Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Denis Ruellan, Le journalisme défendu. Modèles de l’action syndicale

Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. Res Publica, 2014, 157 pages
Jean-François Tétu
p. 418-421
Référence(s) :

Denis Ruellan, Le journalisme défendu. Modèles de l’action syndicale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. Res Publica, 2014, 157 pages

Texte intégral

1Le livre de Denis Ruellan poursuit la réflexion de celui-ci sur le journalisme, notamment sur la construction collective de la profession et de son identité (Les « pro » du journalisme. De l’état au statut, la construction d’un espace professionnel, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1997) avec une recherche sur un aspect méconnu de son histoire, celle des modèles de sa défense comme activité salariée depuis les années 1880. Ce livre a deux objectifs fortement liés, et inspirés de Michel Foucault (L’ordre du discours, Paris, Gallimard, 1971, notamment pp. 53-62) : d’une part, au-delà de la diversité des projets, des organisations, des contextes qui indiquent en apparence la discontinuité du fait syndical, trouver des événements, des séries, des régularités qui permettent de découvrir des modèles, durables ou successifs ; et, d’autre part, les fonder sur des « conditions externes de possibilité », ce qui permet « d’éclairer des événements qui semblaient internes, propres au journalisme » (p. 10). Cette perspective originale permet de mettre au jour cinq modèles, qu’on peut nommer avec Michel Foucault des « régularités », qui sont à la fois des discours qui analysent la réalité sociale, des modèles syndicaux, des cadres cognitifs, que Denis Ruellan situe à partir d’événements constitutifs de ces modèles.

2Ces modèles sont la « corporation (l’alliance des gens de métier sans distinction de condition) » (chapitre 1, pp. 19-40) ; « la profession (l’affirmation d’une identité spécifique de salariés du même métier » (chapitre 2, pp. 41-65) ; « l’union (la coalition des forces laborieuses sans distinction de secteur ni d’emploi) (chapitre 3, pp. 67-93) ; « la participation (la gestion partagée d’un espace de production par les employés et les salariés) » (chapitre 4, pp. 95-111) ; « le paritarisme (la coresponsabilité partielle d’enjeux sociaux et professionnels) » (chapitre 5 : pp. 113-129 ) (p. 11).

3Ces modèles ne sont pas successifs, même s’ils apparaissent postérieurement les uns aux autres, et le livre n’est pas, à proprement parler, une histoire du syndicalisme des journalistes, déjà bien connue, au moins concernant le Syndicat national des journalistes (snj). En revanche, il montre de façon convaincante comment ces modèles, avec leurs réussites et leurs échecs, éclairent l’histoire du journalisme français. Cette dernière est explicitée tantôt par des caractères propres au journalisme, dont la majorité des membres a toujours privilégié la négociation à l’affrontement classe contre classe, tantôt par des traits qui opposent, dans l’histoire du syndicalisme français, le syndicalisme « de métier » (les dockers, les transports, l’enseignement) au syndicalisme « d’industrie » (la métallurgie), ou leur syncrétisme (les travailleurs du livre et leur appartenance à la Confédération générale du travail ou à Force ouvrière). Elle s’explique encore par ce qu’il faudrait appeler l’air du temps, depuis le catholicisme social du xixe siècle jusqu’au refus des Français d’approuver la proposition du général de Gaulle d’instaurer la « participation » (« piège à cons » disait-on alors à l’ultra-gauche). Il s’agit donc d’une recherche patiente et d’une réflexion sur les diverses façons dont les journalistes-salariés ont pensé leur défense face aux patrons ; et cela depuis le développement du journalisme « industriel » au tournant du xixe et du xxsiècle, jusqu’aux concentrations et réorganisations multiples de l’époque contemporaine, ou à la crise du journal imprimé qui dure maintenant depuis 50 ans.

4Premier modèle, donc, « la corporation » dont Denis Ruellan voit l’événement fondateur dans la création, en 1895, du Syndicat des journalistes et écrivains français, dont l’héritage perdure dans l’Union syndicale des journalistes (usjf-cftc), fondée en 1985 : ce syndicat, au départ catholique et monarchiste, et donc antirépublicain, est peu retenu par les historiens, moins sans doute du fait de son faible poids en face du puissant snj, à partir de 1918, et encore majoritaire aujourd’hui, que du fait qu’il est abusivement associé aux très nombreuses associations qui ont fleuri avant le premier conflit mondial (environ 80 en 1914). Denis Ruellan, qui s’en tient au strict fait syndical, ne retient pas ici le modèle de l’association sur lequel on pourra notamment lire Christian Delporte (Les journalistes en France 1880-1950, Paris, Éd. Le Seuil, 1999, pp. 85-96) ou la thèse de Marc Martin (Contribution à l’histoire des journalistes et du journalisme en France (xixe-xxe siècle) et à l’histoire de la publicité en France, thèse de doctorat, université Paris Ouest Nanterre la Défense, 1992), mais ce modèle corporatiste, qui prône une alliance pacifique du capital et du travail, modèle puissant avant 1914, et appelé à disparaître ensuite. L’originalité de Denis Ruellan est ici très forte car elle dément l’idée selon laquelle la phase syndicale aurait succédé à la phase associative en montrant l’histoire de ce syndicat qui privilégie une vision coopérative des relations sociales, y compris en matière de retraite. Le schéma corporatif, malmené à la fin de l’Ancien Régime (Loi Le Chapelier) est encore puissant idéologiquement à la fin du xixe siècle (l’auteur mentionne Émile Durkheim) : l’idée générale est que, face à la division du travail et au risque d’éclatement social, il faut renforcer les relations entre les individus. Mais Denis Ruellan montre surtout que cette organisation pâtit de sa double nature, politique (le catholicisme contre le Mal incarné par la Révolution) et professionnelle : corporatiste, et réactionnaire. Il faut donc lire la place de ce syndicat à partir de l’histoire sociale d’avant 1914, où ce syndicat ne lit dans l’encyclique Rerum Novarum (1891) que ce qui justifie son vif conservatisme. D’où son alliance avec le mouvement des Jaunes. La défense individuelle des travailleurs collectivement organisés appartient au second modèle.

