Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Histoire, sociétés

Isabelle Charpentier, Le Rouge aux joues. Virginité, interdits sexuels et rapports de genre au Maghreb

Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, coll. Long-courriers, 2013, 333 pages
Ammar Benkhodja
p. 399-400
Référence(s) :

Isabelle Charpentier, Le Rouge aux joues. Virginité, interdits sexuels et rapports de genre au Maghreb, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, coll. Long-courriers, 2013, 333 pages

Texte intégral

1Poliste et sociologue, Isabelle Charpentier propose une réflexion originale sur les récits, pour la plupart autofictionnels, d’écrivaines maghrébines d’expression française. Oscillant entre autobiographie et autofiction, ces écrits ont pour point commun de mettre en texte le thème de la virginité, au-delà de la sacralité dont elle fait objet, tant l’idée de l’honneur lui est consubstantiel dans les sociétés maghrébines. À la croisée de la sociologie, de l’anthropologie, de la littérature et des études de genre, sa réflexion interroge essentiellement les « stratégies de prise de parole de ces écrivaines » (p. 12) qui semble se réaliser dans des contextes d’énonciation spécifiques, marqués par de nombreuses contraintes (politiques, religieuses, socio-culturelles…).

2L’étude est présentée en cinq chapitres. Après une longue introduction (pp. 12- 60), mais nécessaire, dans laquelle la chercheuse met en place l’appareil conceptuel et la méthodologie choisie pour croiser textes et contexte social, le premier chapitre – « Virginité versus virilité : une éthique sexuelle et des exigences sociales à genre variable » (pp. 61- 69) – met l’accent sur l’asymétrie sociale et religieuse entre viriginité féminine et pucelage masculin dans la société maghrébine ; asymétrie et inégalité que certaines œuvres, comme celles de Leïla Merouane (La Fille de la Casbah, Paris, Julliard, 1996 ; La Jeune Fille et la mère, Paris, Éd. Le Seuil, 2005 ; La Vie sexuelle d’un islamiste, Paris, A. Michel, 2007), Rachid Boudjedra (La Répudiation, Paris, Denoël, 1972 ; La Macération, Paris, Denoël, 1984) ou encore Sanaa El Aji (« Relations sexuelles légales… À la seule lecture de la Fatiha », Assabah, trad. de l’arabe par Panoramaroc, 05/04/12) mettent en texte. Le cinéma est également interrogé dans cette optique. C’est le cas du court-métrage de Rachid Krim intitulé El Fatha (1990).

3Le deuxième chapitre du livre, « “La meilleure pièce du trousseau” – Virginité et honneur au cœur des transactions matrimoniales » (pp. 69-135), est consacré à l’étude de récits d’écrivaines franco-maghrébines qui se sont inspirées de leur propre période de « socialisation adolescente », mais ont « opté pour des stratégies discursives diverses » (p. 78) pour dénoncer le poids de la patriarchie. Isabelle Charpentier y revient sur la production de la jeune journaliste marocaine Sanaa El Aji qui met en cause les schèmes à l’origine du creuset qui sépare les statuts sociaux de l’homme et de la femme. Dans la société maghrébine, dès sa naissance, la femme y est perçue comme une tare, voire une malédiction, qu’il faut à tout prix maîtriser si l’on ne veut pas que le point nodal de cette société, l’honneur, ne soit entaché. C’est ce qu’on retrouve également dans L’Amande (Paris, Plon, 2004) de Nedjma, dans les récits de Nina Bouraoui ou encore ceux d’Assia Djebar. Les romans d’écrivains sont aussi interrogés. C’est le cas de L’Enfant de sable (Paris, Éd. Le Seuil, 1985) de Tahar Ben Jelloun, à la lecture duquel on arrive aisément à se représenter les contraintes socioreligieuses sous lesquelles vivent les femmes au Maroc. Le processus de socialisation des filles au Maghreb, qui se fait généralement dans une absence quasi totale de dialogue entre mère et fille sur la sexualité et avec une tendance à sacraliser l’hymen, ultime « capital féminin » (p. 101), est en grande partie derrière ce fossé qui sépare les statuts sociaux et sexuels de l’homme et de la femme au Maghreb. C’est dans ces conditions que les écrivaines citées prendront la parole pour en dénoncer l’ampleur.

