées des figures de femmes sexpertes étatsuniennes comme Annie Sprinkle et françaises comme Wendy Delorme, actrices porn et/ou prostituées et/ou éducatrices sexuelles, ainsi que les types de discours qu’elles élaborent dans les lieux discursifs de la sexpertise offerts par les espaces numériques du web 2.0.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Des sexpertes pour dire le plaisir sexuel
Le féminisme sexe positif
De sex worker à body worker. De la travailleuse du sexe à l’éducatrice sexuelle
American sluts : whores, porn stars & sex educators
Annie Sprinkle, « neo-sacred prostitute » et « multimedia whore »
Scarlot Harlot, Nina Hartley : discours d’apprentissage du plaisir
« Better Orgasms, Better World » : Betty Dodson et Deborah Sundahl
Les Françaises ou la conquête du territoire sexuel
De la performance à la sexpertise : utérus et éducation
Les ateliers « sexualités », un dispositif de sexpertise
Conclusion

Aperçu du début du texte

« We embrace our genitals as part, not separate from our spirits. We utilize sexually explicit words, pictures, performances to communicate our ideas and emotions. We denounce sexual censorship as anti-art and inhuman. We empower ourselves by this attitude of sex-positivism. And with this love of our sexual selves we have fun, heal the world and endure », Veronica Vera, Annie Sprinkle, Post-Porn Modernist Manifesto, 1989.

« Les déculottées de toutes sortes se sont mises à revendiquer leurs propres images, à parler depuis leur position minoritaire et minorisée », Wendy Delorme, « Pornographie féministe : fin d’un oxymore », 2011.

En août 2013, la chanteuse américaine Miley Cyrus se livre à une performance remarquée au cours des mtv Videos Music Awards : twerking débridé, poses sexuelles avec le chanteur Robin Thicke, gestes de masturbation à l’aide d’un gant géant. Les commentaires sont quasiment unanimes : sa prestation est jugée choquante car elle mime du sexe explicite, c’est-à-dire...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Anne Paveau, « Sluts and goddesses », Questions de communication, 26 | 2014, 111-135.

Référence électronique

Marie-Anne Paveau, « Sluts and goddesses », Questions de communication [En ligne], 26 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9253 ; DOI : 10.4000/questionsdecommunication.9253

Haut de page

Auteur

Marie-Anne Paveau

Pléiade
Université Paris 13
F-93000
ma.paveau@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page