Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Culture, esthétique

Ana Maria Alves, Guerre et exil chez Louis-Ferdinand Céline

Berne, P. Lang, coll. Convergences, 2013, 414 pages
Katherine Rondou
p. 364-366
Référence(s) :

Ana Maria Alves, Guerre et exil chez Louis-Ferdinand Céline, Berne, P. Lang, coll. Convergences, 2013, 414 pages

Texte intégral

1Membre du Centre de recherche en langues et cultures de l’université d’Aveiro (Portugal), Ana Maria Alves enseigne au département de langues étrangères de l’Institut polytechnique de Bragance. Elle appartient à la Société des études céliniennes depuis 2005 et a soutenu, en 2009, une thèse de doctorat consacrée aux thèmes de la guerre et de l’exil chez Louis-Ferdinand Céline, aujourd’hui publiée.

2Les qualités littéraires de Louis-Ferdinand Céline sont reconnues depuis de nombreuses années, et la lecture et l’exégèse de son œuvre ne suscitent plus, à l’heure actuelle, de controverse. Point n’est donc besoin à Ana Maria Alves de justifier une énième étude consacrée à l’un des plus grands écrivains du xxe siècle, quelles qu’aient pu être ses convictions. Guerre et exil chez Louis-Ferdinand Céline se situe entre la biographie critique et l’étude littéraire. En parallèle, l’ouvrage analyse l’existence de Louis-Ferdinand Céline, de la Seconde Guerre mondiale à sa mort, en revenant systématiquement sur les textes publiés. Plus particulièrement, l’essai étudie les polémiques politiques dont l’auteur fut et demeure l’objet, ainsi que les accusations d’antisémitisme et de collaborationnisme maintes fois portées contre lui. L’ouvrage s’articule en trois parties, qui suivent la chronologie des événements : « Céline à l’heure allemande – les années de l’engagement » (pp. 15-119), « Céline et les rapports franco-allemands » (pp. 121-226) et « Le Danemark ou les années d’exil » (pp. 227-353). Ana Maria Alves s’interroge d’abord sur la cause de la fuite de Louis-Ferdinand Céline en Allemagne, et sur ses rapports avec les Allemands, avant d’étudier son exil au Danemark, entre 1945 et 1951, lorsque l’écrivain doit répondre aux accusations de trahison formulées contre lui par la justice française.

3Au lendemain de la Libération, prudent, il choisit l’exil, en raison de ses positions antisémites avant et durant l’Occupation. Voyage au bout de la nuit (1932) témoigne du bouleversement profond que constitue la Première Guerre mondiale pour l’écrivain, blessé physiquement et psychologiquement, désormais radicalement pacifiste. Un pacifisme qui – et nous serions tentée d’ajouter « paradoxalement » – le conduit à l’antisémitisme. Mea culpa (1936), où l’antisémitisme demeure encore latent, dénonce surtout le communisme. Il faut attendre ses virulents pamphlets, pour qu’éclate toute la violence de son antisémitisme, sous la forme d’une dénonciation du judéo-bolchévisme et/ou du judéo-capitalisme : Bagatelles pour un massacre (1937), L’école des cadavres (1938) et Les beaux draps (1941) lui valent une accusation de collaborationnisme, au lendemain de l’armistice.

4Le corpus d’étude de Guerre et exil chez Louis-Ferdinand Céline comprend donc les trois pamphlets antisémites (Bagatelles pour un massacre, L’école des cadavres et Les beaux draps), les romans autobiographiques qui retracent les années d’exil en Allemagne et au Danemark (la Trilogie allemande : D’un château à l’autre en 1957, Nord en 1960 et Rigodon en 1969), et sa correspondance (Louis-Ferdinand Céline – Lettres des années noires, ainsi que des lettres inédites rédigées sous l’Occupation et durant l’exil, à ses avocats et à quelques amis).

5La première partie de l’essai, « Céline à l’heure allemande – les années de l’engagement » (pp. 15-119), démontre que, contrairement à ses affirmations, l’écrivain ne renonce pas aux écrits antisémites après 1937. Après avoir rappelé la collaboration idéologique des milieux intellectuels de l’époque et l’inscription de l’antisémitisme célinien dans une histoire de l’antisémitisme français, commencée dès l’affaire Dreyfus, Ana Maria Alves répertorie les nombreuses traces d’antisémitisme dans les interviews, les lettres aux journaux et la correspondance de l’écrivain. Certes, ces propos antisémites ne constituent pas une apologie de l’épuration raciale, et jamais Louis-Ferdinand Céline n’a appelé de ses vœux le massacre industriel de la population juive. Toutefois, ses positions anti-juives n’ont pu que prévenir ses lecteurs en faveur des théories nazies.

