Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Culture, esthétique

Vincent Dubois, La culture comme vocation

Paris, Éd. Raisons d’agir, coll. Cours et travaux, 2013, 204 pages
Jacques-Philippe Saint-Gerand
p. 368-370
Référence(s) :

Vincent Dubois, La culture comme vocation, Paris, Éd. Raisons d’agir, coll. Cours et travaux, 2013, 204 pages

Texte intégral

1L’ouvrage vient à son heure lorsque la dérive lexicologique de culture à culturel n’est pas simplement une dérivation suffixale mais aussi une sorte de dévoiement sémantique, le culturel étant alors la marchandisation – sous toutes ses formes – de la culture. Le volume est aussi particulièrement bienvenu lorsqu’on connaît l’engouement dont bénéficient les filières universitaires culturelles et l’attrait que suscitent les formations au patrimoine et les enseignements méta-artistiques. Il était donc temps d’envisager les causes et les raisons de cette orientation professionnelle, d’analyser les motivations des impétrants, de comprendre pourquoi ces métiers peuvent être vécus sur le mode de la passion ou du désintéressement, d’éclaircir les zones d’ombre entourant l’image valorisée et valorisante associée à ces emplois, et de réfléchir enfin aux conditions d’existence quotidienne auxquelles sont soumis ceux et celles – ainsi que leur éventuelle famille – qui les assurent. Grâce à un travail d’enquête et de statistiques patient et remarquable, innovant, Vincent Dubois – créateur du master « Politique et gestion de la culture » à l’Institut d’études politiques de Strasbourg – a développé une réflexion analytique et critique. Il a produit des résultats devant lesquels tout lecteur est aujourd’hui obligé de s’interroger et de se définir en tant que producteur ou consommateur de biens culturels, car le grand mérite du volume est de démontrer que, dans un pays où les secteurs économiques primaire et secondaire sont en régression, le secteur tertiaire est à même d’offrir des niches conjoncturelles d’emploi tant que le mot culture est encore porteur de sens. D’une construction limpide en quatre sections parfaitement organisées et argumentées, l’ouvrage de Vincent Dubois conduit fermement son lecteur vers sa très juste conclusion, à savoir que l’imprécision de définition de ces métiers de la culture et le flou relatif des positions auxquelles ils donnent accès permettent « l’ouverture des possibles et la recherche de satisfactions au travail autres que strictement monétaires » (p. 189), là où, finalement, on touche à des formes d’investissement libidinales.

2Dans une première section : « La culture dans l’espace des possibles professionnels » (pp. 25-64), l’auteur analyse les conditions de l’essor des emplois culturels et rend compte des raisons pour lesquelles la labellisation professionnelle des « administrateurs culturels » a suscité de nombreuses vocations (p. 31), en dépit de conditions d’emploi souvent très lourdes et astreignantes. Vincent Dubois est particulièrement perspicace lorsqu’il note comment l’imprécision des référencements de métiers peut jouer comme un miroir aux alouettes auprès de nombreux candidats : « Contrairement aux corps professionnels anciennement constitués des bibliothécaires ou des conservateurs de musée, ces métiers restent entourés d’un certain flou. La diversité des désignations ou leur caractère vague (gestionnaire, administrateur, médiateur, chargé de développement, concepteur de projet culturel, responsable scientifique, etc...), tout comme leur absence des nomenclatures statistiques ou encore leur présentation dans les répertoires des métiers en fournissent de premiers indices. L’hétérogénéité de leurs statuts (titulaires de la fonction publique, contractuels, emplois associatifs, emplois « classiques »), les fortes différenciations internes au champ culturel entre disciplines artistiques ou secteurs (théâtre, arts plastiques, patrimoine, etc.) et un grand nombre d’employeurs aux statuts éclatés » induisent une très « large ouverture de la définition des fonctions et la diversité des compétences engagées dans leur exercice » (p. 43). On ne saurait mieux dire, et certains employeurs, comme quelques conseils généraux n’ayant qu’une vague idée de la culture – si ce n’est comme moyen d’attirer public et visiteur pour abonder les caisses de récurrents déficits – ne s’en sont point privés en proposant des emplois séduisants, en contrat à durée déterminée ou à la pige, dans lesquels les personnes recrutées ont découvert par la suite que la dénomination ne correspondait en rien à la réalité des tâches quotidiennes...