5D’où vient le succès du snj, qui réunit les deux tiers de la profession avant le second conflit mondial ? Pourquoi un rassemblement aussi massif et une réussite évidente avec la loi de 1935 qu’il a inspirée ? Le modèle de la « profession » repose sur un discours à vocation identitaire dont Denis Ruellan (Nous journalistes, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2011) a déjà montré la force au sein du snj. Contrairement aux organisations précédentes qui privilégiaient l’esprit mutualiste (solidarité, caisse de retraite, services, sociabilité), le snj a d’emblée et continûment défendu une conception offensive de son rôle de défense de l’intérêt individuel des journalistes. Cette conception individualiste s’oppose assez frontalement aux syndicats « de masse », et notamment à la Confédération générale du travail (cgt) à laquelle le snj a refusé d’appartenir, à maintes reprises. En revanche, elle est très proche de la Ligue des droits de l’Homme dans laquelle plusieurs dirigeants du snj ont joué un rôle durable, en héritage de l’affaire Dreyfus où s’est construite l’idée que chaque individu a des droits imprescriptibles que les organisations sociales doivent défendre en permanence si l’État ne le fait pas. Ainsi le succès du snj n’est-il pas seulement lié à la construction collective et à l’identité de la profession que les historiens, et Denis Ruellan lui-même, ont abondamment montrées ; il tient à la défense directe de chaque journaliste, et cela « le relie à une transformation générale des rapports entre l’individu et la société qui affecte tout le corps social et les institutions au début du xxe siècle » (p. 13). Cela est assez paradoxal car il revient aussi au snj d’avoir « rompu avec l’image d’un métier d’individualistes » (p. 42) en construisant une représentation collective, mais le paradoxe n’est qu’apparent car il fonde précisément cette identité collective sur la défense des droits individuels auxquels il consacre une part considérable de son activité (pp. 44-47). Et le triptyque de ses revendications (un contrat collectif, un mois d’indemnité par année en cas de licenciement, une résolution des conflits par l’arbitrage) finit par s’imposer avec la loi de 1935. Cet individualisme est cohérent avec l’esprit du temps, tant pour les catholiques pour qui l’encyclique Rerum Novarum explique que le socialisme et le capitalisme asservissent l’individu, que pour l’esprit républicain qui valorise l’effort et le mérite individuels : « Le syndicat produit du collectif parce qu’il défend les droits de chacun, il rassemble les individus » (p. 64). Il n’y a de morale professionnelle que dans la solidarité.

6On insistera moins ici sur le modèle de l’union syndicale, car on connaît mieux les réticences des journalistes à s’allier avec les travailleurs du livre, ces ouvriers de la presse, d’ailleurs continûment mieux payés, et le choix presque constant des journalistes d’une organisation autonome. Denis Ruellan insiste sur le conflit entre pro et anticommunisme et surtout sur le souhait majoritaire d’appartenir à une organisation dépourvue d’engagement politique (ce qui fut d’ailleurs longtemps le choix affirmé de la cgt). L’autonomie fut toujours ce sur quoi achoppaient les projets d’union, malgré quelques moments historiquement forts comme l’Union nationale des syndicats de journalistes de 1967, qui correspond aux débuts de l’Union de la Gauche et du « Programme commun » de gouvernement. Ce que montre Denis Ruellan est que l’union a presque toujours d’abord eu pour effet de faire surgir les divergences, notamment sur l’unité d’action qui se heurte à la diversité des positions idéologiques et des organisations. Il s’agit donc d’un modèle récurrent qui, à l’exception de rares moments où l’Histoire favorise le rassemblement, est resté un vœu pieux.