6Dans le deuxième chapitre, « Céline et les rapports franco-allemands » (pp. 121-226), l’auteure analyse les différentes relations que Louis-Ferdinand Céline établit avec l’occupant, et les chemins parcourus par le couple Destouches (du vrai nom de l’écrivain) pour se réfugier en Allemagne. Ana Maria Alves étudie des sources et des documents allemands concernant cette époque, des interviews, des témoignages et des dossiers de la Délégation générale du Gouvernement de Vichy dans les territoires occupés. Ces sources sont systématiquement confrontées à la Trilogie allemande. D’un château à l’autre témoigne des derniers instants du régime de Vichy, passés à Sigmaringen en Allemagne, où les derniers collaborateurs ont fui l’épuration. Nord retrace les aventures de Louis-Ferdinand Céline et de ses compagnons d’infortune, dans un village au nord-ouest de Berlin, Kraenzlin. Rigodon évoque son voyage en train, à travers une Allemagne détruite, lors de sa fuite vers le Danemark (il a déposé l’argent de ses droits d’auteur dans une banque danoise).

7La dernière partie, « Le Danemark ou les années d’exil » (pp. 227-353), analyse le décor de l’exil danois, et l’environnement pénible, matériellement très rudimentaire, où évoluent Louis-Ferdinand Céline et son épouse. L’étude permet de mieux comprendre le souvenir de douleur et de haine retenu par l’écrivain, face à l’expérience amère et cruelle de l’exil. Si les premiers chapitres de l’essai étudient principalement sa part d’ombre, son indéniable antisémitisme, cette troisième partie dégage également son côté humain, où il apparaît souvent plus comme une victime que comme un bourreau. C’est l’époque à laquelle l’écrivain prépare, depuis le Danemark et dans la plus grande précarité, sa défense en justice. Après avoir évité l’extradition (il reste en prison de 1945 à 1947, avant que le gouvernement danois ne rejette la demande d’extradition de la France), il se voit condamné par contumace par la justice française et parvient, finalement, à organiser son retour à Paris, après l’amnistie de 1951. Les dernières années de son existence, à Meudon, ne sont cependant pas exemptes de difficultés, malgré une reconnaissance artistique certaine, comme en témoigne la réédition de ses œuvres, chez Gallimard.

8Sans apporter un éclairage totalement neuf sur les polémiques relatives à Louis-Ferdinand Céline, l’ouvrage constitue une synthèse intéressante. L’auteure le replace dans le contexte des années 30-40, rappelle son antisémitisme, son racisme, mais relativise les attaques de collaborationnisme. Dans sa correspondance de l’époque danoise, Céline oppose toujours deux arguments aux accusations portées par la justice française : son hostilité à l’égard de l’Allemagne et des Allemands, et la mauvaise interprétation de ses pamphlets antisémites. Le présent essai corrobore le premier argument : l’analyse des sources rassemblées par Ana Maria Alves confirme que l’écrivain n’éprouve aucune sympathie pour l’Allemagne. Pacifiste, l’écrivain désire éviter une tuerie, dont il impute la responsabilité aux Juifs, et ne souhaite en aucun cas l’hégémonie allemande. Il ne s’est rendu coupable d’aucune délation, alors que nous avons la preuve de sa connaissance d’activités de résistance. Reste, effectivement, qu’il trouve refuge en Allemagne après la victoire des Alliés…

9Au contraire, Ana Maria Alves invalide le second argument (la méprise relative aux pamphlets antisémites). De nombreux écrits céliniens sont antisémites, violents, révoltants, scandaleux, sans en appeler, cependant, au massacre des Juifs. Louis-Ferdinand Céline s’inscrit parmi les antisémites de plume et épouse ainsi l’antisémitisme de son temps, ni meilleur ni pire que beaucoup de ses contemporains, mais assurément plus remarqué, car plus remarquable. Dans ce cas précis, l’auteur d’exception devient la victime de son génie. En effet, l’antisémitisme célinien s’appuie sur une langue nouvelle, marquée par l’obscène et le scatologique, relevant du registre argotique. Or, l’argot devient, chez lui, une langue de haine. De même, il n’a pas uniquement dénoncé les Juifs en tant que groupe, comme il l’affirme : Ana Maria Alves répertorie les individus juifs désignés par leur nom véritable dans ses livres. L’écrivain ne peut non plus nier avoir eu connaissance de l’arrestation des avocats juifs en 1941, de la rafle de décembre 1941 et de celle du Vel’ d’Hiv’ (juillet 1942).

10L’essai d’Ana Maria Alves permet donc au lecteur de mieux comprendre les polémiques politiques suscitées par Louis-Ferdinand Céline, et définit les limites de sa culpabilité. Bien qu’il n’ait jamais souhaité la victoire de l’Allemagne, espéré la Shoah ou dénoncé des résistants, par ses écrits antisémites, il a indéniablement joué un rôle dans le renforcement du sentiment antisémite en France, avant et pendant la Seconde Guerre mondiale. Cependant, nous regrettons que l’éditeur n’ait, de toute évidence, pas proposé la collaboration d’un correcteur francophone à l’auteur : le texte comporte de multiples fautes et coquilles (souvent un emploi erroné de la ponctuation, difficilement décelable pour un non-francophone).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katherine Rondou, « Ana Maria Alves, Guerre et exil chez Louis-Ferdinand Céline », Questions de communication, 25 | 2014, 364-366.

Référence électronique

Katherine Rondou, « Ana Maria Alves, Guerre et exil chez Louis-Ferdinand Céline », Questions de communication [En ligne], 25 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://questionsdecommunication.revues.org/9097

Haut de page

Auteur

Katherine Rondou

Université libre de Bruxelles, B-1050
krondou@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page