Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Florence Le Cam, Denis Ruellan, dirs, Changements et permanences du journalisme

Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Communication et civilisation, 2014, 252 pages
Jean-François Tétu
p. 416-418
Référence(s) :

Florence Le Cam, Denis Ruellan, dirs, Changements et permanences du journalisme, Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Communication et civilisation, 2014, 252 pages

Texte intégral

1Il est de bon ton de voir dans la montée du numérique, du web 2.0, des blogs et des médias sociaux, autant de nouveautés qui auraient radicalement changé la nature du journalisme, ses contenus comme ses routines professionnelles. Et de relever, comme autant de preuves, la supposée nouveauté du journalisme-citoyen, l’usage de photographies d’amateurs, les formes de l’infographie, et ainsi de suite. Cela fonde généralement ce qu’on ne cesse de désigner comme « crise » du journalisme (230 emplois supprimés en 2013 à Centre-France, 800 postes en cours de disparition dans la presse quotidienne régionale, où 350 emplois de journalistes ont disparu depuis deux ans sur 5 843). D’où l’idée d’un programme de recherche de longue durée, dans le cadre du Réseau d’études du journalisme (rés), qui a réuni pendant plusieurs années une cinquantaine de chercheurs de pays francophones (Canada, Belgique, France) et d’Amérique latine (Mexique, Brésil, Chili) qui ont confronté leurs résultats lors de deux colloques, en 2011 à Brasilia, puis en 2013 à Natal (Université fédérale du Rio Grande de Norte). Publié simultanément en français et en portugais au Brésil, ce livre en est issu.

2En effet, il est nécessaire d’observer ce qui change et les conditions de ces mutations, les évolutions des pratiques, des identités, et des discours. Mais il est tout autant nécessaire de mettre en évidence des permanences, des filiations, en historicisant les formes et leurs changements. Si, par exemple, on relève aujourd’hui le phénomène généralisé des reprises des informations et des images, on attribue volontiers d’abord au web ce mimétisme généralisé sans s’interroger sur le copiage et le recopiage systématique des gazettes de l’Ancien Régime d’un bout à l’autre de l’Europe, les reprises de la presse des capitales dans la presse régionale du xviiie siècle, pour ne rien dire de la librairie et de ses contrefaçons que le « privilège » n’a jamais pu éliminer. Et que dire du développement des agences du xixe siècle, fondées sur la traduction d’articles d’autres aires géographiques, de la reprise des journaux locaux et régionaux par les radios et télévisons locales, et ainsi de suite ? Mais il ne sert à rien non plus de se contenter de relever de telles similitudes ; en revanche, il importe de comprendre ces phénomènes dans leur temps et d’en éclairer les usages. Ainsi de la « crise » du journalisme, véritable antienne qui n’en finit pas d’être reprise avec les mêmes motifs depuis plus d’un siècle : la vitesse détruit la qualité, la qualité a disparu, les identités sont bouleversées. La Revue bleue dénonçait en 1897 les « maladies du journalisme », Alfred de Chambure (À travers la presse, Paris, T. Fert Albouy, 1914) regrettait la disparition des « journaux-tribune », J. Kayser dénonçait en 1955 La mort d’une liberté (Paris, Plon)L’important étant ici de comprendre comment les mutations du statut social des journalistes (ce fut le salariat généralisé il y a un siècle qui eût cet effet) mettent en jeu ou en débat la compétence technique et intellectuelle, la figure du professionnel libéral, bref la construction identitaire de la profession.

3Il n’est évidemment pas question de nier les rapides mutations de l’activité d’information et des métiers qui l’exercent, qu’une foule d’études ont fort bien montrées, comme la prolétarisation des journalistes en ligne (par exemple Yannick Estienne, Le journalisme après Internet, Paris, Éd. L’Harmattan, 2007), mais de mettre davantage en évidence des rémanences, « des permanences structurelles » disent les auteurs (p. 12), qui sont donc bien davantage que des survivances, mais des traits constitutifs de l’activité journalistique écrite, imprimée ou en ligne.

4Pour ce faire, quatre thématiques structurent les contributions. La première est la « réflexivité » (pp. 19-59), tant il est vrai que « le journalisme et le premier à discuter de lui-même ». L’ouvrage s’ouvre donc sur une étude éclairante (Jean René Philibert, pp. 21-40) du journalisme nord-américain de la fin du xixe siècle, période qui voit le journalisme d’opinion disparaître au profit du journalisme d’information, depuis ce que l’on nomme alors « new journalism » jusqu’à la « yellow press ». En effet, il est curieux de voir que, dans les années 60-70, la reprise du vocable « new journalism » pour désigner une forme qui met en évidence le point de vue de la source, montre à quel point son ancêtre, novateur un siècle plus tôt, était devenue l’orthodoxie. Les hommes du xixe siècle avaient pleinement conscience des transformations de leur époque, et, tout en les discutant, souvent vivement, les légitimaient. , En lisant cela, on pense à la façon dont, en France, Émile Zola expliquait que le journalisme du temps (dont le reportage) était le meilleur moyen d’aborder la « question sociale ». Examinées sous le point de vue des termes qu’elles utilisent, les critiques américaines contribuent au processus de construction sociale « qui ne cesse de (re)définir le journalisme (p. 22). Un exemple magistral en est fourni par une longue citation d’un article d’Arnaud Huntington, en 1893, dans le Ganton’s Magazine (pp. 29-30). Les entrepreneurs des médias ont aussi un discours propre sur ces transformations, dont une autre contribution (Arnaux Anciaux, pp. 41-60) livre une belle analyse : il s’agit de la justification des formes de la « convergence », dans le groupe Québecor, étudié à partir des Rapports annuels des années 1998 à 2009. On y voit notamment comment l’évolution économique et industrielle favorise un repositionnement du « médiatique » au profit des activités de communication et de réseaux. Cela n’est pas vu comme « un bouleversement du journalisme en soi, mais comme la réponse à des changements extérieurs » (p. 57).