3Dans une deuxième section, « Qui veut devenir administrateur culturel » (pp. 65-92), l’enquête de Vincent Dubois se tourne vers la nature et l’origine des postulants à ces emplois. De son analyse ressort que la vocation est largement féminine : 8  % des candidatures à l’inscription dans un master d’administration culturelle. Mais, comme en d’autres secteurs, il apparaît aussi que les emplois culturels voient les hommes assurer les fonctions de haute responsabilité et de création plus fréquemment que les femmes. Sociologiquement, et sans surprise, les individus se destinant aux métiers de l’administration culturelle sont issus de milieux sociaux favorisés (p. 73). Ils sont également dotés de parcours scolaires leur assurant déjà un capital culturel au départ (p. 78). C’est d’ailleurs ce dernier qui fait dire à la majeure partie des postulants que leur orientation vers ce type de métier « n’est pas le fruit du hasard » (p. 83). D’après l’Observatoire de la vie étudiante et son enquête déjà ancienne de 2006, les candidats manifestent une large appétence pour les sorties culturelles, le cinéma venant en tête, devant les musées ou les expositions, puis les concerts rock ou jazz, le théâtre et enfin, sous l’étiquette « classique », l’opéra et les concerts symphoniques, les récitals instrumentaux, la musique de chambre (p. 84). Sans surprise non plus, la lecture est aussi largement développée chez ces candidats.

4La troisième section (pp. 93-148) interroge « Les sens d’une orientation ». Grâce aux témoignages recueillis, Vincent Dubois expose aisément un des paradoxes du choix de ces métiers : d’une part, ceux-ci permettent de compenser « une carrière artistique, envisagée, abandonnée ou reconvertie » (p. 93) et, d’autre part, ces métiers peuvent servir de « repoussoir » (ibid.) aux carrières de l’enseignement actuellement en lourde perte de crédit. On comprend mieux sur ces fondements pourquoi « c’est “la” culture et les perspectives tant personnelles que professionnelles qu’elle peut offrir plus que le contenu d’une activité ou les caractéristiques d’un emploi qui est au principe de l’orientation » (p. 109). À cet égard, l’auteur note avec beaucoup de justesse que cette « absence revendiquée de précisions » dans la définition des fonctions devient souvent un argument en faveur de « l’idéologie du décloisonnement » (p. 116) qui prévaut actuellement dans le milieu des administrateurs de la culture, et qui, pour les postulants issus de milieux sociaux moins favorisés, autorise les rêves aussi bien que les stratégies d’ascension sociale » (p. 129).

5Après cette échappée dans les domaines du désir des candidats à l’administration des biens culturels, Vincent Dubois aborde dans la quatrième section – « Dispositions intermédiaires et stratégies d’adaptation » (pp. 151-183) – la fonction d’intermédiaire, de passeur, de conciliateur que les administrateurs sont conduits à assumer entre les créateurs, les publics et les institutions sous la tutelle desquelles ils travaillent. Et c’est dans cette fonction que, comme le remarque l’auteur, « le “management culturel” et, par extension, les formes contemporaines d’organisation économique et administrative de la culture forment […] un lieu de prédilection du “nouvel esprit du capitalisme” » (p. 172) pour reprendre l’expression de Luc Boltanski et Éve Chiapello (Paris, Gallimard, 1999). Mais, contrairement à ces derniers, l’auteur explique que les candidats aux métiers de l’administration culturelle – au risque d’une aporie inévitable – peuvent simultanément adopter « une posture critique à l’égard du système économique contemporain » (p. 173) et accompagner « cette posture du “réalisme” qui rappelle que même la culture doit être financée et gérée. Ils tiennent ainsi ensemble la critique à l’égard des logiques capitalistes du commerce et du profit, et l’appropriation (fût-elle partielle et distanciée) des technologies du marketing, du management et de la gestion » (ibid.).

6Au terme de ces analyses convaincantes, l’auteur peut affirmer en conclusion que « L’association de l’illusio à un rapport réflexif » du candidat « à ses propres déterminations conduit tout d’abord, sinon à la formulation cohérente d’un “projet”, au moins à une stratégie de placement professionnel et social. Un rapport particulier au travail amène ensuite à concevoir l’activité professionnelle comme l’occasion, voire le moyen d’une réalisation personnelle. À ces projections individuelles est associée la croyance dans le fait que l’activité visée est mise au service de valeurs supérieures ou d’une cause » (p. 188)... Là encore, on ne saurait mieux dire pour caractériser l’ambivalence des engagements dont font preuve les administrateurs de la culture.

7Enfin, on louera Vincent Dubois pour l’honnêteté avec laquelle, en annexe (pp. 191-200), il revient sur les conditions et la méthodologie de son enquête afin d’en critiquer et nuancer les principes, les données et les résultats. Malgré l’absence d’un index des notions utilisées et une bibliographie récapitulative finale plus aisément utilisable que les références en notes de bas de page, on tient là un ouvrage majeur qui permet d’envisager de la plus intelligente des façons la complexité des attirances produites par les métiers de la culture et la polydimensionnalité des investissements de ceux qui y succombent... au risque, souvent, de perdre leur liberté individuelle et sociale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Vincent Dubois, La culture comme vocation », Questions de communication, 25 | 2014, 368-370.

Référence électronique

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Vincent Dubois, La culture comme vocation », Questions de communication [En ligne], 25 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 19 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9105

Haut de page

Auteur

Jacques-Philippe Saint-Gerand

CeReS, université de Limoges, F-87000
jacques-philippe.saint-gerand@unilim.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page