7Il en va autrement du modèle de la « participation » qui prend ici le nom de « société de rédacteurs » ou quelque variable identique, qui a connu son heure de gloire (peu durable, cinq ans, de fait) avec la création en 1967 de la Fédération nationale des sociétés de journalistes. Le modèle est plus ancien, ce qui, pour l’historien Marc Martin (Histoire et médias 1950-1990, Paris, A. Michel, 1991), comme pour Jean Schwoebel (La presse, le pouvoir et l’argent, Paris, Éd. Le Seuil, 1968), qui fut un acteur essentiel de ce mouvement, en fait un héritage de la Libération. Il s’agit ici de penser une nouvelle forme de la place des salariés dans l’entreprise par une participation à la gestion ; la forme la plus simple est celle de sociétés par actions qui peuvent acquérir en nom collectif une part du capital de l’entreprise pour infléchir ses choix stratégiques et économiques (ainsi de la création de celle du Monde, qui a permis le retour à la direction d’Hubert Beuve-Méry). Elle peut prendre aussi, comme au Figaro (1950), la forme d’une société fermière investie de la responsabilité éditoriale. Outre les deux journaux précités, Ouest-France et France-Soir furent en ce domaine des pionniers. Deux phases, donc, pour ce modèle : après la première, où il s’agit de conférer des droits aux rédactions, la seconde, où Denis Ruellan voit plutôt une idée qui vient trop tôt, s’appuie, selon lui, sur l’ordonnance de 1967 sur la « participation des salariés au fruit de l’expansion des entreprises », et sur la conception gaullienne, déjà ancienne (discours de Strasbourg de 1947), d’inspiration chrétienne, qui veut faire de l’intéressement et de la participation un moyen de paix sociale. Donc, en ces années 60, une trentaine de journaux suivent très vite le mouvement : à cette date, les patrons-journalistes issus de la Résistance sont devenus de vrais patrons, et les grands groupes ont fait leur apparition, issus d’une concentration dont on voit bien la menace qu’ils font peser sur l’indépendance des rédactions. Mais, outre l’opposition frontale du patronat, et la réticence du Parti socialiste que partage François Mitterand (au contraire du Parti socialiste unifié), le mouvement ne peut convaincre les syndicats de journalistes (à l’exception de la Confédération française démocratique du travail, sensible aux thèses de l’autogestion), qui n’y voient que le risque d’un syndicat maison. Au fond, explique l’auteur, ce sont deux conceptions de l’action qui s’opposent au profit de ceux, majoritaires, qui veulent s’en tenir à une politique de revendication des droits et des salaires (et les secrétaires de rédaction, pensent-ils, font courir aux journalistes le risque de la désunion). De fait, la participation comme « troisième voie » remonte au milieu du xixe siècle (Joseph Proudhon), rappelle utilement Denis Ruellan : culture ouvrière fouriériste, et catholicisme social. Mais rien n’aboutit vraiment : selon l’auteur, pour la gauche, cela « dérange une répartition ordonnée des rôles » (p. 110). Et les positions doctrinales, qui s’en tiennent à l’affrontement classe contre classe, ont finalement raison de ce projet « qui portait en lui une vision singulière des rapports politiques et sociaux » (p. 111).

8Reste pour les journalistes l’exception de l’arbitrage paritaire, à côté, et en sus des prud’hommes. Denis Ruellan avait déjà étudié le fonctionnement du paritarisme dans la Commission de la carte d’identité professionnelle des journalistes (1997) ; il analyse ici le fonctionnement de la Commission arbitrale, prévue par la loi de 1935, qui gère les ruptures de contrat lorsqu’elles succèdent à un contrat de travail de plus de 15 ans (en 2012, le Conseil constitutionnel a confirmé cette véritable exception). Denis Ruellan en analyse aussi les fondements, car il s’agit là d’une technologie sociale, héritière d’une part du paternalisme social, mais aussi du mutualisme ; il montre à quel point ce paritarisme peu coûteux est profitable tant aux salariés qu’aux entreprises, et son étude montre aussi l’évolution de la nature des conflits, où la « clause de conscience » a quasiment disparu devant la montée de la « clause de cession », indicateur indubitable des transformations des entreprises et des transformations des relations de travail. La Commission « témoigne des rapports de force de l’heure » (p. 130).

9Au total, ce livre extrêmement précis et nourri d’une foule de données, mais de lecture aisée, est tout à fait éclairant, à la fois sur les rapports entre le syndicalisme de métier et le syndicalisme d’industrie, mais aussi sur la, ou plutôt les façons dont les journalistes ont tenté pendant un siècle de transformer les rapports entre les intérêts patronaux et salariaux, ce qui, tant par les régularités qu’il souligne que par l’analyse des conditions externes de possibilité de telle ou telle configuration, est directement utile à la compréhension des transformations d’aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Tétu, « Denis Ruellan, Le journalisme défendu. Modèles de l’action syndicale », Questions de communication, 25 | 2014, 418-421.

Référence électronique

Jean-François Tétu, « Denis Ruellan, Le journalisme défendu. Modèles de l’action syndicale », Questions de communication [En ligne], 25 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9163

Haut de page

Auteur

Jean-François Tétu

ELICO, université Lumière Lyon 2, F-69600
Jean-Francois.Tetu@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page