Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Médias, journalisme

Clara Bamberger, Femmes et médias. Une image partiale et partielle

Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Inter-National, 2012, 96 pages
Nathalie Nadaud-Albertini
p. 408-410
Référence(s) :

Clara Bamberger, Femmes et médias. Une image partiale et partielle, Paris, Éd. L’Harmattan, coll. Inter-National, 2012, 96 pages

Texte intégral

1Si la représentation des femmes dans les médias est un sujet souvent abordé, il l’est la plupart du temps sur le thème d’une déploration accompagnée de vœux pieux. Dans l’ouvrage, Clara Bamberger se livre à une analyse structurée autour de deux axes. Le premier : la façon dont on représente les femmes dans les médias relève d’« une image partiale et partielle » (pp. 17-58). Le second : « Pourquoi cette représentation médiatique des femmes et comment la faire changer ? » (pp. 59-80).

2Dans la première partie, chiffres, rapports et graphiques à l’appui, l’auteure montre (pp. 17-34) que les contenus médiatiques continuent à faire briller les femmes par un attribut que l’on associe traditionnellement au féminin : la discrétion. En effet, elle met en évidence le fait que la presse consacre nettement moins d’articles aux femmes qu’aux hommes, que la télévision fait s’exprimer davantage les hommes que les femmes et, enfin, que, à la radio, les inégalités sont similaires.

3Elle s’intéresse ensuite à la façon dont les médias d’information offrent une représentation biaisée des femmes et passent quasiment sous silence les inégalités hommes/femmes (pp. 35-48). Pour cela, elle souligne le fait que les femmes ont tendance à y apparaître comme plus anonymes, plus insérées dans des relations familiales que dans la vie professionnelle, et rarement en position d’autorité. En effet, c’est bien moins comme experts, porte-parole ou sources d’information que comme victimes, témoins oculaires ou individus relatant une expérience personnelle que les femmes sont convoquées. De même, les citations émanent essentiellement d’hommes. Par ailleurs, Clara Bamberger montre que, au-delà de l’analyse quantitative, l’étude sémantique de la manière dont on fait apparaître les femmes est essentielle car réductrice (pp. 41-43). En effet, elles sont cantonnées à cinq stéréotypes : « muse », « madone », « mère », « égérie », « passionaria » (p. 42). Pour parachever de montrer l’inégalité de traitement, l’auteure s’intéresse à l’invisibilisation des inégalités hommes/femmes par les médias d’information (pp. 44-48). Ainsi, un jour de grève enseignante, une très faible proportion de journaux posera-t-elle la question de la garde des enfants et, à travers ce thème, la question plus vaste de l’articulation entre vie familiale et vie professionnelle des femmes. De même, toutes les inégalités subies dans le monde du travail (différence de salaires à poste égal, âge de cessation d’activité, durée de carrière, montant des retraites, etc.) ou dans la sphère familiale (inégale répartition des tâches par exemple) sont très rarement traitées. Autrement dit, Clara Bamberger insiste sur l’interpellant décalage entre « la quasi-absence de traitement médiatique des inégalités hommes/femmes et l’omniprésence de ces inégalités dans la vie professionnelle mais aussi dans les ménages » (p. 46).

4L’auteure considère que ces représentations partiales et partielles ont un impact fort sur l’imaginaire collectif, influençant la perception des femmes, y compris par elles-mêmes (pp. 49-58). Selon elle, on est face au pouvoir performatif du langage qui exerce la « violence symbolique » décrite par Pierre Bourdieu dans Le sens pratique (Paris, Éd. de Minuit, 1980), à savoir un processus de naturalisation des normes. Ainsi les représentations des femmes données à voir par les médias sont-elles considérées comme naturelles, allant de soi, de sorte qu’elles maintiennent voire renforcent l’état des rapports de force en place. Pour Clara Bamberger, il devient alors très difficile pour tout un chacun de déconstruire les mécanismes à l’œuvre dans la domination et, par conséquent, de s’en émanciper.

5Très difficile, mais pas impossible, puisque la seconde partie de son livre s’intéresse à la problématique suivante : « Pourquoi cette représentation médiatique des femmes et comment la faire changer ? » (pp. 59-80).

6À la question « pourquoi ? », l’auteure répond que l’urgence dans laquelle travaillent les journalistes favorise les routines plutôt que la prise de distance nécessaire à la déconstruction des stéréotypes. Les routines consistent par exemple à aller piocher dans la liste d’experts (bien souvent masculins) déjà répertoriés sur un sujet, plutôt que d’en chercher d’autres. Elles résident également dans la « circulation circulaire de l’information » (p. 64) : il existe des titres ayant pignon sur rue, s’ils traitent un sujet, les autres vont leur emboîter le pas même si, originellement, ils n’avaient pas envisagé d’aborder le thème. La circulation circulaire se révèle un cercle vicieux au sens où les titres prescripteurs se dirigent plus volontiers vers des sujets « vendeurs », lesquels sont des « sujets légers ou non susceptibles de remettre en cause l’ordre socio-économique établi, c’est-à-dire les rapports de force existants… Autant de critères auxquels ne répondent pas des sujets comme les inégalités salariales hommes/femmes, les discriminations dues au sexe ou encore l’image des femmes diffusées par les médias » (pp. 64-65). Clara Bamberger souligne également le fait que l’écriture journalistique n’est pas libre mais faite de contraintes de trois types (pp. 61-66). Certaines sont structurelles : écrire vite, en un certain nombre de signes, ce qui est moins propice à la problématisation qu’à l’utilisation d’expressions toutes faites qui court-circuitent la réflexion. D’autres sont commerciales : un journal reste une entreprise, avec un impératif de rentabilité, ce qui demande d’adapter les codes narratifs au lectorat ciblé. D’autres encore relèvent de la différence de statut des journalistes : selon son statut, un journaliste peut plus ou moins s’autoriser certaines libertés avec les codes narratifs imposés.