5Une seconde thématique est celle du « rôle » social, politique, économique, culturel, du journalisme qui a presque toujours fait l’objet de questions, de débats, de polémiques (pp. 61-109) et qui est abordé ici par trois études brésiliennes. D’abord le statut de médiateur du journaliste, examiné sous deux perspectives différentes. Le « filtre » (« gatekeeping ») qu’est le journalisme est-il remplacé par le gatewatching du webjournalisme ? La réponse des auteurs de cette étude fondée sur une observation participante de l’éditeur de la page d’accueil d’un site de journal représentatif montre plutôt le journaliste comme « catalyseur de la mobilisation du public sur Internet » (pp. 65, 77). Entre le journalisme traditionnel (broadcast) et le webjournalisme (intercast), la rupture est à chercher dans la façon dont le journaliste voit le public : « Le public interagit avec l’information en temps réel et en vient très souvent à déterminer l’orientation éditoriale » (p. 71). Une autre étude (Eugênia Mariano da Rocha Barichello, Luciana Menezes Carvalho, pp. 79-94), sur les billets publiés sur Twitter par le journal Zero Hora de Porto Alegre – qui fut un pionnier en ce domaine – montre que l’institution médiatique s’approprie les médias sociaux pour se légitimer devant le public et la société, et se réassure ainsi dans son rôle de médiation. Une dernière contribution (José Ricardo da Silveira, Veruska Sayonara de Góis, pp. 95-110) porte sur les bouleversements sociologiques produits par la montée fulgurante au Brésil des journalistes devenus attachés de presse des entreprises et des organisations.

6Les deux dernières sections sont consacrées à « l’énonciation » (pp. 111-173) et aux « interactions » du journaliste dans son environnement de travail (pp. 175-237). « L’énonciation » n’est peut-être pas ici le vocable le plus pertinent, et la seule contribution qui en relève exactement est celle d’Emmanuel Souchier et Adeline Wrona sur la polyphonie énonciative du journal et des lecteurs mis en scène dans Le Parisien (pp. 215-237). Il s’agit encore dans cette partie de comprendre si et comment les modalités du journalisme ont changé. La troisième section s’ouvre donc sur un « journal de rue » (pour traduire le « street papers » des premiers journaux anglais en ce domaine), O Trecheiro, de Sao Paulo, qui fait l’objet d’une analyse inspirée de Norman Fairclough (analyse critique du discours), c’est-à-dire tente de mettre au jour les formulations idéologiques généralement masquées ou peu visibles. Ici, le fait que ce soit le « peuple de la rue », sous titre du journal, qui parle promeut une autre façon de dépeindre la réalité de la rue, tant dans le texte du journal que dans ses illustrations.

7Le journaliste contemporain n’écrit pas seulement dans le journal, mais publie des livres, et non pas comme au xixe siècle où le journaliste entrant est déjà auteur de livres, ou à la manière d’Albert Londres qui publie en recueil les reportages déjà publiés dans le journal, mais comme une autre manière d’informer : on assiste à une croissance forte du nombre de livres de journalistes (et pas seulement des romans pour le prix Interallié), dont Gilles Bastin et Roselyne Ringoot (pp. 139-155) analysent l’ampleur à partir du fichier des imprimés de la Bibliothèque nationale de France depuis 1950, et du fichier des autorités par décennie depuis 1900 (graphiques éloquents, p. 144), où ils voient une évolution du statut auctorial des journalistes au sein même de la profession. Comme on ne peut relever ici le détail de toutes les contributions, nous devons tout de même signaler encore une forte contribution d’Amadine Degand et Benoît Grevisse (pp. 177-197), très informée, sur les sources et la fiabilité de l’information : on retrouve bien l’ancienne hiérarchie des sources (agences en tête) mais au sein d’une nouvelle pratique collective de l’information, la « virtualisation » des sources. Enfin, Olivier Trédan (pp. 199-213) montre les formes de coopération entre journalistes et professionnels du web au sein du datajournalism dont il fut un des premiers analystes.

8L’ouvrage s’achève par une quasi-postface de Cremilda Medina (pp. 239-252) – auteure de nombreux livres sur la communication sociale, journaliste et universitaire très connue au Brésil – qui revient ici sur la pratique du reportage dans laquelle elle voit le journaliste comme un médiateur dont le rôle essentiel est de promouvoir le dialogue social.

9Il s’agit donc d’un recueil fortement structuré dont l’ampleur historique et géographique permet de mieux définir les importants changements en cours et leur signification.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Tétu, « Florence Le Cam, Denis Ruellan, dirs, Changements et permanences du journalisme », Questions de communication, 25 | 2014, 416-418.

Référence électronique

Jean-François Tétu, « Florence Le Cam, Denis Ruellan, dirs, Changements et permanences du journalisme », Questions de communication [En ligne], 25 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9161

Haut de page

Auteur

Jean-François Tétu

ELICO, université Lumière Lyon 2, F-69600
Jean-Francois.Tetu@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page