Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Delphine Saurier, La fabrique des illustres. Proust, Curie, Joliot et lieux de mémoire

Paris, Éd. Non Standard, coll. SIC Recherches en sciences de l’information et de la communication, 2013, 237 pages
Katherine Rondou
p. 404-406
Référence(s) :

Delphine Saurier, La fabrique des illustres. Proust, Curie, Joliot et lieux de mémoire, Paris, Éd. Non Standard, coll. SIC Recherches en sciences de l’information et de la communication, 2013, 237 pages

Texte intégral

1Dans La fabrique des illustres, Delphine Saurier allie son expérience au Centre de recherche sur les liens sociaux (diverses enquêtes sociologiques réalisées dans le but d’identifier les modes de réception des publics d’établissements culturels) à sa formation, un doctorat consacré à la pérennisation de lieux de mémoire littéraire et scientifique.

2L’ouvrage propose une approche originale, et particulièrement intéressante, de diverses « figures de grands hommes ». L’auteure définit la « figure » de personnes célèbres comme un événement continuellement remanié par des médiations – matérielles et symboliques – élaborées dans des temps et des espaces sociaux différents. Par conséquent, la figure ne renvoie pas à une réalité qui se trouverait dans la création de la personne célèbre, ou encore qui serait construite par la personne célèbre elle-même. Elle se compose à partir des images et des objets engendrés à propos de cette personne, au gré des espaces sociaux et temporels traversés. Cette approche – un travail sur la forme culturelle qu’incarne la figure de la personne célèbre – fait de cette dernière l’une des catégories de compréhension de la création (dans son rapport limité à son champ d’appartenance), et ouvre l’analyse à une meilleure compréhension du monde. En effet, la figure célèbre devient, dans un cadre social plus large, une référence multidimensionnelle : identitaire, culturelle, patrimoniale, politique...

3Les figures sélectionnées illustrent à la fois les domaines artistique – Marcel Proust – et scientifique – Pierre et Marie Curie, Frédéric et Irène Joliot-Curie. L’œuvre de Marcel Proust a suscité des réactions opposées, d’attirance et de rejet. Si les débuts demeurent difficiles (le premier volet de La Recherche est publié à compte d’auteur chez Grasset), le romancier obtient relativement rapidement la reconnaissance de ses pairs – À l’ombre des jeunes filles en fleur remporte le prix Goncourt, La Recherche est éditée dans la prestigieuse collection de la Pléiade, etc. – et des milieux universitaires, qui lui consacrent de nombreux travaux. Frédéric et Irène Joliot-Curie ne sont plus connus que des scientifiques, au contraire de Marie Curie, toujours populaire auprès du grand public. Delphine Saurier étudie donc des figures intellectuelles contrastées, se prêtant particulièrement bien à l’analyse de la circulation des savoirs et des valeurs. En effet, nous pouvons appréhender ces figures par l’étude de différents supports, objets et terrains.

4Delphine Saurier porte son choix sur le patrimoine constitué par les lieux historiques liés aux figures de personnes célèbres : la maison de vacances du jeune Marcel Proust (la maison de l’oncle Amiot, transposée en « Maison de Tante Léonie », dans la Recherche) et le laboratoire personnel et le bureau de Marie Curie, à l’Institut du radium, où travailleront également les Joliot-Curie. En effet, les recherches consacrées au patrimoine se sont démultipliées ces dernières décennies. Sous l’impulsion, surtout, de l’ethnographie et des sciences de l’information et de la communication, la notion de « transmission », liée à l’origine à la « transmission de patrimoine », se voit aujourd’hui mobilisée en dehors de son sens juridique classique. Elle devient une « filiation inversée », un processus central dans la dimension sociale du patrimoine. Dès lors, l’acte fondateur de l’objet patrimonial – la sauvegarde – acquiert un caractère actif dans le temps.

5En tant qu’objet patrimonial, le lieu historique apparaît comme un espace, garant, auprès des figures intellectuelles, d’une base matérielle et symbolique, à la fois solide et malléable. En ce sens, pour le chercheur, il constitue l’un des terrains d’investigation particulièrement pertinents pour observer la construction des figures célèbres. Concrètement, Delphine Saurier recourt à deux types de matériau : la muséographie développée dans les lieux historiques et les représentations cognitives et les actes des personnes en charge de ces lieux. Les données analysées, interprétées et, in fine, présentées permettent de saisir les processus sédimentaires, qui forment les figures des personnes célèbres, ainsi que les différentes couches qui les constituent et leur donnent sens.

6Par conséquent, La fabrique des illustres se structure selon trois niveaux d’analyse – matériel, social et sémiotique – articulés à trois échelles sociales (micro, méso et macro), en fonction d’une double échelle temporelle, diachronique et synchronique. Cette articulation reprend les grandes évolutions des figures et des lieux observés dans le temps. L’auteure souhaite également comparer point par point les figures intellectuelles littéraires et scientifiques. Son choix impose une certaine gymnastique, requérant une attention importante du lecteur, sans nuire cependant à la progression dans la lecture.

