Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Jérôme Berthaut, La banlieue du « 20 heures ». Ethnographie d’un lieu commun journalistique

Marseille, Éd. Agone, coll. L’Ordre des choses, 2013, 430 pages
Pierre Leroux
p. 410-411
Référence(s) :

Jérôme Berthaut, La banlieue du « 20 heures ». Ethnographie d’un lieu commun journalistique, Marseille, Éd. Agone, coll. L’Ordre des choses, 2013, 430 pages

Texte intégral

1Jérôme Berthaut est sociologue, son livre est issu de la thèse de doctorat de sociologie qu’il a soutenue en 2012 et qui s’intitule La banlieue sur commande. Enquête sur l’intériorisation d’un sens commun journalistique. Il analyse la production journalistique traitant de « la banlieue », principalement dans une rédaction de télévision nationale d’une grande chaîne généraliste (France 2), dans laquelle l’auteur a conduit une observation durant trois stages de deux semaines chacun, de 2003 à 2007. Cette enquête prend place dans un travail plus large qui « s’est étendu sur une durée de sept ans et a porté sur plusieurs médias dits “grands publics” » (p. 21). Dans cette étude, le terme « banlieue » et ses équivalents médiatiques (cités, quartiers sensibles…) « ne désigne[ent] donc pas tant une réalité sociale qu’un objet d’attention médiatique supposé faire sens auprès d’un “public imaginé ou anticipé” », il s’agit « d’analyser la façon dont la fabrication d’un reportage “banlieue” favorise la mobilisation, au sein des rédactions, d’un stock de représentations, de normes et de pratiques professionnelles » (pp. 10, 11). Une telle recherche fait écho à des travaux sociologiques qui ont mis l’accent sur la dimension collective du travail de production de l’information à l’intérieur d’une rédaction, la naturalisation et l’intériorisation de cadres, de contraintes, de modèles cognitifs plus ou moins prégnants chez les membres qui la composent. On pense tout particulièrement au cadre général d’analyse du champ journalistique chez Pierre Bourdieu (Sur la télévision, Paris, Éd. Raisons d’agir, 1996), aux travaux de Patrick Champagne (notamment « La construction médiatique des “malaises sociaux” », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 90, déc. 1991, pp. 64-76, proche aussi par son objet). Par ailleurs, l’analyse illustre une nouvelle fois – Hervé Brusini et Francis James le notaient, dès le milieu des années 60, dans Voir la vérité (Paris, Presses universitaires de France, 1982) – le faible poids du reporter et du « terrain » dans le système de production journalistique télévisuel dominant. La dimension ethnographique du travail, sur laquelle se fonde l’analyse, se situe dans la continuité de travaux interrogeant les pratiques et les normes professionnelles engagées dans le travail de fabrication de l’actualité, comme celui de Jacques Siracusa (Le jt, machine à décrire. Sociologie du travail des reporters à la télévision, Bruxelles/Paris, De Boeck Université/Ina, 2001). Quant au travail journalistique sur les « banlieues » vues par les médias, en France, il a donné lieu à de nombreux travaux centrés essentiellement sur les contenus des reportages (évoqués par l’auteur dans deux notes, p. 13) mais aucun n’avait l’ambition, comme celui-ci, de questionner avec minutie les enjeux internes aux rédactions qui façonnent la production de ce « lieu commun journalistique ».

2Dans les deux premiers chapitres (« La “banlieue” et la rédaction de France 2 (1992-2007) : un révélateur de la “privatisation” cachée de la télévision publique », pp. 29-55 ; « Un nouveau modèle de journalisme généraliste à l’assaut des services thématiques… et des quartiers populaires », pp. 57-94), l’auteur propose une analyse de l’évolution (de 1992 à 2007) du rapport de la rédaction de France 2 au sujet « banlieue ». L’analyse des rapports de force internes, de la composition des services est reliée à des phénomènes plus larges (le modèle de tf1 chaîne privée et leader de l’audience, l’affaiblissement de la distinction entre secteurs public et privé) et emprunte des schémas parfois réducteurs (l’auteur ne note pas que la « fait-diversification » s’articule avec d’autres évolutions comme la place prise par les sujets de vie quotidienne dans les jt). L’auteur semble aussi parfois implicitement céder à une forme d’idéalisation du service public d’antan en adhérant à une dichotomie historique sans doute réductrice (résumée par l’un de ses interlocuteurs opposant deux types de lignes éditoriales, « l’info de fond » à la diffusion « de sang à la une », p. 43). De même, parler de « privatisation cachée » à propos du service public paraît abusif s’agissant d’un phénomène largement publicisé et perceptible. Cependant, au-delà de la formule, l’auteur apporte des éléments pertinents sur les transformations internes de la rédaction de France 2 et propose, dans le deuxième chapitre, une analyse convaincante des trajectoires de quelques-uns des journalistes appelés à occuper des postes élevés dans cette même rédaction, qui vont contribuer à la valorisation de « la banlieue » comme sujet des jt.

3La suite de l’ouvrage est centrée sur les pratiques de fabrication : la division du travail (notamment le recours à des « fixeurs » sur le modèle des reporters sur les terrains de conflits à l’étranger), le poids de l’organisation hiérarchique et ses conséquences et le recours à des schémas et des routines professionnelles (comme lorsqu’il s’agit d’aller chercher sur le terrain les images ou des témoins qui ne sont là que pour décliner le répertoire prédéfini du traitement médiatique de « la banlieue »). Citons aussi l’articulation entre les pratiques des équipes de reportage sur le terrain (casting des intervenants, ciblage des interviewés et des interviews, convocation de stéréotypes) et les formes de manipulations réciproques des acteurs – élus, membres d’associations, habitants ordinaires – et des journalistes, qui maîtrisent cependant en dernier ressort le contenu du reportage. Jérôme Berthaut souligne aussi l’importance des aspects organisationnels de la rédaction et les tensions que connaissent les journalistes issus de la banlieue (et embauchés pour cela) sommés – non sans difficultés et contradictions – de se conformer aux standards professionnels. L’étude se révèle particulièrement riche par la minutie dans la collecte des faits et le sens global que l’analyse parvient à leur donner. Le lien entre les différentes dimensions de l’analyse est particulièrement brillant parce qu’il opère sans simplisme et restitue un processus complexe qui ne se produit pas sans contournements, résistances, et négociations à tous les niveaux. Ainsi l’ensemble de la démonstration montre-t-il que la chaîne de fabrication de l’information tend vers l’élaboration d’un produit stéréotypé (le reportage traitant de la banlieue), si clairement prédéfini qu’il est en mesure de ne (presque) jamais se laisser interroger par le terrain dont il est censé rendre compte. Décrite ici comme implacable, cette réalité est par ailleurs confirmée par le point de vue de Nicolas Jacob, médiateur de l’information à France 2 qui, dans sa courte postface (pp. 401-404), postule cependant que cette « remise en cause sévère » pourrait être salutaire aux professionnels.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Leroux, « Jérôme Berthaut, La banlieue du « 20 heures ». Ethnographie d’un lieu commun journalistique », Questions de communication, 25 | 2014, 410-411.

Référence électronique

Pierre Leroux, « Jérôme Berthaut, La banlieue du « 20 heures ». Ethnographie d’un lieu commun journalistique », Questions de communication [En ligne], 25 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9152

Haut de page

Auteur

Pierre Leroux

CRAPE, UCO/L’UNAM, F-49000
Pierre.Leroux@uco.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page