Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Ahmed Kharraz, Le Corps dans le récit intime arabe

Paris, Éd. Orizons, coll. Universités, 2013, 342 pages
Ammar Benkhodja
p. 402-403
Référence(s) :

Ahmed Kharraz, Le Corps dans le récit intime arabe, Paris, Éd. Orizons, coll. Universités, 2013, 342 pages

Texte intégral

1Dans Le Corps dans le récit intime arabe, l’auteur s’intéresse aux représentations du corps dans des récits arabes et francophones (issus de la tradition arabe). L’intérêt d’Ahmed Kharraz pour les « représentations » ne pouvait que le conduire à rencontrer le concept d’image ; concept dont il fait la pierre angulaire de son analyse. Son objectif est double : parvenir, à travers l’étude des représentations du corps, à cerner l’inconscient collectif d’une société tel qu’il se donne à lire dans ces textes ; mettre en avant, en utilisant leur configuration textuelle, les spécificités des images littéraires en rapport avec leurs différentes références culturelles. Dans la perspective d’une recherche en littérature comparée, le mythe de l’étalon est un invariant qui structure les images du corps masculin, tandis que l’image du corps féminin est consubstantielle aux thèmes du voile et du regard.

2L’analyse de l’auteur se décline en trois parties. Intitulée « La structure conceptuelle du corps dans les cultures arabo-musulmane et européenne » (pp. 19-81), la première se divise en trois chapitres. Après un bref préliminaire qui traite de la structure conceptuelle du corps dans les deux cultures (arabo-musulmane et européenne) ciblées dans une perspective qui interroge l’interaction entre corps et langue, le premier chapitre, « La religion : un facteur transcendant » (pp. 25- 29), aborde la question du corps en général, et du corps féminin en particulier, dans la religion musulmane. Ahmed Kharraz y traite également la question de l’homosexualité dans l’islam (sa conception et sa législation). Dans le deuxième chapitre partie (pp. 33- 36), l’auteur interroge l’image socioculturelle du corps telle qu’elle est conçue, voire construite, par le Même et perçue par l’Autre, et les enjeux qu’elle engage dans l’une ou l’autre société. Il constate que, dans la culture arabo-musulmane, le corps subit deux types de contraintes : l’une religieuse et l’autre relevant du poids de la tradition. Ces contraintes n’empêchent pas le corps, notamment sa dimension intime, de s’imposer comme « instrument de l’homme » (p. 34), et le corps féminin y retrouve toute sa sensualité à travers, par exemple, la danse du ventre, caractéristique de la culture arabo-musulmane, tandis que le corps masculin s’impose grâce à son organe génital qui lui permet, dès son bas âge, de jouir d’un certain pouvoir.

3Autour de la partie intime de l’homme se développe un imaginaire que gèrent des pratiques sociales comme la circoncision. L’image de la puissance phallique transparaît dans ce que l’auteur nomme le mythe de l’étalon, ainsi que dans les images qui s’en inspirent dans les arts arabo-musulmans, mais aussi occidentaux (l’auteur évoque certains peintres classiques, notamment Eugène Delacroix et Théodore Géricault, et modernes, à l’instar du peintre surréaliste Salvador Dali, qui recourent à cette image archétypale de l’étalon, symbole de la puissance et de la compétence sexuelles). Quant au corps féminin, il s’impose par le truchement de son organe génital. On constate l’importance que prend l’hymen, ce voile intérieur du féminin qui, dans la culture arabo-musulmane, est transposé en voile extérieur, protecteur de l’ensemble du corps féminin. À la virilité de l’homme exprimée par l’image de l’étalon correspondrait la chasteté de la femme manifestée par le voile. Le dernier chapitre de la partie, « Le corps écrit/décrit dans les belles-lettres : l’héritage érotique » (pp. 64-84), traite de l’écriture du corps érotisé dans une large production littéraire de tradition arabo-musulmane. La qasida est le premier genre littéraire convoqué par l’auteur en ce qu’il est « porteur de mémoire et de vie des bédouins, de leurs aventures, de leurs amours et de leur joute, de leurs traditions mais surtout de leur mentalité : un vrai témoignage de leur vie socio-culturelle » (p. 66). Un genre qui, en mêlant sacré et profane, évoque les prouesses sexuelles de l’homme au moyen de l’image de l’étalon. Ensuite, vient la prose populaire, tels les contes des Mille et une nuits dans lesquels le corps n’est évoqué que dans un langage imagé qui l’érotise. La littérature arabo-andalouse accorde également au corps une importance capitale, mais dans un langage qui en donne une image raffinée et sensuelle (Ahmed Kharraz cite l’exemple de la littérature de Ibn Hamz). Pour sa part, la littérature érotique maghrébine prend une dimension éducative et des écrits comme ceux de Cheikh Al Nafzâouî deviennent de véritables manuels de « sexologie arabe » (p. 77).

