Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Technologies

Sébastien Broca, Utopie du logiciel libre. Du bricolage informatique à la réinvention sociale

Neuvy-en-Champagne, Éd. Le Passager clandestin, 2013, 288 pages
Samuel Goëta
p. 427-429
Référence(s) :

Sébastien Broca, Utopie du logiciel libre. Du bricolage informatique à la réinvention sociale, Neuvy-en-Champagne, Éd. Le Passager clandestin, 2013, 288 pages

Texte intégral

1Traitant des pratiques et des conceptions du logiciel libre mais aussi, plus largement, du mouvement pour l’ouverture des savoirs, Utopie du logiciel libre ambitionne, premièrement, de nourrir une réflexion critique sur l’ethos du libre au sens d’un « ensemble de valeurs qui constituent un cadre pour l’action et s’actualisent dans des pratiques » (p. 24) et, deuxièmement, d’élaborer une sociologie critique du libre. Reprenant la notion d’utopie concrète chez Ernst Bloch (Le principe Espérance, tome ii, Les épures d’un monde meilleur, Paris, Gallimard, 1982), le libre représente pour l’auteur un « discours critique, des pratiques singulières et un idéal social alternatif » (p. 29).

2La première partie de l’ouvrage consiste en une « Présentation du Libre » (pp. 37-100), une remarquable synthèse qui aborde trois aspects : l’histoire du logiciel libre en tant que mouvement de résistance (pp. 39-58), le débat entre free software et open source (pp. 59-78) et, enfin, les pratiques de collaboration dans trois projets libres (pp. 79-100). La partie historique s’attache en particulier au personnage de Richard Stallman, fondateur de la Free Software Foundation (fsf). En 1986, la fsf publia la première définition formelle du logiciel libre qu’on peut résumer autour de quatre libertés : utilisation, modification, copie et redistribution. En 1989, Richard Stallman réalisa son « hack le plus ingénieux » (p. 57) avec la création de la licence general public license (gpl). Elle instaure le principe du copyleft (nommé par opposition au copyright) qui garantit l’ouverture du code en imposant que les modifications apportées à une œuvre sous licence gpl soient obligatoirement soumises elles aussi à cette licence, garantissant donc les quatre mêmes libertés (principe du partage à l’identique). 

3Alors que le monde des affaires commençait à s’intéresser au milieu des années 90 au logiciel libre, le terme « open source » connut rapidement un grand succès auprès des journalistes et des milieux d’affaires. La divergence entre open source et free software va au-delà de la terminologie : alors que la fsf défend le copyleft, l’Open Source Initiative (osi) n’impose pas la clause de partage à l’identique qui garantit les quatre libertés. Ces deux ensembles de représentations proposent deux visions : l’une se pensant comme un « mouvement social » qui défend la liberté de l’usager des techniques, l’autre affirmant son pragmatisme et qui soutient la supériorité technico-économique de l’ouverture du code (p. 70).

4Dans son étude de l’économie open source, l’auteur décrit « un mélange de prime abord assez étonnant entre travail bénévole et travail salarié […], une économie de service, dans laquelle il s’agit moins de vendre un produit qu’une expertise » (p. 72). Cette économie bénéficie de la mutualisation des programmes de recherche et développement des grandes entreprises qui contribuent en commun à l’écriture du code : ainsi 85 % du code du noyau du système d’exploitation Linux serait-il désormais écrit par des salariés d’entreprises (p. 73).

5S’intéressant aux pratiques de collaboration du libre, Sébastien Broca propose une étude détaillée de trois projets (pp. 79-100) : Linux, Debian et Wikipédia. L’auteur réussit à souligner la diversité des pratiques du libre, à l’opposé de l’image d’Épinal de projets gérés de manière purement horizontale. Ce qui leur est commun, c’est « un travail volontaire et non prescrit, où l’affectation des tâches est négociée et où chacun a toujours la possibilité de se retirer du projet » (pp. 98-99).