4Le troisième chapitre, « Les “mariages de jouissance” en Algérie ou “le retour du refoulé patriarcal” – rapts et viols de vierges comme armes de guerre pendant la “décennie noire” et “littérature d’urgence” » (pp. 138-159), est consacré à des pratiques scripturales auxquelles avait donné naissance un trauma social en Algérie : la littérature dite d’urgence et son pendant social, la décennie noire. Après avoir parcouru ce contexte social particulier qu’avait connu la société algérienne, l’auteure interroge les écrivaines qui ont abordé et traité, à l’instar de Maissa Bey (Au commencement était la mer, Alger, Éd. Marsa, 1996 ; Cette Fille-là, Paris, Éd. de l’Aube, 2001 ; Bleu, Blanc, Vert, Paris, Éd. de l’Aube, 2006) et de Leila Merouane (op. cit.), le thème du viol des jeunes filles par les groupes islamistes armés.

5Dans « Perdre ou ne pas perdre le rouge aux joues… impossible défloration et nouveaux habits du tabou » (pp. 161-194), l’auteur inscrit toujours la réflexion dans le rapport texte-contexte, mais, cette fois, dans une optique plus progressiste. En effet, Isabelle Charpentier y est sensible aux « évolutions socioculturelles » (évolution démographique, affirmation d’une génération de femmes instruites et actives, évolution du code de la famille en faveur des femmes…) qui sont favorables au changement positif des « rapports de genre » (p. 161), et inscrit, de facto, le rapport qu’entretient la société maghrébine à la virginité de la femme dans une optique plus ouverte. Évolution et ouverture dont les auteures du corpus qu’étudie la chercheuse font le constat. C’est le cas, entre autres écrivains, d’Assia Djebar dans L’Amour, la fantasia (Paris, Livre de Poche, 1985), d’Houaria Kadra-Hadjadji dans Oumelkhir (Alger, Entreprise nationale du livre, 1989).

6Sous le titre « La dénonciation de tous les tabous sexuels ? Des écrivaines (franco-) maghrébines entre résistances à la domination masculine et reproduction des stéréotypes » (pp. 196-244), le dernier chapitre est consacré aux écrivaines, telle Nedjma, pseudonyme de l’auteure de L’Amande qui, malgré la virulence de son écriture dénonciatrice, n’a pas pu échapper aux clichés « occidentalo-centrés réducteurs sur le statut » (p. 196).

7Discours dénonciateur, ou reproducteur de clichés, les auteures interrogées par Isabelle Charpentier aborde chacune, à sa manière, la question de la sexualité féminine et vise, par le truchement de stratégies narratives plus ou moins différentes, à lever le voile sur le tabou qui l’entoure et qui creuse le fossé des inégalités entre homme et femme dans les sociétés maghrébines. Au fil de la lecture de cette analyse riche et intéressante, on découvre des encadrés contenant des entretiens, des témoignages, des articles journalistiques… abondants en informations sociologiques, démographiques et anthropologiques, éclairantes au regard des pratiques relatives à la sexualité au Maghreb. Croisant récits narratifs et écrits journalistiques, la chercheuse aborde subtilement les questions relatives à la sexualité féminine dans sa dimension sociale et littéraire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ammar Benkhodja, « Isabelle Charpentier, Le Rouge aux joues. Virginité, interdits sexuels et rapports de genre au Maghreb », Questions de communication, 25 | 2014, 399-400.

Référence électronique

Ammar Benkhodja, « Isabelle Charpentier, Le Rouge aux joues. Virginité, interdits sexuels et rapports de genre au Maghreb », Questions de communication [En ligne], 25 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9139

Haut de page

Auteur

Ammar Benkhodja

CREM, université de Lorraine, F-57000
a.benkhodja@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page