7L’articulation comporte trois actes. Le premier – la sauvegarde des lieux à la mémoire des personnes admirées, et la création d’associations, autour de préoccupations mémorielles et patrimoniales (pp. 27-80) – constitue un cadre sémiotique et social, dans lequel se développeront les figures des personnes admirées. Par ailleurs, les pratiques se déclinent suivant les idées fondatrices des associations, y compris celles de la sauvegarde des lieux historiques. Ces derniers apparaissent alors comme des espaces matériels capables aussi de canaliser les figures, voire de les contenir. Enfin, l’analyse du matériau montre que ces figures émergent également d’un socle culturel qui porte des modèles idéaux, ainsi que des autoportraits des personnes admirées. Concrètement, les travaux conduits par Delphine Saurier retracent la naissance de la Société des amis de Marcel Proust et des amis de Combray (sampac) et de l’Association Frédéric et Irène Joliot-Curie (afijc). Sous le couvert d’une démarche analogue (pérenniser la mémoire des personnes admirées), les deux associations développent de nombreuses particularités et antagonismes internes. Ces variantes transparaissent à travers les missions et les actions de ces associations, leur conception du visiteur idéal, etc. Ce premier chapitre dégage également l’évolution des lieux de mémoire. La Maison de Tante Léonie passe d’un espace privé à un espace public, officiellement ouvert à tous, mais en réalité restreint aux « initiés », aux « adorateurs », que l’on ne saurait confondre avec la masse des touristes. Au contraire, le laboratoire personnel et le bureau de Marie Curie, à l’origine lieu de travail de la communauté scientifique, construit sur un site universitaire et donc étatique, devient un lieu privé dont la famille contrôle l’accès.

8Le deuxième acte, « Créateurs, oeuvres et lieux : la construction symbolique et mémorielle » (pp. 81-134), se conçoit comme un espace géographique et temporel. Les quinze premières années de vie des associations composent une unité de temps qui apparaît également, à l’analyse des données, comme une unité sémiotique. Pensées, actes et réalisations concrètes déposent une première couche symbolique, qui transforme les lieux historiques en lieux de mémoire, et les personnes admirées en personnes admirables. La fabrique des illustres analyse cette unité d’action, qui constitue les créateurs, leurs œuvres et les lieux comme des objets privés conservés pour le bien de tous, en s’attachant à en identifier les différents actants : membres des associations, visiteurs rêvés, structure associative, champs exogènes et endogènes, société française... Les contextes politiques et sociaux des années 60-70 font de Marcel Proust, Irène et Frédéric Joliot-Curie des figures patrimoniales et humanistes. Une valeur universelle qui légitime les démarches des associations : elles agissent pour le bien de tous. Parallèlement, les politiques des champs littéraire, scientifique et patrimonial permettent aux associations de se saisir des figures des personnes célèbres comme de biens privés, d’objets qu’elles ont toute latitude de modeler selon leurs convictions.

9La politique des Affaires culturelles, la massification des publics et la politique de conservation du patrimoine engagent la sampac à considérer Marcel Proust comme une figure privée, élitiste. Très différemment, le couple Joliot-Curie constitue, aux yeux de la famille et de la communauté scientifique, une personne privée, tandis qu’il devient le porte-étendard d’une pratique pour les physiciens nucléaires, et d’une profession pour les chercheurs. L’absence globale d’intérêt et de prise en charge symbolique des politiques patrimoniale et scientifique, et du cadre institutionnel, explique l’épanouissement d’un volontarisme individuel, engagé dans la préservation de la mémoire du couple Joliot-Curie. Un phénomène qui a favorisé la perception des figures des scientifiques comme des biens privés.

10Identique au deuxième acte dans le principe et la méthode, le dernier acte, « À l’épreuve des espaces et des temps sociaux » (pp. 135-207), montre un état des lieux et des personnes : les figures admirables deviennent figures célèbres et les lieux de mémoire se transforment en lieux patrimoniaux. Le déclin progressif de l’activité – voire la disparition – des secrétaires généraux, membres fondateurs des structures explique ces bouleversements. L’étude de la première période de vie de la sampac et de l’afijc montre comment les associations parviennent à maintenir leurs idéologies d’origine et leurs activités en profitant des contextes sociaux plus larges, et en s’y adaptant. Ce dernier chapitre identifie les actants et les modalités qui permettent aux deux structures de sortir de leur période d’errance identitaire, avec une incidence sur les lieux et les objets honorés. La maison de Tante Léonie et le musée Curie connaissent des évolutions similaires : une difficile rupture, dans les années 80, avec l’amateurisme fondateur. Celle-ci implique un changement d’idéologie et une ouverture à d’autres sphères sociales, assurée notamment par l’arrivée de secrétaires généraux. La maison de Tante Léonie sert la démocratisation pédagogique de l’œuvre littéraire, en clarifiant le processus de la création proustienne. De même, l’amour pour les figures admirées cède, au musée Curie, devant une approche rationnelle de la découverte scientifique. Le regard porté sur la personne célèbre s’en trouve modifié, et infléchit la « figure ».

11Notre seul regret face à cette excellente étude porte non sur le fond, mais sur la forme. Nous regrettons certains choix de mise en page, qui nuisent parfois à une lecture « confortable » de l’ouvrage. Le mélange des polices déroute le lecteur, plus qu’il ne l’aide à distinguer les citations ou les passages clés. De même, la généalogie linéaire des Curie et des Joliot-Curie aurait certainement gagné en lisibilité si elle avait bénéficié, comme la famille Proust, d’une présentation en arbre. Cette réserve – minime – exceptée, La fabrique des illustres offre une étude riche et originale de la réception de Marcel Proust et de son œuvre, de la famille Joliot-Curie, et de son engagement politique et scientifique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katherine Rondou, « Delphine Saurier, La fabrique des illustres. Proust, Curie, Joliot et lieux de mémoire », Questions de communication, 25 | 2014, 404-406.

Référence électronique

Katherine Rondou, « Delphine Saurier, La fabrique des illustres. Proust, Curie, Joliot et lieux de mémoire », Questions de communication [En ligne], 25 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9146

Haut de page

Auteur

Katherine Rondou

Université libre de Bruxelles, B-1050
krondou@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page