6Dans une deuxième partie, l’auteur s’emploie à décrire un « ethos du libre » (pp. 101-200) à travers trois valeurs qu’il considère « constituer le fond commun à l’ensemble des sensibilités du Libre » (p. 104). S’interrogeant d’abord sur la capacité du libre à constituer une éthique du travail émancipatrice, il avertit des limites de ces méthodes de développement, « absence de toute séparation entre temps de travail et de non-travail, norme de la réponse instantanée dans les échanges entre développeurs, recherche permanente de reconnaissance par la communauté » (p. 120). Quant aux programmeurs bénévoles, de nombreux auteurs y ont vu une forme d’exploitation, une critique qui semble peu fondée car elle tend aussi à voiler « le fait que la programmation libre se situe, pour les individus qui la pratiquent, à cheval sur plusieurs temporalités – travail et loisir – et à la confluence de plusieurs enjeux : amusement, apprentissage, reconnaissance, etc. » (p. 128).

7Concernant la créativité technique (pp. 133-168), l’ouvrage rappelle l’émergence du terme « hackers » dans les années 60, une revendication par les informaticiens de leur capacité à innover en « bidouillant ». Depuis 2005, les hackers ont investi les objets matériels avec l’émergence du mouvement open hardware, reprenant les principes du logiciel libre. Alors que ce mouvement se présente souvent comme « l’émancipation vis-à-vis de la société de consommation » (p. 156), l’auteur le considère pour l’instant comme un « passe-temps branché » (p. 156) dont les produits sont encore fragiles et lents à produire (p. 162). Surtout, ce dernier critique la difficulté pour les libristes de répandre leur culture technique parfois élitiste (p. 164). Il cite l’exemple de l’entreprise MakerBot qui a cessé de publier les plans de son imprimante 3d. Son succès commercial dilue le message subversif et les multiples contributions qui lui ont donné naissance.

8Pour l’auteur, la libre circulation de l’information serait aussi « la valeur la plus communément associée au combat du Libre » (p. 170). S’appuyant sur la théorie cybernétique de manière parfois inconsciente, le libre a conduit une lutte farouche contre le renforcement des droits de propriété intellectuelle et des entraves à la liberté de circulation de l’information sur les réseaux. Brevetabilité du logiciel, Loi relative au droit d’auteur et aux droits voisins dans la société de l’information (dadvsi, 2006) ou Loi favorisant la diffusion et la protection de la création sur internet (hadopi, 2009), accord commercial anti-contrefaçon (acta, 2011-2012) : toutes ces luttes ont soudé des collectifs comme l’April ou la Quadrature du net en France qui agissent par la diffusion d’information et l’influence sur les décisions prises par les autorités (p. 185). Dans l’étude de ces mouvements, l’auteur relève « certains décrochages entre l’ordre du dire et l’ordre du faire » (p. 188) comme la personnalisation des représentants de certains collectifs. Enfin, il décrit l’intérêt de ces mouvements pour la transparence qui s’explique par une fascination pour « le fait de rendre les choses – et en premier lieu les technologies – à la fois visibles et lisibles » (p. 194).

9Dans une troisième partie, l’ouvrage décrit deux « Politiques du libre » (pp. 201-260), des « revendications politiques générales, en appui sur les pratiques et les discours du Libre » (p. 203). Premièrement, le mouvement des biens communs, notamment dans les écrits d’Elinor Olstrom (Gouvernance des biens communs. Pour une nouvelle approche des ressources naturelles, Bruxelles, De Boeck, 2010), formule une critique des logiques systématiques d’appropriation privative des ressources. L’auteur considère que le libre est la « matrice du mouvement des communs » (p. 215), mais s’interroge sur la pertinence du rapprochement entre les communs physiques et les communs informationnels qu’Elinor Olstrom regroupe comme « une troisième voie entre l’État et le marché » (p. 224). L’économie open source illustre la manière dont le marché peut parvenir à exploiter les ressources des communs informationnels.