7Après avoir proposé un tour d’horizon des contraintes journalistiques favorisant la diffusion d’une image biaisée des femmes dans les médias d’information, l’auteure s’interroge sur un paradoxe : la profession de journaliste s’est beaucoup féminisée, et pourtant l’image médiatique des femmes ne change pas (pp. 67-74). Clara Bamberger explique ce paradoxe par trois facteurs. D’abord, elle expose que, malgré une profession féminine à 54 %, le journalisme ne met pas plus les femmes à l’honneur que les autres corps de métier. En effet, massive dans les journaux féminins, leur présence se raréfie dans les hebdomadaires d’information, la presse quotidienne nationale ou régionale, ou encore à la télévision nationale. Elles connaissent davantage la précarité que les hommes et sont également abonnées aux écarts de salaires. De même, les postes considérés comme prestigieux leur sont moins souvent attribués qu’aux hommes (grands reporters, journalistes reporters d’images, reporters photographes etc.).

8Le deuxième facteur expliquant l’absence de changement de l’image des femmes véhiculée par les médias en dépit de la féminisation de la profession relève, selon l’auteure, de « la ségrégation horizontale à l’œuvre dans les rédactions » (p.68). Elle montre, en effet, qu’il existe une division du travail implicite entre les hommes et les femmes reproduisant les stéréotypes traditionnels du masculin et du féminin, et ce, aussi bien dans les différents services qu’au sein d’une même rubrique. Autrement dit, aux hommes les sujets politiques, économiques, internationaux, le foot ou le rugby ; aux femmes, les sujets de société, le social, le culturel, les dossiers pratiques ou thématiques, le patinage artistique ou la natation synchronisée.

9Le troisième facteur mis en lumière par Clara Bamberger est « l’incassable plafond de verre, ou la force de la ségrégation verticale » (p.70). Il en est des femmes dans la hiérarchie journalistique comme de l’oxygène en altitude : plus on monte, plus elles se raréfient. De plus, celles qui sont parvenues à des postes à responsabilités adoptent le même traitement de l’information que leurs homologues masculins, en grande partie pour ne pas fragiliser leur position. L’auteure l’explique : « Ayant déjà rompu une fois l’ordre établi en accédant à de hautes responsabilités, il leur est difficile de rompre une seconde fois, en revendiquant des modifications structurelles dans le contenu même de l’information » (p. 71).

10Après avoir effectué ce constat, le livre se conclut par un ensemble de recommandations visant à transformer l’image des femmes dans les médias (pp. 75-80). La première consiste à « renforcer les actions de vigilance » (p. 75), notamment celles qui émanent du Conseil supérieur de l’audiovisuel (csa). L’auteure en suggère différentes, comme faire de la représentation des genres un des critères d’évaluation des médias quand il s’agit d’attribuer une nouvelle fréquence, de façon à fournir aux médias un intérêt stratégique dans le traitement de l’image des femmes. Autre proposition judicieuse : créer un baromètre qui testerait l’image des femmes véhiculée par les médias, dont les résultats seraient rendus publics.

11La seconde recommandation est de « responsabiliser les médias et les écoles de journalisme » (p. 77). Concernant les médias, il s’agit de signer une charte engageant notamment à « éviter de décrire les femmes à partir de leur aspect physique et de leur état civil et familial » ; « veiller à l’équilibre des genres dans leurs sujets » (ibid.) ; ne pas cantonner les femmes dans des rôles conformes aux stéréotypes traditionnels ; féminiser les noms de métier ; viser la parité experts/expertes sur les plateaux ; réaliser un décompte des résultats obtenus, lequel serait ensuite vérifié par le csa ; attribuer au moins 10 % du temps d’antenne à des programmes centrés sur les inégalités salariales, l’articulation de la vie professionnelle et de la vie familiale, etc. ; indiquer aux pouvoirs publics le nombre de femmes aux postes de direction.

12À côté de la prise de responsabilités par les médias eux-mêmes, l’auteure préconise une sensibilisation aux thématiques de genres dans les écoles de journalisme, thématiques actuellement occultées par l’idéal universaliste français.

13La troisième et dernière recommandation est d’impliquer les pouvoirs publics, notamment : en nouant un partenariat avec les médias pour lutter contre les représentations biaisées des femmes dans les médias ; en sensibilisant à la question de l’image des femmes dès le plus jeune âge ; en participant aux pratiques de l’Union européenne dans le sens de la lutte contre le sexisme (comme l’Institut européen pour l’égalité entre les hommes et les femmes de Vilnius dont le rôle est de développer des outils méthodologiques et de faciliter le dialogue entre les acteurs européens sur le thème de la représentation des femmes) ; en soutenant aussi bien financièrement qu’en termes de visibilité les actions de la société civile proposant une image renouvelée des femmes.

14Le constat est éclairant, les propositions intéressantes. Reste à en prendre acte et à apprendre à lutter aussi bien contre le sexisme que contre d’autres discriminations, et ce, en ne se limitant pas à la sphère des médias.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Nadaud-Albertini, « Clara Bamberger, Femmes et médias. Une image partiale et partielle », Questions de communication, 25 | 2014, 408-410.

Référence électronique

Nathalie Nadaud-Albertini, « Clara Bamberger, Femmes et médias. Une image partiale et partielle », Questions de communication [En ligne], 25 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 19 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9150

Haut de page

Auteur

Nathalie Nadaud-Albertini

CEMS, École des hautes études en sciences sociales, F-75013
nnadaud@noos.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page