4La deuxième partie du livre a pour titre « Le récit intime au xxe siècle : un aspect autobiographique de l’image du corps (pp. 87-140). Son premier chapitre, « L’image du corps textuel et du corps pictural » (pp. 87-102), fait voyager de l’Occident, avec Jean Cocteau dont la fascination pour le nu masculin semble être inspirée de la mythologie grecque, à l’Orient, avec la littérature et la peinture de Joubrâne Khalil qui articule spiritualité et réflexion sur le corps. Le second chapitre de cette partie, « L’image du corps et la mémoire blessée » (pp. 103-140), se situe toujours à la croisée des deux cultures, orientale avec la production artistique de Mohamed Choukri, et occidentale avec celle de Marguerite Duras. Le premier a pour particularité d’orchestrer des langues et des dialectes autour de la description du corps. Par exemple, la langue arabe est réservée à une description raffinée du corps, alors que l’espagnol en présente l’aspect érotique. Cette dernière fait de l’image du corps en transformation, voire en défiguration, le point nodal de sa littérature.

5La troisième et dernière partie du livre, « L’image intime au xxie : l’autofiction comme miroir de l’inconscient collectif » (pp. 141-294), est la plus volumineuse. L’auteur y réfléchit sur le genre autofictionnel et interroge les questions de la mémoire, de l’interaction entre le réel et l’imaginaire… Tandis que le premier chapitre, « L’écriture masculine ou l’image du corps-objet » (pp. 149-187) questionne l’autofiction au masculin, le deuxième, « L’écriture féminine ou l’image du corps-sujet. La chute du tabou verbal » (pp. 189-250) est consacré à l’autofiction féminine. Dans le corpus du premier chapitre, c’est l’image du corps-objet qui semble prédominer dans les écrits autofictionnels d’auteurs maghrébins comme Feraj El Hawar, alors que, dans celui du deuxième chapitre, c’est l’image du corps-sujet, chez le sexe opposé, qui se dessine dans l’œuvre d’Amal Moukhtar, à titre d’exemple. Le dernier chapitre, « L’homo-érotisme arabe ou la corporisation du non-dit » (pp. 231-294) interroge la question de l’homo-érotisation du corps dans les récits autofictionnels d’auteurs maghrébins d’expression française comme Abdellah Taïa ou encore Aniss A.

6Dans le labyrinthe que peut constituer le corpus interrogé par cette réflexion savante, l’auteur ne manque pas d’indiquer le fil d’Ariane. Dans chaque œuvre convoquée, des images-clés, telle celles de l’étalon ou du voile féminin, font de la lecture de cet ouvrage une agréable odyssée riche en informations anthropologiques et littéraires. Ce faisant, Ahmed Kharraz réserve au concept de l’image un traitement d’une finesse et d’une originalité remarquables.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ammar Benkhodja, « Ahmed Kharraz, Le Corps dans le récit intime arabe », Questions de communication, 25 | 2014, 402-403.

Référence électronique

Ammar Benkhodja, « Ahmed Kharraz, Le Corps dans le récit intime arabe », Questions de communication [En ligne], 25 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 21 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9142

Haut de page

Auteur

Ammar Benkhodja

CREM, université de Lorraine, F-57000
a.benkhodja@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page