10Enfin, dans un dernier chapitre, l’auteur traite de l’intérêt d’un pan de la gauche radicale pour le libre (pp. 229-260), notamment André Gorz (L’immatériel, Paris, Galilée, 2003) et Yann Moulier Boutang (Le capitalisme cognitif. La nouvelle grande transformation, Paris, Amsterdam, 2007 ; L’abeille et l’économiste, Paris, Carnets Nord, 2010). Ces auteurs se sont appuyés sur l’exemple du logiciel libre pour renforcer leur proposition d’un revenu universel. Pour André Gorz, le revenu universel permettrait d’opérer une « inversion du rapport entre activité et revenu » (p. 252). Pour Yann Moulier Boutang, il accroîtrait la richesse globalement générée dans une économie de la « pollinisation » où la contribution profite au plus grand nombre.

11L’ouvrage se conclut en rappelant que « le Libre n’est plus seulement le logiciel libre » mais « un vaste domaine dont les logiciels libres sont l’infrastructure, les licences libres le règlement, et l’activisme libriste le gardien » (p. 265). Célébrant les bricoleurs et les visionnaires du libre, Sébastien Broca appelle à ce que le champ politique se saisisse des méthodes d’action collective du libre : « Être libre d’expérimenter, c’est pouvoir se tromper, découvrir ce dont on ne soupçonnait pas l’existence et arriver là où on n’aurait pas été […], être capable de bricoler les technologies, de réviser les agencements collectifs et de se réapproprier certains savoirs confisqués par leur incorporation dans des structures de pouvoir » (p. 267).

12Utopie du logiciel libre est assurément une excellente synthèse des trajectoires, des pratiques et des aspirations du libre dont il souligne les forces et les limites. L’auteur s’attache notamment à maintenir la diversité des conceptions et des pratiques qu’on rattache sous la bannière du libre. Le lecteur y découvrira comment, depuis près de 40 ans, des informaticiens militants ont articulé une pensée politique avec des pratiques novatrices. Plus qu’un combat pour l’ouverture du savoir et des techniques, le libre y devient une composante à part entière de l’histoire des idées contemporaines. L’exercice de définition d’un ethos du libre auquel il se livre dans la deuxième partie (pp. 101-200) est délicat, mais les trois valeurs communes qu’il identifie résument bien semble-t-il les revendications des mouvements. Néanmoins, on peut regretter l’emploi très régulier du terme englobant de hacker pour désigner les concepteurs et les militants du logiciel libre. L’ouvrage de Fred Turner, Aux Sources de l’Utopie numérique (Caen, c&f Éd., 2012), qui aborde en détail l’émergence de cette notion n’évoque pourtant jamais Richard Stallman et les militants du logiciel libre. L’usage de cette catégorie vague et qui ne se rattache pas à des communautés de pratiques bien définies réduit l’hétérogénéité des conceptions et des projets du libre. D’autre part, l’ambition de l’ouvrage d’élaborer une sociologie critique du libre aurait nécessité des descriptions ethnographiques ou des extraits d’entretiens avec des contributeurs. Le livre se contente de résumer la littérature sur le sujet, de manière très complète certes, sans donner la parole aux anonymes qui ont fait le succès des projets libres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samuel Goëta, « Sébastien Broca, Utopie du logiciel libre. Du bricolage informatique à la réinvention sociale », Questions de communication, 25 | 2014, 427-429.

Référence électronique

Samuel Goëta, « Sébastien Broca, Utopie du logiciel libre. Du bricolage informatique à la réinvention sociale », Questions de communication [En ligne], 25 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9172

Haut de page

Auteur

Samuel Goëta

LTCI, Telecom ParisTech, CNRS, F-75013
samuel.goeta@telecom-paristech.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page